Le député Jean-Claude Viollet tire la sonnette d’alarme sur les drones

Le 07 avril 2011 par Guillaume Lecompte-Boinet

Vice-président de la commission de Défense de l’Assemblée nationale, Jean-Claude Viollet, a lancé un cri d’alarme lors d’une réunion organisée par l’AJPAE (association des journalistes aéronautiques). Il récuse l’achat de drones américains et prône la solution Dassault-BAE.

« Si aucune décision n’est prise par la France en matière de drone, on risque de perdre des compétences clés », lance le député PS de la Charente.

Depuis deux ans, la France étudie plusieurs solutions pour s’équiper de drones de moyenne altitude-longue endurance (MALE), afin de remplacer ses vecteurs actuels, le Harfang fabriqué par EADS. L’une des hypothèses était d’acheter sur étagère le Predator B Reaper, construit par l’américain General Atomics.

Auteur d’un rapport sur le sujet en décembre 2009, Jean-Claude Viollet enfonce le clou : « on évoquait cet achat l’an dernier, beaucoup moins maintenant, mais j’y suis opposé car cela aurait pour conséquence d’hypothéquer toute chance pour l’Europe de développer ses compétences dans les drones ». Le député ajoute : « former un bon analyste d’images ou des ingénieurs systèmes prend des années. »

« La France ne peut pas avoir deux projets de drones »

Jean-Claude Viollet penche plutôt pour la solution proposée par le tandem franco-britannique Dassault-BAE Systems. Les deux sociétés ont conclu un accord en mars dernier pour développer ensemble un drone MALE, dans lequel BAE se chargerait de l’avion, et Dassault des systèmes. Cette proposition est dans le droit fil du Traité franco-britannique signé l’an dernier et qui prévoit une harmonisation des politiques d’équipement militaires des deux pays.

Concernant le projet piloté par EADS, le Talarion, Jean-Claude Viollet est plus circonspect : « le Harfang a très bien réussi son déploiement en Afghanistan, mais l’avenir du Talarion est un peu incertain avec les hésitations de l’Allemagne. De toute façon, la France ne peut pas se permettre de financer deux projets de drones MALE. L’avenir des drones passe obligatoirement par une coopération au niveau européen. »

Et pour le député, seul le projet Dassault-BAE entre dans ce cadre. Un comité ministériel des investissements (CMI), présidé par Gérard Longuet, ministre de la défense, est normalement prévu pour mi-avril. « Peut-être qu’une décision sera enfin prise. En tout cas ce serait souhaitable », lance Jean-Claude Viollet.

Source:

http://www.usinenouvelle.com/article/le-depute-jean-claude-viollet-tire-la-sonnette-d-alarme-sur-les-drones.N149777

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :