Bataille franco-françaises dans les drones

Avec l’arrivée de Dassault Aviation face à EADS, la concurrence s’intensifie autour de la nouvelle génération d’appareils d’observation.

La petite famille européenne des drones Male (pour « moyenne altitude, longue endurance ») est en passe de s’agrandir. Au projet du nouvel avion de reconnaissance militaire sans pilote d’EADS, lancé en 2009, vient de s’ajouter celui de Dassault Aviation et de BAE Systems. Une alliance franco-britannique logique au regard du rapprochement des deux gouvernements dans la coopération militaire, signé en novembre dernier. Mais un coup de Trafalgar chez Cassidian, filiale armement d’EADS, dont le projet européen était jusque-là seul en lice.

« Trois ans de développement derrière nous »

Cette semaine, Stefan Zoller, le patron de Cassidian, devrait monter au créneau pour défendre avec vigueur son projet, baptisé « Talarion », un drone d’observation de nouvelle génération, qui remplacerait l’Harfang d’EADS, actuellement en activité en Afghanistan. « On nous a demandé, en 2009, de travailler à la réalisation d’un drone Male, selon un cahier des charges bien précis, pour éviter aux pays européens d’acheter américain ou israélien« , rappelle un porte-parole du groupe.

Cassidian, partenariat entre la France, l’Allemagne et l’Espagne, ne s’attendait pas, trois ans plus tard, à se retrouver en concurrence avec une autre alliance européenne. Sa crainte: que Dassault et BAE n’aient pas à respecter le cahier des charges spécifique qui lui a été imposé. Et que son drone emporte finalement les suffrages des armées britannique et française, voire d’autres pays européens. Un coup dur pour les trois partenaires qui se sont engagés à investir 1,4 milliard d’euros dans le projet Talarion. Un tiers du montant a déjà été utilisé. « On voit mal comment Dassault et BAE pourraient rattraper les trois ans de développement que nous avons déjà derrière nous« , se rassure-t-on chez Cassidian, au siège allemand, près de Munich. Retardée par les nominations successives de trois ministres de la Défense en moins d’un an, la décision du gouvernement français, sur le choix de son fournisseur, est attendue cet été. En juin, le prochain salon du Bourget devrait être l’occasion d’un sérieux concours de beauté entre les prototypes de drones, présentés sur les stands Dassault et EADS.

Source : le JDD.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :