Inde : A big step in India’s Rafale jet deal with France

Image

New Delhi The Indian government and French aerospace major Dassault have sealed a work share agreement in what is being described as a big step forward, almost two years after negotiations began in the deal for 126 Rafale fighter jets to be bought by India.

The government’s Hindustan Aeronautics Limited or HAL will do 70 per cent of the work on the 108 planes that will be manufactured in India. Dassault would do the rest of the work, sources said.
 
The first 18 of the fighters will be fully manufactured in France and will be brought to India in « fly-away » condition.

India has apparently rejected Dassault’s reservations about having HAL as the major player.

The final contract, though, is still far from being signed. For one, India’s Ministry of Defence has no money in the current financial year that ends this month, for initial payment.

Also, general elections are due by May and the final contract will only be signed by the next government, if it chooses to go ahead on the same terms and conditions.

Dassault Aviation had won the contract to supply 126 Medium, multi-role combat aircraft or MMRCA in 2012. The massive contract is pegged at anywhere between 12 to 15 billion dollars.
 
Sources said the deal is complex and requires both sides to be in sync on commercial factors, logistics and HAL’s ability to assemble the Rafale.

For instance, the radar on the Rafale jet is to be manufactured by Bharat-Electronics Ltd (BEL) in Bangalore. The Radome (the protruding snub nose on the aircraft) would, however, be manufactured by HAL at its Hyderabad facility. Dassault wanted clarity on how the two units would coordinate their activities.
 
Now, HAL has apparently agreed to set up a new facility close to the one that BEL has in Bangalore.
 
The French and Indian governments are also working on an agreement for a sovereign guarantee that Dassault will supply, service and maintain the Rafales over the next 40 years.

This is an important provision in the Indian defence procurement procedure, designed to ensure that manufacturers don’t renege on their commitment.

 

Source : NDTV

Saab serre les coûts malgré les succès du Gripen à l’international

La victoire dans l’appel d’offres brésilien assure le futur de l’avion de combat suédois.
Touché par les baisses des budgets occidentaux, l’industriel supprime des postes.

Parfois regardé de haut par les « grands » avionneurs militaires, Saab a obtenu son bâton de maréchal en imposant la future version de son Gripen au Brésil face au Rafale de Dassault et au F18 de Boeing. Le groupe de défense suédois avait frappé un grand coup en Suisse quelques mois plus tôt en coiffant au poteau le même Rafale et l’Eurofighter du trio BAE- EADS- Finmeccanica. Mais la conclusion du contrat est dépendante du résultat d’une votation l’année prochaine. Avec le Brésil, la négociation, rendue complexe par les transferts de technologie imposés, devrait prendre de un à deux ans.

Beaucoup de choses peuvent se passer d’ici là. N’empêche : Saab, qui emploie 14.000 personnes pour 24 milliards de couronnes de chiffre d’affaires (2,7 milliards d’euros), est bien parti pour signer le plus gros contrat de son histoire. Evalué à 4,5 milliards de dollars pour 36 exemplaires, il s’agit même du plus gros contrat à l’exportation de la Suède, soulignait le quotidien « Dagens Industri ».

« Cela veut dire beaucoup, à la fois pour Saab et pour la Suède. Pour notre défense, cela signifie qu’il y a un partenaire de plus impliqué qui va développer et employer ce système d’avions de combat. Cela veut dire des synergies », s’est félicitée la ministre de la Défense, Karin Enström, citée par l’AFP. Le futur contrat brésilien garantit même la « survie » de Saab, est allé jusqu’à affirmer Björn Enarson, un analyste de la Danske Bank.

Pendant longtemps, Stockholm a été très réticent à financer seul la nouvelle génération du Gripen, mettant ainsi en doute la pérennité de l’appareil conçu dans les années 1980. En enrôlant le Brésil et la Suisse si le résultat du référendum est positif, la Suède peut espérer réduire les risques financiers liés à un développement forcément coûteux : il s’agit d’augmenter le rayon d’action, le nombre de missiles, les capacités du radar ou encore de moderniser l’avionique. Evidemment, c’est un signal positif envoyé à tous les prospects dans le monde intéressés par ce type d’avion de moyenne puissance.

L’avenir est-il donc dégagé pour Saab ? Pas complètement. Comme tous les groupes dépendant des contrats militaires, l’industriel suédois souffre des coupes dans les budgets militaires occidentaux. La potion est la même pour tous : restructurations et cap sur le grand export. EADS va par exemple supprimer 5.800 postes, en très grande partie dans sa future division défense et espace. Thales passe par un contrat de gestion anticipée de l’emploi, mais les symptômes sont identiques (« Les Echos » du 20 décembre).

Améliorer l’efficacité

Malgré le succès éclatant du Gripen, Saab ne va pas relâcher ses efforts. Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, Håkan Buskhe, son PDG, n’a pas caché que l’heure était aux économies. Ainsi, dans le cadre d’un plan annoncé en juillet, la division électronique de défense va perdre entre 150 et 175 emplois. Dans une autre division, baptisée « Dynamics » (armement terrestre, missiles, torpilles…), ce sont 70 postes qui sont supprimés. Partout, des mesures sont prises pour améliorer l’efficacité de l’entreprise. Les contrats de 150 consultants extérieurs ont été arrêtés. Le chiffre d’affaires 2013 est attendu stable sur un an.

Prudent, Stockholm s’était gardé la possibilité d’annuler la très grosse commande passée en début d’année pour moderniser sa flotte de Gripen si Saab ne parvenait pas à sécuriser un contrat export pour la nouvelle génération de l’avion. Le Brésil est arrivé à point nommé !

Source : Les Echos

Canada Cancels $2.1B Armored Vehicle Purchase

23/12/2013

The Canadian military announced Friday the cancellation of plans to purchase $2.1 billion (Canadian dollars) worth of combat vehicles, citing budget constraints.

« We recommended that the government of Canada not proceed with the procurement process for the Close Combat Vehicle, » said a statement.

Defense Minister Rob Nicholson agreed.

The program to purchase 108 of the vehicles was conceived at the height of Canada’s decade-long military involvement in Afghanistan.

They were to be larger and more heavily-armored than the LAV III vehicles in use at the time, and which provided too little protection against insurgents’ roadside bomb attacks.

Four years later, Canada’s combat mission in Afghanistan is over and the government is reviewing its defense needs.

Canada’s longest-running combat mission officially ended in July 2011 — after joining NATO’s coalition in Afghanistan to overthrow the Taliban a decade earlier — with the handover of security duties in Kandahar province to US and Afghan troops.

Canadian forces have since been training Afghan army and police in and near Kabul. The last military trainers are scheduled to pull out of Afghanistan in March.

Defense contractors Nexter, BAE Systems and General Dynamics Land Systems bid on the armored vehicle project, but a decision on a supplier had yet to be announced.

General Tom Lawson, the chief of the defense staff, told a press conference that upgrades to its fleet of LAV III have « addressed the protection concerns » of the military.

« The capabilities of the Upgraded Light Armored Vehicle III are far superior to what was originally envisioned » in 2009, he explained.

Additionally, increased surveillance and reconnaissance capabilities, advances in countering improvised explosive devices (IEDs), and improvements in the army’s tactics « have all resulted in significant mitigation of tactical risk to our soldiers in deployed combat operations, » he said.

The fate of other planned major purchases of fighter jets, frigates, Arctic patrol ships and an assortment of armored vehicles, meanwhile, remains in doubt as the government continues cutting spending in order to return to a balanced budget by 2015.

Source : Defense News

Turkey Increases Defense Spending in 2014 Budget

24/12/2013

Turkey’s parliament has approved a 6.71 percent increase in the country’s defense budget, according to budget figures released after a debate.

The budget, drafted in October and debated in parliament since then, took effect Dec. 20 after a parliamentary vote in favor of it.

According to the 2014 budget figures, Turkey’s defense ministry got an annual budget worth $10.908 billion, up 7.15 percent from $10.18 billion in 2013.

Part of Turkey’s defense spending are budget appropriations for the Gendarmerie and the Coast Guard, both of which operate under the interior ministry but are considered a de facto part of the Turkish military.

The Gendarmerie in 2014 will get $3.08 billion, up 5.35 percent from $2.922 billion in 2013. The 2014 budget appropriation for the Coast Guard is $226 million, compared to $216 million.

The three departments that make Turkey’s defense budget will get $14.212 billion in 2014, up 6.71 percent from $13.317 billion in 2013.

The 2014 defense budget accounts for 3.7 percent of the overall state budget.

About half of Turkey’s defense budget goes to personnel spending (salaries, benefits and pensions), with the rest mostly going to finance new equipment and maintenance.

Apart from that budget, the Turkish government runs an annual Defense Industry Support Fund to finance modernization programs. That fund, mostly financed by levies on gambling, tobacco and alcohol, is worth around $600 million annually.

Source : Defense News

François Hollande en Arabie Saoudite pour discuter de très gros contrats de défense

26/12/2013

Le président français sera en Arabie Saoudite les 29 et 30 décembre. François Hollande évoquera dans ses discussions avec le roi Abdallah notamment deux contrats : Mark 3 (4 milliards d’euros) et Sawari 3 (entre 15 et 20 milliards d’euros).

C’est une visite d’Etat à très, très gros enjeux pour l’industrie de défense française. Tout le secteur aura les yeux tournés vers l’Arabie Saoudite où François Hollande se rendra les 29 et 30 décembre pour une visite officielle de 24 heures dominée par la situation régionale et les enjeux économiques. Une visite expresse du Chef de l’Etat, qui doit rencontrer le roi Abdallah et qui pourrait réjouir lors des fêtes de fin d’année une industrie touchée par la baisse des budgets de défense, dont celui de la France. 

Au menu des discussions entre Paris et Ryad, deux méga-contrats, qui font tourner toutes les têtes de l’industrie de défense : l’un portant sur le renouvellement de la défense aérienne (Air defence) de courte portée du royaume (Mark 3) pour un montant de 4 milliards d’euros, dont une première tranche de 2,5 milliards, l’autre sur la modernisation de la flotte de surface et la création d’une flotte sous-marine, une commande estimée entre 15 et 20 milliards d’euros, selon des sources concordantes. Le premier fait l’objet depuis des mois et des mois d’une guerre en coulisse où tous les coups sont permis entre Thales d’un côté et MBDA/EADS de l’autre. Le second génère en revanche un consensus général dans toute l’industrie. Normal, tous les groupes ou presque y trouvent leur intérêt. « C’est pour cela qu’il n’y a pas de snipers dans ces négociations », explique un des industriels concernés.

Mark 3 défendu par l’Elysée

François Hollande repartira-t-il avec un pactole ou cette visite sera-t-elle un énième coup d’épée dans l’eau ? Depuis 1995, la France a fait un flop en Arabie Saoudite dans le domaine de la défense. Depuis, Paris, dont les intérêts géostratégiques se sont rapprochés de ceux défendus par Ryad, remonte en flèche dans l’estime des Saoudiens, qui ont septembre débloqué le contrat LEX portant sur la modernisation d’une partie de la flotte de la marine saoudienne (1 milliard d’euros). La France profite également des relations tendues entre Washington et le Royaume.

Pour cette visite, l’Elysée a une nouvelle fois tranché en faveur de Thales. François Hollande, qui sera accompagné par le PDG du groupe d’électronique Jean-Bernard Lévy, défendra la proposition de l’électronicien pour renouveler le parc de systèmes de défense aérienne avec des Crotales NG, selon des sources concordantes. « La priorité, c’est ce dossier », explique-t-on à La Tribune. Au grand dam de MBDA et EADS, qui souhaitaient inclure dans l’offre française des VL-Mica et le système SAMP/T.

Avec l’aval de l’Arabie Saoudite, François Hollande abordera le contrat de Sawari 3, qui portent sur la vente de six frégates multimissions Fremm de DCNS et la création d’une force sous-marine. Soit entre 15 et 20 milliards d’euros. « Il existe une forte volonté de Ryad d’avancer rapidement sur ce dossier, assure-t-on à La Tribune. C’est en plus un projet fédérateur pour la France et les groupes DCNS, Thales, EADS et MBDA« .

Syrie, Liban, Iran au centre des discussions

Le président français, qui s’était déjà rendu dans le royaume un an plus tôt, le 4 novembre 2012, s’entretiendra de nouveau avec le roi Abdallah avec lequel il devrait évoquer ces questions régionales (Iran, Liban, Syrie….). « L’Arabie saoudite est un partenaire de confiance et de référence pour la France au Moyen-Orient et il s’agit de conforter cette relation excellente », souligne-t-on à l’Elysée.

Au cours de cette visite, plusieurs accords commerciaux devraient être signés et des perspectives d’investissements saoudiens en France évoquées. La France a également développé une coopération institutionnelle avec le Royaume en matière judiciaire, universitaire, de santé ou culturelle.

Source : La Tribune

Turkey’s Defense Exports Up 9 Percent for Year to Date

Aug. 28, 2013

ANKARA — Turkey’s defense industry exports in the seven months ending in July reached $781 million, an all-time high for the period, and may be on course to set a record for the year, according to industry officials.

The export contracts signed during the first seven months of the year mark a 9 percent increase from the same period in 2012, according to Latif Aral Alis, chairman of Turkey’s Defense and Aerospace Industry Exporters’ Association.

He said aircraft and helicopter parts accounted for most of this year’s exports. Top buyers of Turkish-made equipment were the US and former Soviet republics in Central Asia. Other major export items were armored vehicles, vessels and fast boats, missiles, rockets and launch platforms, light weapons and ammunition, electronic systems (radio, command-and-control systems, simulators, sensors and application software), logistics support products (kitchen, hospital, clothing materials), and engineering and technology transfer services, Alis said.

The Turkish industry is aiming for a record high $1.5 billion in exports for the year.

“The export performance in the first seven months of the year was very promising for achieving the annual target,” Alis said.

Another promising figure was Turkey’s cumulative research and development spending, which has reached $772 million this year, also a record.

“This is due to investments in high-value and intensive know-how programs,” Alis said.

The Turkish defense industry is aiming for $4 billion in production and $2 billion in exports in 2016. As various national made-in-Turkey programs reach serial production stage after 2016, Turkey will reach for an ambitious defense and aerospace export target of $25 billion in 2023, according to Alis.

 

Source : DefenseNews

L’Indonésie achète huit hélicoptères américains Apache

Publié le 26 août 2013

Dans le cadre de la stratégie engagée par Barack Obama de renforcement des liens avec l’Asie du sud-est, les Etats-Unis ont accepté de vendre huit hélicoptères de combat Apache à l’Indonésie, un contrat estimé à 500 millions de dollars.

Les États-Unis ont accepté, lundi 26 août, de vendre huit hélicoptères Apache à l’Indonésie, dans le cadre du renforcement des liens avec l’Asie du sud-est. Le contrat, d’une valeur de 500 millions de dollars et comprenant la formation des pilotes et les radars, a été annoncé par le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel, lors de l’étape indonésienne de sa tournée en Asie. Ces hélicoptères seront assemblés par Boeing.

« Fournir à l’Indonésie ces hélicoptères de classe mondiale illustre notre engagement à aider à construire les capacités militaires de l’Indonésie », a déclaré Chuck Hagel, après une réunion avec son homologue indonésien, le ministre de la Défense Purnomo Yusgiantoro. « Une Indonésie forte est bonne pour la région », a-t-il ajouté.

L’intérêt américain dans le développement des liens militaires avec Jakarta, pays musulman le plus peuplé au monde, s’inscrit dans le cadre de la stratégie adoptée en janvier 2012 par le président Barack Obama. Une stratégie dite de « pivot » vers l’Asie-Pacifique après une décennie de conflits armés en Irak et en Afghanistan.

Source : L’Usine Nouvelle

French, Russian firms to jointly produce advanced helo

ZHUKOVSKY, Russia, Aug. 29 (UPI) — Sagem, the French defense electronics company, and Kamov of Russia are jointly developing an enhanced attack helicopter.

The helicopter will be an advanced version of the Kamov-52 Alligator attack helicopter, which « will address a requirement expressed by several countries, » the two firms said.

Sagem and Kamov, a Russian Helicopters company, had first started cooperating in 2011 for the integration of Sagem optronic equipment and LINS 100 inertial navigation systems into Kamov aircraft.

Sagem’s Strix optronic sight system, in production for French-German Tiger combat helicopter, provides full day/night capability.

Its LINS-100 laser gyro inertial navigation system is produced in Russia under a joint venture arrangement.

« The companies’ joint offering for helicopters will support Sagem’s strategic objective of establishing long-term industrial partnerships with leading Russian companies. » Sagem said.

Sagem, however, gave no additional details on the advanced helicopter that it and Kamov plan to produce or other features of the cooperative agreement.

Source : UPI

Lawmaker: Taiwan Plans To Buy 2 Frigates From US

Aug. 30, 2013 – By AGENCE FRANCE-PRESSE

TAIPEI — Taiwan plans to purchase two warships from the United States as part of its efforts to modernize its forces against a perceived military threat from China, a lawmaker said Friday.

The defense ministry has listed Tw $5.6 billion (US $187 million) in its 2014 and 2015 budgets to buy two Perry-class frigates from the US Navy, said lawmaker Lin Yu-fang, citing defense budgets submitted to the parliament.

The ministry aimed to buy two rather than four Perry-class frigates, as previously reported by the media, to replace some of its Knox-class frigates that were retired, Lin said.

Ties between Taiwan and former rival China have improved markedly since Ma Ying-jeou became the island’s president in 2008 on a China-friendly platform. He was elected for a second term last year.

However, China still claims sovereignty over self-ruled Taiwan and has repeatedly threatened to invade should the island declare formal independence, prompting Taipei to seek more advanced weapons, largely from the US.

In 2001, then-President George W. Bush approved the sale of eight conventional submarines as part of Washington’s most comprehensive arms package for the island since 1992.

President Barack Obama’s administration has approved more than $12 billion in sales and equipment upgrades but has held off on Taiwan’s requests to buy new F-16 fighter jets, a step against which China has repeatedly warned.

Taiwanese defense officials were not immediately available to comment on the planned purchase.

Source : DefenseNews

La France signe un contrat de plus d’un milliard d’euros avec l’Arabie saoudite

Michel Cabirol | 28/08/2013

Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente les intérêts français en Arabie saoudite, a signé un contrat d’Etat à Etat au mois d’août avec Ryad d’un montant de plus de 1 milliard d’euros portant sur la modernisation d’une partie de la flotte militaire du Royaume. DCNS, Thales et MBDA ainsi que ODAS se partagent la commande.

C’est un bel été pour l’industrie française de l’armement, qui engrange enfin des gros contrats export. Après les deux contrats gagnés d’une valeur totale de près de 1 milliard d’euros par EADS et Thales aux Emirats arabes unis (deux satellites espions et 17 radars de défense aérienne), c’est au tour de l’Arabie Saoudite de débloquer un contrat longtemps attendu. Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente dans le royaume les intérêts des industriels français DCNS, Thales et MBDA, a signé en août avec Ryad un contrat d’Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d’un milliard d’euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I).

Le contrat pourrait être mis en vigueur dès le 1er septembre. Quatre sociétés se partagent cette commande : DCNS avec son partenaire saoudien Zamil (700 millions d’euros), Thales (moins de 200 millions), MBDA, qui va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (entre 40 et 50 millions d’euros), et ODAS (infrastructures). ODAS a été créée à la demande de l’État français pour contribuer à développer les exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies. ODAS intervient essentiellement en Arabie saoudite dans le cadre de contrats d’État à État ou de contrats commerciaux. Son actionnariat rassemble, aux côtés de l’État français, une dizaine de grandes entreprises, dont DCNS, MBDA France et Thales.

Plus de cinq ans de négociations

DCNS attendait depuis longtemps la signature de ce contrat espéré depuis près de deux ans (les négociations ont commencé il y plus de cinq ans) pour moderniser une partie de la flotte saoudienne. Le contrat LEX sera réalisé en partie par un chantier naval saoudien, le groupe Zamil. Pour DCNS, un contrat de ce type est une première en Arabie Saoudite. Le chantier naval français va devoir créer une structure industrielle à Djeddah sur les bords de la Mer Rouge. En outre, la remise en état des navires peu entretenus sera compliquée. Du coup, l’enjeu pour DCNS sera de maîtriser les coûts de production et les délais dans un environnement peu connu par le groupe… et de satisfaire le client dans ce domaine pour remporter un nouveau contrat de modernisation (Sawari 2).

Selon nos informations, DCNS aurait déjà obtenu un autre contrat de 150 millions d’euros pour la modernisation des frégates Sawari 2 dans le cadre d’un accord-cadre global. Soit 850 millions engrangés au total par le chantier naval.

Des frégates multimissions Fremm en Arabie saoudite ?

Mais surtout DCNS compte à plus long terme beaucoup sur la vente d’au moins six frégates multimissions Fremm (Sawari III). « Le contrat Lex est important pour la vente des Fremm », assurait-on il y a plus d’un an à « latribune.fr ». D’autant que DCNS et Paris, via la structure ODAS, proposent une coopération industrielle globale aux Saoudiens avec l’assemblage à terme des Fremm en Arabie saoudite, assorti de transferts de technologies (aussi bien sur la tôle que sur l’électronique) et d’un volet formation. Mais les premières Fremm seraient réalisées à Lorient, expliquait-on à « latribune.fr ».

François Hollande en Arabie saoudite cet automne

Le président François Hollande, qui a déjà effectué une visite express en Arabie Saoudite en novembre 2012, comptait s’y rendre cet été mais le roi était parti se reposer à l’étranger. Les Saoudiens ont donc repoussé cette visite d’Etat, qui est désormais prévue cet automne. La convergence de vue entre Paris et Ryad sur le dossier syrien n’est pas étranger au réchauffement des relations franco-saoudiennes après la période glaciale du quinquennat de Nicolas Sarkozy, comme le démontre la signature de LEX. « Ryad a pris le temps de se faire une idée des nouveaux responsables politiques français », explique un connaisseur du royaume.

Désormais, les industriels français, notamment Thales, attendent la signature du mégacontrat Mark 3 portant sur la livraison de nouveaux missiles Crotale (défense aérienne). « Les discussions se sont accélérées », explique-t-on à La Tribune

Source : La Tribune

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.