Aéronautique : les Emirats Arabes Unis en guerre, la fièvre des commandes tombe

Par Michel Cabirol, à Dubai  |  09/11/2015

Les Emirats Arabes Unis sont en guerre au Yémen. Un conflit qui coûte très cher et qui repousse à plus tard les dossiers d’acquisitions de nouveaux équipements militaires. Les compagnies aériennes du Golfe digèrent quant à elles leurs précédentes commandes faramineuses.

Qu’on se le dise en France, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont en guerre. Au Yémen précisément, les troupes émiraties, qui déplorent quelques pertes humaines (68 morts), combattent aux côtés des Saoudiens principalement. C’est le message qu’a d’ailleurs fait passer le prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, qui a inauguré dimanche le Dubai Air Show, à ses interlocuteurs français en leur précisant que cette guerre sera très certainement longue. « Nous n’avions pas du tout la perception de cette situation ici en France », reconnait un industriel surpris par ce discours.

Les Emirats focalisés sur le conflit au Yémen

leclerc-eau-20150803Comme c’est le premier conflit à l’étranger auquel des troupes au sol émiraties participent, les autorités sont donc très focalisées sur cette guerre. Du coup, les discussions sur les projets d’acquisitions, dont le Rafale, sont ralenties en attendant des jours meilleurs. « Il faut attendre une meilleure conjoncture », estime-t-on à La Tribune. Car la guerre au Yémen coûte très chère aux Emirats, qui pâtit en outre d’un prix du baril trop faible. Il a perdu la moitié de sa valeur depuis juin 2014, le cours du « light sweet crude » pour livraison en décembre s’élevait vendredi à 44,29 dollars.

Sheikh Mohammed n’a donc pas abordé les dossiers armement lors de la première journée du salon de Dubai, à l’exception de quelques programmes d’urgence opérationnelle liés au conflit comme par exemple des besoins en optronique. D’autant que les Emirats, qui sont déjà très bien équipés, utilisent la plupart de leurs systèmes d’armes achetés ces dernières années dans les combats au Yémen, y compris les chars Leclerc, qui donnent entière satisfaction, selon une source française.

« Nous pensons que les prix du pétrole vont se maintenir à leur niveau actuel pendant des années et, par conséquent, les pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe : Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) devraient procéder à des ajustements budgétaires », a déclaré dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Le civil également en berne

Avant de rallier Dubai pour le salon aéronautique, qui a ouvert ses portes dimanche, les constructeurs ne s’attendaient pas à de nombreuses commandes. Ce sera le cas pour le millier d’exposants d’une soixantaine de pays qui participent jusqu’à jeudi au Dubai Air Show. Contrairement à la dernière édition qui avait établi un record en générant 200 milliards de dollars de commandes. Les compagnies du Golfe, principalement Emirates, Etihad et Qatar Airways ont déjà commandé de très nombreux appareils. « Il faut qu’elles digèrent ces commandes », expliquent plusieurs industriels.

Le PDG d’Etihad, James Hogan, a notamment précisé que les commandes de sa compagnie suffisaient à couvrir ses prévisions de développement jusqu’à 2040. Emirates a finalisé en 2014 une commande de 150 Boeing 777, pour une valeur de 56 milliards de dollars. « Emirates a signé il y a deux ans de nombreux contrats », a déclaré dimanche à l’AFP le président de la compagnie, Sheikh Saïd Al-Maktoum, laissant entendre qu’il n’y aurait pas de commandes cette année. Il avait indiqué peu auparavant aux journalistes ne pas s’attendre à de « nouvelles » commandes, étant donné le grand nombre de commandes des « compagnies du Golfe lors de la dernière édition du salon ».

Un marché toujours en croissance

En dépit d’une édition pauvre en annonces, la croissance de la zone du Moyen-Orient (6,2%) reste secteur à celle du reste du monde, qui est d’environ 5%. Selon Boeing, la demande de nouveaux avions au Moyen-Orient sera de 3.180 appareils au cours des 20 prochaines années, pour une valeur de 730 milliards de dollars. « Environ 80% de la population mondiale vit à huit heures de vol du Golfe », a expliqué le vice-président de Boeing Commercial Aircraft Randy Tinseth. Grâce à cette position géographique stratégique, les compagnies du Golfe offrent des liaisons à une seule escale entre de nombreuses villes.

Le constructeur brésilien Embrarer, spécialisé dans les avions de taille moyenne a indiqué pour sa part s’attendre à une demande au Moyen-Orient de 220 avions de 70 à 130 sièges d’ici 2034 d’une valeur totale de 10 milliards de dollars au prix du catalogue.

Source : La Tribune

Publicités

« La vente des Mistral a ouvert des portes aux entreprises françaises en Russie »

Le 17 août 2011 par Barbara Leblanc

A l’occasion du salon de l’aéronautique et de la défense Maks qui se déroule en Russie depuis le 16 août, L’Usine Nouvelle revient sur le marché local et les enjeux pour les professionnels français avec Philippe Migault, spécialiste à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

L’Usine Nouvelle – Quelle est la place des industriels français sur le marché russe ?
Philippe Migault – Ils ont le vent en poupe. Et ce, dans tous les secteurs représentés ici au salon Maks (aéronautique, défense, armement). La vente de deux Mistral en juin dernier leur a vraiment ouvert des portes en Russie, cela ne fait plus aucun doute. Thalès et Safran étaient déjà présents, notamment à travers les filiales Sagem ou Snecma. Mais depuis juin, ils entendent renforcer encore leur position sur le marché de la défense russe et profiter de nouvelles collaborations.

Qu’en est-il des autres industriels, plus petits et moins présents ?
Ils ont tout à y gagner aussi. Ils ont décidé de faire des efforts, contrairement aux années précédentes. Par exemple, il y a deux Rafale de Dassault sur le salon. Un industriel qui vient avec deux avions de ce type sur un salon, c’est très significatif. Cela démontre une envie de percer et de vendre sur le marché. Les acteurs français cherchent donc à pérenniser leur collaboration en terre russe.

D’où vient cet élan d’ouverture de la Russie ? Une nouvelle stratégie ?
De nombreux analystes assurent qu’il y a une guerre entre le Premier ministre, Vladimir Poutine, et le président, Dmitri Medvedev. Le second étant plus ouvert à l’entrée d’industriels étrangers que le premier. Mais il faut en finir avec cette image d’Epinal. Il n’y a qu’une seule stratégie russe en la matière : s’ouvrir aux industriels étrangers. Mais sous conditions. Il doit y avoir transfert de technologies et les industriels doivent travailler en collaboration avec des groupes russes. C’est ce qu’ont déjà fait par exemple Renault et Nissan avec Avtovaz. Si les entreprises étrangères sont d’accord sur ce point, toutes les portes leur sont ouvertes.

Mais une telle stratégie doit déplaire aux industriels locaux, non ?
C’est vrai qu’ils sont réticents à l’arrivée de nouveaux concurrents sur un marché qui était jusque là clos. Mais ils savent aussi que cette évolution est inéluctable. S’ils veulent percer, ils doivent se moderniser et acquérir un savoir faire qu’ils n’ont pas. Ce qui les contraint à s’allier.

Comment se place le marché russe dans l’environnement mondial ?
Il est en pleine expansion. Et c’est normal. Il a des besoins énormes en défense, en aéronautique et en armement. Notamment du fait de sa superficie. Il faut savoir qu’en Russie 40% du territoire n’est pas accessible par la route ou le rail. Ce qui laisse de nombreuses ouvertures de développement pour les secteurs représentés au salon.

Comment se déroule-t-il ?
Il y a une ambiance bonne enfant. Il n’a rien à voir avec le salon du Bourget ou d’autres salons occidentaux. Il est plus petit. Son autre particularité, c’est qu’il porte davantage sur les matériels de défense que sur l’industrie civile. Les vedettes sont donc les chasseurs et les hélicos. Même si l’A380 d’Airbus a rencontré un vif succès lors de sa présentation hier.

Source: L’Usine Nouvelle

Small, silent UAV for covert urban operations

Published 15 August 2011

A 9-pound man-packable UAV called Ghost is designed for silent urban operations in daylight and at night; Ghost’s two rotary electrical engines allow it to operate in complete silence, provide real-time intelligence to ground forces working in cities and towns where densely located buildings and other urban cover can conceal enemy forces, terrorists, or other hostile combatants; the UAV is ideally suitable for law enforcement as well

Columbus, Mississippi-based Stark Aerospace, an Israel Aircraft Industry (IAI) North America company, is showing its 9-pound twin-rotor man-packable UAV called Ghost for silent urban operations in daylight and at night. IAI will unveil the covert-operations UAV this week at the AUVSI Unmanned Systems North America trade show being held in Washington, D.C. on 16-19 August. Observatoire de l’Industrie reports that the Ghost small hovering UAV which looks like a smaller – much, much smaller — version of the Boeing CH-47 Chinook twin-rotor heavy-lift helicopter. It is designed to provide real-time intelligence to ground forces working in cities and towns where densely located buildings and other urban cover can conceal enemy forces, terrorists, or other hostile combatants.

The UAV can be fitted with different imaging equipment and sensors, such as visible-light cameras and infrared sensors. Sensor data can be data-linked back to operators.

The Ghost UAV-helicopter has automatic vertical takeoff and landing capability and can loiter for as long as thirty minutes. IAI engineers designed the system with two rotary electrical engines so it can operate silently and support day and night special operations missions.

IAI designed the Ghost UAV and its control system based on computer gaming to make the system intuitive for operators, who need little training to work the system, company officials say. Two soldiers can carry the entire system in their backpacks. System components include two UAVs, batteries, control unit, and communications. Ghost is suitable for paramilitary and homeland security applications, IAI officials say.

Source: homelandsecuritynewswire.com

Salon de l’aéronautique de Moscou : l’industrie française arrive en force

Trente-quatre entreprises françaises seront présentes au Salon russe de l’aéronautique qui ouvre ses portes demain près de Moscou. Safran est sûr de signer des contrats. Airbus espère placer des commandes pour son moyen-porteur A320 NEO.

Deux mois après un Salon du Bourget exceptionnel pour l’aéronautique, et avant tout pour Airbus, les principaux acteurs mondiaux du secteur se retrouvent à partir de mardi à Moscou pour un salon, certes, de moindre envergure mais cependant prometteur : le MAKS, qui se tient tous les deux ans. Après 10 milliards de dollars de commandes enregistrées en 2009 et compte tenu des besoins du marché russe, estimés par Boeing à 1.000 appareils civils d’ici à 2030, l’édition 2011 devrait être riche en contrats.

Pour les Français, présents sur place avec 34 entreprises, la signature phare est prévue demain soir en présence du Premier ministre Vladimir Poutine : elle portera sur la création d’une coentreprise entre Safran et l’agence publique russe d’exportation d’armes Rosoboronexport. « Ce sera une première en Russie, une association forte et opérationnelle », confie aux « Echos » Marc Sorel, directeur de la filiale russe de l’équipementier français. Au sein de la branche aéronautique du groupe, l’entreprise concernée devrait être Sagem (solutions et services en optronique, avionique, électronique et logiciels critiques, pour les marchés civils et de défense). En décembre dernier, lors de la visite du Premier ministre François Fillon à Moscou, Sagem avait déjà signé avec Rosoboronexport un protocole d’intention sur une coentreprise dans la navigation inertielle.

Le MAKS devrait aussi permettre au motoriste Snecma, filiale de Safran, d’étendre son carnet de commandes pour le Superjet, le nouvel avion moyen-courrier russe. C’est le premier modèle civil conçu par la Russie postcommuniste, grâce à de nombreux partenaires occidentaux, dont Safran en coentreprise avec une société russe. Au moins deux nouveaux contrats de commandes fermes de Superjet devraient être signés au cours du salon, par une compagnie aérienne russe et une non-russe. Soit 22 avions supplémentaires dans un carnet qui compte jusqu’ici 170 commandes fermes. Après de multiples retards, le Superjet a enfin pris son envol au printemps avec deux appareils assurant des vols commerciaux, l’un pour la compagnie russe Aeroflot, l’autre pour l’arménienne Armavia.

Les espoirs d’Airbus

Dans le cadre du MAKS, où volera en démonstration le très gros porteur A380, Airbus, qui n’avait rien vendu lors de la précédente édition de 2009, compte pareillement gonfler ses commandes. La compagnie russe Transaero devrait lui acheter huit moyen-courriers A320 NEO. A la veille de l’édition 2011, les pourparlers se poursuivaient pour de « possibles autres contrats, de 30 à 50 avions », glisse une source, ajoutant cependant : « Les autorités russes ont fait passer le message à leurs industriels : sous le feu médiatique du salon, il faut acheter russe et non étranger. » Airbus signera par ailleurs, demain mardi, un nouveau contrat avec VSMPO-Avisma, la société russe de titane, ce matériau crucial en aéronautique. Des produits de plus en plus finis seront livrés, afin de limiter les étapes intermédiaires de transformation.

Quelque 60 % de l’approvisionnement d’Airbus en titane provient de Russie. « Contre 100 % pour Boeing, qui en achète cinq fois plus que nous, regrette une source proche du dossier. Les Russes aiment ça car cela leur assure des entrées de cash. D’où les faveurs dont bénéficie Boeing chez les autorités et chez Aeroflot. Au contraire, la collaboration industrielle que les Européens avaient proposée sur le long terme peine à se matérialiser. »

Source: BENJAMIN QUENELLE , Les Echos

Conférence Géoéconomie : “La révolution des industries de défense” (18 mai, 18h, Assemblée nationale)

A l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue Géoéconomie, l’Institut Choiseul a le plaisir de vous inviter à la conférence-débat :

“La révolution des industries de défense”

Mercredi 18 mai de 18h à 20h,
Assemblée nationale, salle 6403, Palais Bourbon, 126, rue de l’université, 75007 Paris.

Modérateur :
Didier LUCAS,
Directeur de l’Institut Choiseul

Intervenants :
Amiral (2S) Alain Coldefy,
Coordinateur de Géoéconomie N°57
Conseiller du président, EADS
Fanny COULOMB,
Maitre de conférences, Institut d’études politiques de Grenoble
Hervé GUILLOU,
Président, CASSIDIAN SYSTEMS
Hélène MASSON,
Maitre de recherche, Fondation pour la recherche stratégique
Contrôleur général des armées Patrice Van ACKERE,
Conseiller du président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées, Assemblée nationale

Cette conférence est organisée en partenariat avec Diploweb, la revue géopolitique online et Alliance Géostratégique.

L’inscription à cette manifestation est obligatoire : bulletin de réponse PDF.

Merci de bien vouloir transmettre l’information à vos contacts susceptibles d’être intéressés par cette conférence.

DTM to showcase Springbuck Six armoured vehicle at IDEF 2011 Istanbul

Press release issued by Drakensberg Truck Manufacturers

Wednesday, 04 May 2011 12:20

DTM, a privately owned South African armoured vehicles company, will be exhibiting the Springbuck armoured and landmine protected vehicle at the IDEF 2011 defence exhibition, held in Istanbul from 10-13 May 2011.

The Springbuck armoured and landmine protected vehicle will be proudly displayed in hall 3 booth 329A, and visitors will have the opportunity to view this vehicle and find out why is has become so popular in the defence industry.

This permanent 4×4 vehicle not only boast exceptional manoeuvrability but with its powerful MWM 6 litre engine also handles effortlessly on the open road. Special attention has been given to the ergonomics of the driver and its 10 passengers.

With a ballistic protection of B6 upgradeable to B7, the all-steel armoured v-shaped hull is designed to withstand a TM57 landmine under the hull or two under any wheel.

The standard Springbuck APC configuration can be easily adapted to various applications such as command vehicle, ambulance and cash-in-transit vehicle, and by the addition of a variety of turret-mounted weaponry the vehicle can be effectively used as a combat vehicle.

The Springbuck APC is a newly built vehicle designed for ease of operation and repair, using internationally available drive-line components for assured reliability as well as availability of parts.

As South Africans we look forward to providing potential customers at IDEF 2011 with the best value available on the market.

IDEF 2011: la Russie présentera plus de 100 armes et matériels

17:23 05/05/2011
MOSCOU, 5 mai – RIA Novosti

La Russie exposera plus de 100 armes et matériels présentant un intérêt pour les pays méditerranéens au Salon international de défense IDEF 2011 qui se déroulera à Istanbul, en Turquie, du 10 au 13 mai, a annoncé jeudi l’agence russe d’exportation d’armements « Rosoboronexport ».
« Nous comprenons que plusieurs pays de la région sont membres de l’OTAN. Mais nos armements répondent parfaitement aux normes de l’Alliance. D’autant plus qu’ils surpassent sensiblement leurs concurrents sur certaines caractéristiques ou sont tout à fait uniques », a indiqué Anatoli Aksenov, chef de la délégation russe au salon.

Le stand russe présentera notamment l’hélicoptère Mi-171Ch, très populaire sur le marché international, les hélicoptères de combat Ka-62, Mi-28NE, ainsi que l’hélicoptère de transport et de combat Mi-35 que la Russie exporte déjà vers le Venezuela et le Brésil.

Les hélicoptères Ka-62, Mi-28NE et Mi-35 sont blindés, dotés d’armements puissants et d’équipements radioélectroniques permettant de les utiliser par tous les temps, de jour comme de nuit.

Par ailleurs, Rosoboronexport exposera le blindé de combat d’infanterie BMP-3M, les blindés de transport de troupes BTR-80/80A, les véhicules de dépannage BREM et le char T-90S qui a déjà démontré sa fiabilité et son efficacité.

Les visiteurs du salon pourront obtenir des informations sur les missiles de moyenne et longue portée Tor-M2E et Bouk-M2T, ainsi que sur le système mobile anti-aérien de longue portée Antei-2500.

Beaucoup de pays méditerranéens possèdent une longue ligne côtière et peuvent donc s’intéresser aux vedettes et navires de débarquement russes, aux missiles sol-mer et aux sous-marin à propulsion diesel-électrique. La Russie présentera la frégate Gepard-3.9, la corvette Tigr, la vedette d’artillerie Tornado, le sous-marin à propulsion diesel-électrique de 4e génération Amour-1650 et le simulateur Laguna destiné à former les officiers à la  manœuvre.

LAAD highlights debate on defence and public security

The eighth edition of Latin America’s leading trade show for the sector takes place on April 12-15, 2011, at Riocentro. In the spotlight will be the security integration challenges for the FIFA World Cup and the Olympic Games.


São Paulo, February 15, 2011 – LAAD Defence & Security 2011, Latin America’s leading trade exhibition for the sector, takes place on April 12-15 at Riocentro in Rio de Janeiro, Brazil. Consolidated as the principal debating forum and showcase for new defence technologies in Latin America, the eighth edition of LAAD will devote more space to public security, a topic that is increasingly considered an integral part of the debate on national security, particularly in light of the preparations for the 2014 FIFA World Cup and the 2016 Olympic Games, both of which will be held in Brazil.

Every two years LAAD brings together authorities and major players in the Brazilian and global defence industry. Senior officers in the navies, armies and air forces of Latin American countries as well as other continents gather there as guests of the Official Delegation Programme. Given the growing importance of security, this year’s edition will be attended by state secretaries of public security, commanding officers of military police forces, heads of civilian police forces, commanders of municipal guard forces, and law enforcement authorities from other countries across Latin America.

LAAD Defence & Security 2011 features companies that specialize in the supply of equipment and services for armed forces, police forces, special forces, security services, consultants, and government agencies. The eighth edition of the show will occupy pavilions 3 and 4 at Riocentro and its external static display area, totalling 47,000 square metres of exhibition space.

The invitation-only event highlights the technical and scientific production and technological capabilities of the defence and security industries, which are of high strategic value to all nations. The exhibitors include the leading developers of next-generation technology in equipment, systems, protection devices, information technology, armoured products, simulators, military aircraft, vehicles and naval vessels, communications systems, and integrated command and control systems.

The exhibition will have two new sections in this edition: the Space Zone, which will focus on the space industry and government agencies for the sector; and an area dedicated to Training & Simulation.

Promoted and organised by Clarion Events, LAAD has institutional support from the Brazilian Ministry of Defence and the three Armed Forces of Brazil, as well as support from the Brazilian Defence Materials Industry Association (ABIMDE) and the Brazilian Aerospace Industry Association (AIAB). For the first time, the event will also have institutional support from the National College of State Secretaries of Public Security (CONSESP), the National Council of Commanders-in-Chief of Military Police & Firefighting Forces (CNCG-PM/CBM), the National Council of Heads of Civilian Police Forces (CONCPC) and the National Council of Municipal Guards (CNGM).

Sérgio Jardim, director-general of Clarion Events and show manager of LAAD, stresses that the increased amount of space devoted to public security at the event reflects a global trend. “Integration between armed forces and security forces is a recurring theme because of ongoing projects in border security, wealth protection and organisation of high-visibility events, such as the World Cup and Olympics,” he says.

He draws attention to the fact that this is the second edition of the event since the National Defence Policy was issued. “This is a time at which agreements and acquisition programmes are in progress. Vendors from several countries are looking for business opportunities in Brazil,” he says.

Exhibition – Some 550 companies from over 35 countries will participate in the exhibition. Countries exhibiting for the first time include China, Finland, Norway, Portugal, Singapore, Slovakia and Taiwan, alongside traditional exhibitors such as the United States, United Kingdom, France, Germany, Italy, Spain, South Africa, Poland, Sweden, Netherlands, Bosnia, Belgium, Serbia, Israel, Russia, India, Turkey, Austria, South Korea, Bulgaria and Ukraine. Most of these countries have national pavilions at LAAD.

LAAD Defence & Security 2011 targets highly qualified trade visitors, expected to reach over 20,000 this year. Official delegations will be welcomed from more than 55 countries.

“LAAD sets out to present technological innovations and give exhibitors an ideal venue for networking and developing business opportunities in a highly specialised environment. The Official Delegation Programme brings to the four-day event defence ministers, force commanders and ranking officers from four continents, » says Jardim.

Another Clarion initiative designed to enhance the quality of attendees still further is the Guest Programme, which will bring to the event experts in specification processes and defence and security equipment from Brazil and other Latin American countries.

Seminars – LAAD’s highlights in 2011 include a seminar programme developed in response to market requirements, offering high-quality content for both the defence and security segments. The seminar presentations will take place in parallel with the exhibition, featuring authorities, experts and guest speakers in discussions of the impact of technological evolution and the latest innovations in products, services and solutions.

Focusing on “Technology: solutions, innovations and technological evolution”, the Third Defence Seminar includes a day dedicated to the space segment, whose importance to national security will be debated.

The main novelty in this edition is the First Security Seminar, which focuses on “Technology: modernisation, innovation and intelligence in law enforcement and public security”. Among other topics, the seminar will address security issues relating to the world sports events Brazil is due to host in the current decade. A special ITEC Brazil Training & Simulation session, for example, will have a module on anti-terrorism training.

Rapport de Salon: IDEX 2011

Le salon IDEX 2011 s’est tenu à Abu Dhabi (Émirats Arabe Unis) pour sa 10° édition. Ce salon, qui se déroulait à l’ADNEC, est le plus important de l’année par le nombre d’exposants et la grande variété des nations participantes. Des pays comme la France ou l’Allemagne y prennent une part importante.
Il est également à noter une présence significative des pays du moyen orient (EAU, Jordanie, Arabie Saoudite, etc. .) et une représentation importante de l’Ukraine avec de nombreux matériels présentés allant de l’arme de petit calibre, au char de combat de dernière génération. La Chine a cependant présenté moins de nouveautés que lors de la dernière édition.

Rapport salon avec photo au lien suivant

Source : Ministère de la Défense – EMA

Bell Helicopter Receives Significant Number of Signed Contracts

FORT WORTH, TEXAS — Bell Helicopter, a Textron Inc. company, announced today it received 41 signed contracts at HELI-EXPO 2011 in Orlando, Fla., this past week.

« This was an exceptional show for Bell Helicopter, » said John L. Garrison, president & CEO, Bell Helicopter. « Spending time with our customers and listening to their needs and direct feedback is invaluable. Generating a record number of orders at HELI-EXPO this year – selling over 40 aircraft – is an indication of customer trust in Bell Helicopter and that we are meeting their mission needs. The mix of aircraft and the geographic diversity are positive indications for our entire industry – and more importantly global confidence in Bell Helicopter. »

The product mix included several 412EPs, 429s, 11 new 407GXs as well as 206L4s representing North America, Asia, Latin America, Europe and the Middle East.

« We can definitely start to feel a change in the climate, » said Larry Roberts, senior vice president, Commercial Business for Bell Helicopter. « I was especially delighted that we enjoyed sales across the product range in particular with the Bell 412EP, the 407GX and the 429. This demonstrates that whether mature technology or new innovation our aircraft remain in demand confirming to a large measure that Bell Helicopter solutions are relevant in the market place. The industry wants Bell Helicopter solutions and we aim to keep providing them. »

At this year’s Heli-Expo, Bell Helicopter announced the 407GX a new version of the Bell 407 equipped with the innovative Garmin G1000HTM Integrated Flight Deck and the 407AH, the first Bell-qualified armed commercial aircraft across the market.

Bell Helicopter, a wholly owned subsidiary of Textron Inc., is an industry-leading producer of commercial and military, manned and unmanned vertical lift aircraft and the pioneer of the revolutionary tilt rotor aircraft. Globally recognized for world-class customer service, innovation and superior quality, Bell’s global workforce serves customers flying Bell aircraft in more than 120 countries.