MBDA propose d’équiper les Panther émiriens avec des missiles Brimstone

Les Emirats Arabes Unis sont à la recherche d’une nouvelle capacité air-mer contre petites unités de surface. Ce besoin vise à répondre à la menace des FIAC (Fast Inshore Attack Crafts) et, plus particulièrement, aux embarcations rapides iraniennes conçues pour lancer des raids groupés et pouvant, notamment, harceler le trafic maritime et toucher les installations offshores. Pour contrer cette menace, MBDA a imaginé de doter les hélicoptères Panther de la marine émirienne d’une version air-mer du missile britannique Brimstone. Doté d’une charge militaire d’une dizaine de kilos, cet engin serait bien adapté au traitement de petits mobiles de surface, cibles contre lesquelles l’emploi d’un missile antinavire est disproportionné. Il répond, en outre, à la nécessité de tirer simultanément sur un nombre important d’objectifs.
Conçu dans les années 90 avec une approche encore très marquée par la guerre froide, le Brimstone, développé pour les attaques air-sol, a été imaginé pour pouvoir détruire au cours d’une même attaque une colonne de véhicules blindés. Lâchés en grappes, les Brimstone peuvent être mis en oeuvre à raison de 18 munitions sur un avion de type Tornado. Le système dispose notamment d’un mode « Kill box » permettant de traiter différentes cibles dans un espace donné, chaque missile s’attribuant un but distinct.

Guidage bimode

Du type « Fire and Forget », le Brimstone était historiquement doté d’un autodirecteur radar fonctionnant dans une gamme d’ondes millimétriques, à même de classifier ses cibles. Toutefois, en 2008, MBDA, à la demande de la Royal Air Force, a ajouté à son missile un guidage laser. Cette évolution a, en effet, été rendue nécessaires par les enseignements des combats en Afghanistan, nécessitant des tirs de précision, par exemple pour neutraliser des talibans retranchés dans une grotte (la faible menace aérienne sur ce théâtre d’opération autorise l’emploi massif du guidage laser, qui nécessite une illumination continue de la cible). C’est donc un engin bimode que le missilier européen propose au Moyen-Orient. Toutefois, dans une configuration air-mer, le Brimstone aurait sans doute plutôt tendance à être utilisé en guidage radar, et ce pour deux raisons. D’abord, le tir laser implique pour l’hélicoptère qui tire le missile d’illuminer ses cibles jusqu’à l’impact, ce qui le rend durant cette période plus vulnérable aux contre-attaques. Dans le même temps, le faisceau laser doit être maintenu en continu pour guider le missile. Or, pour de petites embarcations, basses sur l’eau et évoluant dans une mer plus ou moins formée, le faisceau peut être coupé par une vague. D’où l’intérêt du guidage radar, qu’on présente chez MBDA comme un avantage par rapport aux solutions concurrentes, basées sur une roquette guidée laser.

Tirs d’essais prévus cette année

Sur le papier, neutraliser un groupe de blindés ou une flottille d’embarcations rapides peut paraître proche. La nature de l’environnement et le comportement des cibles n’est, toutefois, pas le même. C’est pourquoi, afin de s’assurer de l’efficacité du Brimstone en mode air-mer, MBDA a récemment mené une série de tests à Aberport, au Pays-de-Galles. A cette occasion, un autodirecteur a été installé sur le littoral afin de déterminer s’il parvenait à pister les bateaux passant au large. Cet emploi sur « fond de mer » s’est révélé concluant. Afin de poursuivre les essais, MBDA, avec le concours du ministère britannique de la Défense, prépare désormais une campagne de tirs en mer sur de petites cibles. Ces essais sont prévus pour se dérouler cette année.
Selon la proposition effectuée par MBDA, un Panther pourrait mettre en oeuvre 6 Brimstone, soit 3 de chaque côté. Cela signifie que, dans le concept d’emploi imaginé, une paire d’hélicoptères pourrait traiter un raid d’une dizaine d’embarcations.
En dehors des Emirats Arabes Unis, cette solution peut également intéresser l’Arabie Saoudite, dont la marine dispose également de Panther, et qui fait elle-aussi face à la menace des vedettes iraniennes, qui seraient au nombre de 150, dont la série des fameux Boghammar.

Source: meretmarine.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :