DCNS prêt à investir dans le polonais SMW

01/03/11 | 16:04 | Alain Ruello

Le groupe naval de défense français a signé un protocole d’accord avec son homologue de Gdynia pour la construction de sous-marins.

A la suite de l’accord franco-polonais annoncé en 2009 à l’Elysée, DCNS vient de signer avec « Stocznia Marynarki Wojennej » (SMW) un protocole d’accord industriel et commercial ouvrant la possibilité au chantier naval militaire français de prendre une participation dans son homologue public de Gdynia, près de Gdansk, a-t-on appris de sources concordantes. Avec cet accord, DCNS affiche sa volonté d’investir dans la modernisation de SMW, à condition que Varsovie lui confie la construction de nouveaux sous-marins. « Nous officialisons nos fiançailles », résume-t-on de source proche du dossier.

Pour en arriver là, de nombreux mois de discussions auront été nécessaires. Mi-octobre 2009, Hervé Morin, alors ministre de la Défense, avait évoqué la Pologne comme piste d’alliance pour DCNS. Moins d’un mois plus tard, Nicolas Sarkozy et Donald Tusk, le Premier ministre polonais en visite en France, lançaient le coup d’envoi d’un projet de rapprochement entre les industries navales militaires des deux pays. Le protocole signé ce mardi marque une étape de plus.

Reste à voir sur quoi il débouchera. Pour que l’affaire aille à son terme, Varsovie doit confirmer son projet de construction de sous-marins (ce qui suppose d’en avoir les moyens financiers). « Un transfert de technologie n’a de sens qu’avec deux bâtiments au minimum », poursuit-on, toujours de source proche. Sauf qu’à Paris on observe avec inquiétude les contacts entre Varsovie et Athènes. Le ministre de la défense polonais aurait engagé des discussions pour le rachat du « Papanikolis », un sous-marins fabriqué par l’Allemand ThyssenKrupp Marine Systems qui a connu de nombreux déboires et dont la Marine grecque voudrait se débarrasser.

L’accord conclu ce mardi couvre aussi le domaine des navires de surface, mais aussi celui de la modernisation de la flotte polonaise. DCNS, qui a fait fabriquer une partie des portes-hélicoptères français Tonnerre et Mistral en Pologne, pourrait faire du chantier de Gdynia une base « low cost » pour l’export de navire de faibles tonnages, comme ses corvettes Gowind.

Source: Les Echos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :