La Crise européenne va-t-elle tuer à l’export l’Eurofighter en Inde?

D’après le Financial Times, l’Allemagne s’apprête à couper drastiquement dans son budget d’acquisition de matériel militaire ce qui risque de mettre en difficulté EADS qui est impliqué dans tous les programmes concernés.

Les commandes d’Eurofighter Typhoon, de l’A400M, des hélicoptères Tigres et NH-90 sont revus à la baisse. Les coupes semblent sévères puisqu’on parle de réduire de moitié le nombre d’appareils Tigre (40 appareils en lieu et place des 80 initiaux). Les commandes d’Eurofighter passeront de 177 à 140 appareils, celles de l’A400M de 53 à 40 et celles du NH-90 de 122 à 80.

Or, cela doit se faire en accord avec ses partenaires dont la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. La France risque de l’accepter en raison de la crise actuelle de la dette mais les autres partenaires de l’Eurofighter sont peu susceptibles d’être aussi enclins. Des pénalités sont à envisager car à la différence du contrat saoudien où les britanniques ont pu replacer leur machines commander à un standard limité; les indiens demandent l’ultime standard que les allemands n’ont pas encore commandés.

Ce qui place le Rafale en bonne position sur le marché indien qui semblait déjà acquis à l’Eurofighter. Comme l’a montré le conflit libyen, l’avion omnirole de Dassault est déjà pleinement opérationnel ce qui est loin le cas pour le Typhoon en matière de frappes au sol notamment.

Déjà au début du mois d’aout, EADS voulait, dans ses usines allemandes et espagnoles diminuer les cadences de production de l’appareil pour éviter le chomage à ses employés jusqu’à ce qu’une commande à l’export soit sûre. Ainsi les cadences passeront de 53 à 43 appareils par an. Ce qui n’est pas très favorable pour acquérir le marché indien et son programme MMRCA (126 avions de combat pour $10,4 milliards). En effet pour tenir les impératifs d’équilibre avec la Chine et le Pakistan, l’Inde a besoin d’acquérir rapidement l’appareil, 18 appareils devant être fournis entre 2014 et 2017 avant que Hindustan Aeronautics puisse prendre le relais pour les 108 machines restantes à partir de 2017.

Alain Juppé se rend d’ailleurs en Inde les 20 et 21 octobre pour influencer la décision mais aussi pour discuter des offcets (50% de la valeur du contrat doit être réinvesti dans l’industrie de défense indienne). Est-ce que la crise et le conflit libyen auront raison des réticences envers le Rafale? Qui sera le premier client, les Emirats-Arabes-Unis ou l’Inde?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :