Défense : Pourquoi le mariage Nexter avec Krauss Maffei Wegmann est à haut risque

16/07/2013

Les deux groupes se ressemblent beaucoup. Mêmes usines, mêmes produits, mêmes compétences. Beaucoup de doublons qui augurent d’une casse industrielle et sociale importante. Pour autant, ne pas se rapprocher pourrait condamner à longue échéance Nexter face à l’arrivée de nouveaux acteurs venus des pays émergents.

C’est un véritable serpent de mer… même si cela concerne l’industrie de l’armement terrestre. Quoi donc ? Le dossier de la restructuration européenne que l’ancien patron de Nexter, Luc Vigneron, avait vendu en 2004 à l’opinion publique pour justifier les restructurations sévères en vue de redresser le groupe. Aujourd’hui Nexter va bien même s’il poursuit sa route tout seul. Mais cela fait près de dix ans qu’une opération avec le groupe allemand Krauss Maffei Wegmann (KMW) est envisagée selon les humeurs des uns et des autres.

Aujourd’hui, les deux entreprises reparlent de mariage. Il faut toutefois rester prudent car cela fait quand même deux-trois ans, selon nos informations, que les discussions sont commencées et ont traversé des hauts et des bas. Les négociations avaient d’ailleurs été interrompues avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en France. Elles ont ensuite sérieusement repris depuis le début de l’année. Cela reste toutefois une opération à très haut risque sur le plan industriel et social. Sans compter qu’il faudra passer par une loi de privatisation.

L’Aravis face au Dingo allemand

Pourquoi une telle opération est-elle très risquée ? Parce que, comme le notent tous les observateurs, la fabricant du char de combat Leclerc et celui du Leopard sont en concurrence sur l’ensemble de la gamme des blindés. Ce qui n’est pas le cas dans les munitions, un domaine où n’est pas présent KMW contrairement à Nexter, et dans l’artillerie, à l’exception notable du PzH 2000 allemand, le redoutable rival du Caesar. La grand majorité des produits de Nexter doit néanmoins se battre sur tous les marchés export contre ceux de Krauss Maffei.

C’est notamment vrai pour le véhicule blindé de combat d’infanterie VBCI, sur lequel fonde beaucoup d’espoir Nexter au Canada, au Danemark, au Qatar et aux Emirats Arabes Unis notamment. Mais le Boxer de KMW se dresse très souvent sur sa route. C’est le cas aussi pour le véhicule de transport de troupes tout-terrain à quatre roues motrices hautement protégé, l’Aravis, qui doit convaincre les éventuels pays clients face au Dingo allemand. L’Aravis a d’ailleurs été choisi en 2011 par l’Arabie Saoudite.

Les deux groupes se ressemblent beaucoup (trop ?)

Les deux groupes se ressemblent beaucoup. Trop ? Mêmes usines, mêmes produits et mêmes compétence, rappelle un bon connaisseur des deux groupes. Jusqu’aux chiffres d’affaires qui sont quasi identiques. Si Nexter a bouclé l’année 2011 à 851 millions d’euros (1,07 milliard en 2010), Le groupe public emploie 2.700 salariés sur neuf sites de production. KMW (3.500 personnes, sept sites en Allemagne, dont le siège social à Munich) a quant à lui enregistré un chiffre d’affaire de 1 milliard en 2011, le dernier chiffre connu pour l’entreprise familiale, qui ne publie pas ses comptes (915 millions en 2010).

Seule différence notable, les prises de commandes de KMW surfent sur le succès actuel du char Lepoard à l’exportation en dépit de la claque subie en Arabie saoudite. Une telle opération ne se fera pas sans une casse industrielle et sociale si les deux groupes se rapprochaient. Comme le notent certains observateurs, l’idéal pour créer le troisième acteur européen (derrière General Dynamics et BAE Systems) serait de passer par une étape nationale pour renforcer Nexter. Pas sûr que les Allemands voient d’un bon oeil ce tour de passe-passe pour muscler le groupe public.

Plus question de faire entrer Thales au capital de Nexter

Que peut espérer Nexter en France ? Deux projets, dont l’un est très avancé, restent possibles. L’acquisition du fabricant de poudres et explosifs pour munitions, obus et petits missiles, Eurenco, qui a réalisé 248 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 (plus de 1.000 salariés), est en très bonne voie. Elle suit son cours dans le cadre des modalités classiques pour une telle opération. Elle devrait se concrétiser avant la fin de l’année. Cette opération va notamment permettre à Nexter d’internaliser la fourniture des composants essentiels pour ses munitions.

Le dossier est en revanche beaucoup plus difficile avec TDA, filiale à 100 % du groupe Thales spécialisée dans les mortiers et les roquettes. Si en 2011, l’Etat avait retenu le schéma de confier TDA et sa filiale FZ à Nexter, et en contrepartie de faire entrer Thales dans le capital de Nexter, cela ne semble plus être le cas. Le nouveau PDG de Thales, Jean-Bernard Lévy, n’a pas l’air très intéressé. « Je n’ai pas en tête qu’il y ait des synergies technologiques et industrielles entre les deux groupes », avait-il expliqué en juin dans une interview accordée à La Tribune.

Et si Nexter reste seul ?

Si Nexter reste seul, pour certains observateurs, il est voué à disparaitre lentement face à la montée en puissance sur les marchés de l’armement terrestre des nouveaux entrants, qui sont très compétitifs. Pour Nexter, ils constituent « la vraie menace », selon le PDG de Nexter, Philippe Burtin. « Ces pays montent progressivement en gamme en capitalisant sur leurs domaines de compétences – camions, engins spéciaux, autobus. Grâce aux transferts de technologies – ils se constituent une industrie puissante fondée sur des besoins nationaux d’équipements – ils produisent de grandes séries – et une structure de coûts que nous ne pouvons pas atteindre », avait-il expliqué en début d’année. C’est notamment le cas de la Turquie, de l’Afrique du sud, de la Corée du sud, de la Chine… Dans le secteur de la défense terrestre, Nexter doit faire face à la concurrence où les produits se comptent par dizaines dans certains créneaux.

Une opération qui  peut délivrer « beaucoup de valeurs »

Nexter doit donc choisir… entre la peste et le choléra. Se rapprocher de KMW ou s’exposer à un lent déclin. Ce qui vaut également pour KMW, qui peut choisir son compatriote et rival Rheinmetall – une opération qui n’a jamais pu se faire… « Les Etats vont avoir de plus en plus de difficultés à justifier une préférence nationale pour acheter des blindés », explique un bon connaisseur du dossier, qui estime que l’opération Nexter/KMW a « potentiellement pas mal de sens ». A condition, précise-t-il, que cela aille au-delà d’un simple rapprochement capitalistique.

Car cette opération peut délivrer « beaucoup de valeurs ». Surtout un rapprochement permettra de « disposer de la capacité financière adéquate et c’est là que la question de la taille se pose, avait expliqué Philippe Burtin. A moyen terme, elle nous permettra de financer le développement de nos produits, en parallèle du retrait de l’Etat, qui déjà demande le cofinancement. (…) A moyen terme c’est la taille qui nous permettra, dans la structure rassemblée et agrandie d’un groupe européen de faire face à ces nouveaux enjeux ».

Nexter majoritaire ?

Derrière General Dynamics et BAE Systems, dont le portefeuille va des systèmes d’armes jusqu’aux services en passant par les équipements et les munitions, Nexter voudrait se frayer un chemin pour devenir le troisième acteur global de la défense terrestre européen « permettant l’autonomie des choix et des actions » de nos clients européens, notamment l’armée française. Car, selon Philippe Burtin, « l’objectif de Nexter est de maintenir l’unité des activités systèmes et des munitions du groupe » et de « préserver sa liberté de systémier ». Enfin, l’ambition de Nexter « vise à la formation d’une entreprise intégrée dans laquelle les intérêts français seraient préservés : majoritaires ou à égalité de droits, tout en pérennisant en France les compétences nécessaires au maintien de l’autonomie d’approvisionnement des forces ».

Source : La Tribune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :