DCNS va livrer le second MESMA destiné aux sous-marins pakistanais

01/06/2011
Le site DCNS d’Indret, près de Nantes, vient d’achever les essais du second Module d’Energie Sous-Marine Anaérobie (MESMA) commandé par le Pakistan pour équiper ses sous-marins du type Agosta 90B. L’ensemble sera prochainement transféré par barge, jusqu’au terminal de Montoir de Bretagne, dans l’estuaire de la Loire, avant de rejoindre par cargo le Pakistan. De là, le MESMA, contenu dans un tronçon de coque, sera ajouté par jumboïsation sur le sous-marin pour lequel il est destiné. En fait, la coque du bâtiment sera découpée derrière le kiosque et le module inséré puis soudé aux parties avant et arrière. La longueur du sous-marin passera alors de 67.6 mètres à 76.2 mètres, alors que le déplacement atteindra 1980 tonnes en plongée, contre 1760 actuellement.
Pour l’heure, seul l’un des trois Agosta 90B pakistanais est équipé dès l’origine d’un MESMA. Il s’agit du dernier de la série, l’Hamza, qui a été réceptionné en septembre 2008 par la marine pakistanaise après avoir testé avec succès son système de propulsion anaérobie.
Allers-retours entre Indret et Cherbourg

Spécialisé dans les systèmes propulsifs, le site DCNS d’Indret a développé le MESMA afin d’augmenter l’autonomie en plongée des sous-marins diesels. Suivant le montage industriel retenu, l’établissement ligérien a réalisé le système avant de l’expédier à Cherbourg. Le site normand, qui a d’ailleurs construit le premier des trois Agosta pakistanais (les autres l’ont été en transfert de technologie à l’arsenal de Karachi), intègre ensuite le MESMA à un tronçon de coque, qu’il a réalisé sur place. Une fois le module intégré, le colis, d’un poids d’environ 160 tonnes, est reparti vers Indret pour subir une campagne d’essais, de mesure des performances et de qualification. Cette période, qui a duré 10 mois, devrait être réduite pour le prochain module grâce à l’effet de série. Le troisième MESMA a d’ailleurs débuté sa période d’essais au début du mois de mai. Ces deux modules seront intégrés au Pakistan sur les sous-marins Khalid et Saad au cours d’un grand carénage qui fera également office de refonte.

Augmenter l’autonomie en plongée

Système de propulsion anaérobie, le MESMA a donc pour but d’augmenter significativement l’autonomie des sous-marins conventionnels, contraints d’aller chercher l’air en surface pour recharger leurs batteries. Le système de DCNS fonctionne suivant le même principe que la propulsion nucléaire, la source chaude étant remplacée sur Agosta 90B par de l’éthanol et sur Scorpène par du gasoil. La combustion crée des gaz qui cèdent leurs calories à de l’eau et la transforment en vapeur. Celle-ci se détend dans une turbine, qui fait tourner les alternateurs. Le comburant, ne pouvant être de l’air, est remplacé par de l’oxygène, stocké en bouteille sous forme cryogénique. Afin d’éviter que les gaz d’échappement, rejetés en mer, provoquent une indiscrétion, un système dilue dans l’eau les bulles de CO2. Selon ses concepteurs, le MESMA permet de tripler l’autonomie en plongée, soit trois semaines à faible vitesse. On notera que des recherches sont en cours pour améliorer la puissance des batteries, notamment avec la technologie lithium-ion.

Source: Mer et Marine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :