L’armée de l’air et la marine s’équipent d’avions chinois plutôt que français pour la formation de leurs pilotes

24/08/2012

Mardi  7 août 2012, le premier Cirrus mis à disposition par la société Cassidian Aviation Training Service (CATS), filiale d’EADS, est arrivé sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.  Cette filiale d’EADS qui a remporté un marché public pour la fourniture et la maintenance  d’appareils pour la formation des navigateurs officiers système d’armes.

La flotte se composera notamment de 20 Cirrus (13 SR20 et 7 SR22), pour une mise en service opérationnel prévue en octobre 2012. Ceci intervient avec la réforme de la formation des élèves pilotes et des élèves navigants à qui on demande une adéquation avec les brevets civils.

A Salon de Provence on a déjà vu la disparition des Tucanos et on se prépare à l’arrivée de ce nouvel appareil.

Le problème qui se pose est le fait d’acquérir un avion américain qui va faire le bonheur de l’industrie chinoise d’aviation légère alors que la France ne manque pas d’appareils dans ce segment. Cirrus a été racheté l’an dernier par le chinois China Aviation Industry General Aircraft (CAIGA), une filiale d’AVIC.

Nombreux analystes estiment en effet que les chinois vont s’appuyer sur Cirrus pour développer leur propre industrie nationale. Rappelons que l’espace aérien chinois est contrôlé par les militaires et que l’aviation de loisir est en plein développement. Cet achat est quelque peu surprenant alors qu’il existe de nombreux constructeurs français et que certains comme Robin ont souffert ces dernières années. D’autres au contraire se développent comme Issoire Aviation ou LH Aviation.

Cassidian, filiale d’EADS lorgne comme sa maison mère sur le marché US. Peut-on alors en déduire que le choix de cet appareil dans l’appel d’offre du ministère de la défense est un signe d’ouverture du marché français aux industriels américains pour obtenir des contrats. Jusqu’à l’acquisition chinoise de Cirrus, ce constructeur avait de graves difficultés financières. Beaucoup de spécialistes le diront, les Cirrus SR20 sont de bons appareils mais n’ont rien d’exceptionnel.

Alors, y a-t-il une logique industrielle derrière ce contrat ?

David Campese

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :