Pourquoi il faut aider les « petits » industriels de l’armement

04/05/11 | 07:00 | Remy Thannberger

L’information est connue depuis quelques semaines : les exportations françaises en matière d’armement sont en chute libre. Voilà qui ne va pas arranger les chiffres déjà préoccupants de notre commerce extérieur, alors que ce secteur était jusqu’à présent plutôt compétitif. Et il n’est pas certain que cette contre-performance puisse être mise uniquement sur le compte d’une conjoncture momentanément défavorable. Car le fait est que partout la compétition en la matière fait rage et nos pays occidentaux, comme dans d’autres domaines, doivent désormais faire face à une concurrence étrangère de plus en plus féroce, venant des cinq continents. Une tendance qui risque d’être durable. D’autant que tout évolue sur le marché : la fin d’un monde bipolaire et l’émergence de nouveaux Etats plus soucieux que jamais de leur indépendance et de leur souveraineté, les restrictions budgétaires qui pénalisent le lancement de programmes coûteux et sophistiqués, le retour, partout dans le monde, de conflits armés plus proches de la guérilla que de la guerre mécanisée, vont contraindre les industriels français à adapter leurs offres et leurs approches. Et il est évident que si les enjeux sont d’abord économiques, il y va également de la présence de la France et de son influence dans le monde.

Or comme souvent dans notre pays, ce qui bénéficie de toutes les faveurs est le plus souvent gros, cher et high-tech, au sens courant du terme. C’est oublier que sans des produits industriels fiables, robustes et abordables, nous ne vendrons plus forcément demain nos produits les plus innovants. Il est même à prévoir que les grands pays émergents disposeront vite d’une offre compétitive en matière d’armement et seront, à terme, de grands exportateurs de matériel militaire, y compris très sophistiqué. Il est donc indispensable que notre pays intensifie ses efforts en direction de pays plus modestes, et encourage nos groupes industriels à redoubler d’ardeur pour occuper le terrain. On pense notamment aux plus petits d’entre eux, qui dans un premier temps en tout cas sont peut-être plus adaptés à leur conquête : c’est le cas du groupe Manurhin qui occupe une enviable place de n° 1 mondial, et cas rarissime en France en matière de mécanique, exporte 100 % de son chiffre d’affaires dans 63 pays. Sa notoriété, la qualité et la fiabilité de sa technologie, se traduisent partout par des succès commerciaux. Ces succès sont autant de possibilités offertes pour nos grands industriels, de s’engouffrer dans les brèches que les plus petits parviennent à ouvrir. Encore faut-il que ces derniers disposent de quelques moyens. Dans son intérêt, il est impératif et urgent que l’Etat s’en préoccupe. Il doit encourager les coopérations, notamment commerciales, et d’une manière générale organiser une solidarité entre petits et grands industriels, car les uns et les autres en tireront profit. Est-il normal qu’un groupe français comme Manurhin n’ait aucun contact avec les grands acteurs de notre secteur, alors que des groupes étrangers nous interrogent à intervalles réguliers ? L’Etat doit ensuite inviter les banques à faciliter les exportations, en particulier dans ce domaine. Enfin, il doit veiller à ce que l’indépendance financière de ces entreprises soit préservée, en faisant intervenir plus fréquemment et pour des montants peut-être plus modestes, dès lors que la spécificité et la qualité de l’entreprise et de ses produits sont évidentes, les fonds dont c’est la vocation. Dans une approche plus pragmatique et moins élitiste. Car demain, c’est en multipliant les « petits marchés » à l’export que l’on conservera une chance de conquérir les clients les plus importants. C’est aussi en ce sens que ce qui se vend à l’étranger est toujours stratégique.

Rémy Thannberger est PDG du groupe Manurhin

Source: Les échos


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :