Les Mirages 2000-9 émiriens pour les Philippines ?

Vendredi 25 mai 2012

Alors que les Philippines font face à une menace chinoise de plus en plus sérieuse dans leur dispute territoriale en mer de Chine méridionale, pour les îles Spratly ; le pays souhaiterait ressusciter sa force aérienne en s’équipant de nouveaux chasseurs.

Si rien n’est encore signé, ce serait une piste supplémentaire pour les Mirage 2000-9 émiriens après la Libye et le Brésil.

En effet, l’Armée de l’air philippines n’a cessé ces vingt dernières années d’exprimer son souhait de s’équiper en Mirage 2000 ou en F-16 pour remplacer ses vieux chasseurs F-5. Or depuis 2005, l’armée de l’air les a même retirés du service. Celle-ci n’opère plus qu’avec des avions d’entraînement. Elle a huit avions d’entraînement T-41 aux États-Unis pour la formation de ses pilotes et a acheté 18 avions d’entraînement Marchetti SF-260 à l’Italie. Ces derniers servent pour la chasse en sus de leurs missions d’entraînement et d’attaque au sol avec des OV-10 Bronco.

Les militaires philippins espèrent que d’ici 2020, leur force aérienne soit redevenue l’égale de celles de leurs voisins avec des avions modernes. Ils aimeraient équiper deux escadrons de 15 à 18 appareils (pour 400 à 800 millions de dollars US chacun) mais pour l’instant seul un verrait véritablement le jour pour raisons financières (des travaux d’allongement sur une piste de la base située sur l’île de Nanshan sont en cours).

En décembre 2011, le gouvernement des Philippines fait une demande pour douze F-16 Fighting Falcon de seconde main auprès des États-Unis. Le 7 mai 2012, Dr. Peter Paul Galvez,  a annoncé que le ministère philippin de la Défense nationale (DND) s’était rapproché de plusieurs pays dont la France mais aussi le Royaume-Uni, l’Italie et la Corée du Sud.

Le 16 mai 2012, dans une interview à la radio, le président philippin Benigno Aquino III déclare que le prochain avion de combat ne sera pas américain. Il balaye ainsi l’offre américaine jugée trop couteuse en termes de maintenance et de remise à niveau des appareils.

Les Mirages 2000 émiriens offrent des coûts de maintenance relativement faible et des capacités multi-rôles très intéressantes. Si l’Italie cherche à se séparer d’avions d’attaque légers AMX, ils ne répondent pas à un cahier des charges pour un véritable intercepteur capable également d’attaques antinavires. La possibilité de se libérer de certains Tornado est également envisageable. Le Royaume-Uni voit dans l’affaire la possibilité de se séparer de ses Panavia Tornado F3 ADV qui ne sont plus en service mais également de certains appareils de la première tranche de l’Eurofighter Typhoon (plus complexe). La Corée, quant à elle, présente son TA-50 Golden Eagle mais cet appareil a plus de chance de l’emporter pour un autre contrat de 6 appareils.

Par ailleurs, pour réussir sur le marché philippin les entreprises étrangères sont fortement encouragées à maintenir un bureau de liaison dans le pays. En effet, les militaires ne traitent qu’avec des entreprises réputées et faciles d’accès, au cas où des problèmes pourraient survenir. Or Dassault grâce à EADS et Airbus détient une position intéressante. De plus, en ce qui concerne les contrats intergouvernementaux, le ministère philippin de la Défense nationale (DND) exige désormais que les gouvernements étrangers concluent un accord de coopération en matière de logistique et de défense avec les autorités philippines, afin de faciliter les achats de matériel et d’équipement militaire dans le cadre dudit instrument.

La France semble très active avec les Philippines. En décembre 2011, suite au Typhon Washi a frappé le sud des Philippines, elle a offert une aide financière à la croix rouge locale mais plus récemment le chef du service économique régional à l’ambassade de Singapour, Mr Hubert Testard s’est fortement impliqué auprès du sous-secrétaire philippin au commerce et de l’industrie, Mr Cristino L. Panlilio pour lui assurer qu’Airbus fera encore plus appels aux sous-traitants philippins en matière de composants électroniques et d’élément de structure pour être réexportés en France. Serait-ce lié au contrat pour des Mirages 2000 émiriens pour le Rafale aux EAU?

David Campese

One Response to Les Mirages 2000-9 émiriens pour les Philippines ?

  1. bruno dit :

    Message reçu, je n’ai par contre pas votre email. J’ai publié un article en réponse.
    http://portail-aviation.blogspot.fr/2012/05/futurs-ex-mirages-2000-9-des-emirats.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :