FIRST EGYPTIAN NEWLY OPERATIONAL TYPE 209/1400 ATTACK SUBMARINE

The first submarine (S41) of a batch of four, arrived in Alexandria’s Ras El-Tin naval base on 19 April. The new submarine, manufactured by German company ThyssenKrupp Marine Systems, sailed from the German city of Kiel at the end of March.

Egypt 209-1400

According to the Egyptian press, the Egyptian navy undertook exercises using the submarine on 18 April, ensuring its readiness to join the fleet.

Similar to the South African submarines, these submarines have a dived top speed of 21.5 knots. They are equipped to launch both missiles and torpedoes.

In May 2016, the US State Department agreed to sell to Egypt via a foreign military sales (FMS), twenty Harpoon UGM-84L Block-II encapsulated missiles at a cost of $143 million including services for five years. At the time, the DSCA (Defense Security and Defense Agency) indicated that these weapons were for supporting the Egyptian Navy’s Type 209 submarines.

Even if South African submarines are equipped with SUT 264 torpedoes, we could fairly think Egyptian boats might fire DM2-A3 torpedoes like Colombia, with its German Type 209/1200. Another option is the American Mk-48 torpedoe. Indeed, Egyptian Romero submarines have already Mk-48 Mod4M or Mk-48 Mod 6AT torpedoes in their inventory.

According to the German press, the second submarine (S42) is currently under trials. The agreement between Egyptian authorities and TKMS foresees that the two next units will be delivered from 2018 onwards.

Romero’s replacement program:

For over 15 years, Egypt has looked for replacing its Chinese Romero-class submarines delivered in 1983 and 1984.

Early in the 2000s, Egypt was keen to procure second-hand submarines. In December 2004, preliminary negotiations with Germany for the acquisition of Type 206A submarines Germany took place. Egyptian authorities were already interested to get up to four submarines. Other studied options included Greek Type 209/1100 submarines and even three Heroj-class submarines from Montenegro.

After several years of negotiations, due to the fact Germany already supplies Dolphin-class submarines to Israel, both governments reached an agreement in summer 2011 for 2+2 (2 and 2 in option) Type 209/1400 submarines for €920 million. In February 2014, rumours indicated that Egypt wanted to activate its option from TKMS for a cost of €500 million notwithstanding the alleged opposition of former Federal Minister of Economic Affairs and Energy, Sigmar Gabriel who vowed a much more cautious approach to licensing arms exports. In 2015, the German press unveiled the option was exercised.

Between 2011 and 2015, other rumours indicated Egypt was interested by Russian submarines into a wider package with aircrafts, artillery systems, etc.

Written by Julien Brugnetti for OIDA Strategic Intelligence

Publicités

NIGERIAN AIR FORCE REVIVAL

Nigeria is reviving its air force with a number of aircraft acquisitions from abroad and refurbishment of grounded aircraft to intensify its operations against Islamic extremist group Boko Haram and reposition itself to better protect its national security. Nigeria’s Chief of Air Staff, Air Marshal Sadique Abubakar, stated that: “The Nigerian Air Force has adopted and is currently executing operational strategies to boost the operational efficiency of the Nigerian Air Force while also improving the welfare of its airmen and some of the communities within its area of operation.”

On October 21, the Nigerian Air Force (NAF) and Pakistan Aeronautical Complex (PAC) Kamra signed a contract for ten Super Mushshak trainer aircraft. Currently on loan are eight aircraft until the new aircraft are delivered. PAC’s Kamra Chairman, AM Arshad Malik, said that the contract includes operational training and technical support by the Pakistan Air Force.

At a ceremony held at Nigerian Air Force Base Kaduna on December 5, Air Marshal Abubakar accepted the first four Super Mushshaks with an additional four to be delivered in 2017. According to Abubakar, the air force currently has 70 pilots on training placements locally and abroad. The Super Mushshak  (The Agile) is an upgraded version of the Mushshak fitted with a more powerful engine, cockpit air-conditioning system (Enviro R-134), electrical instruments, and electric trim (elevator and rudder electrical cum manual trim).

Apart from basic flight training, the Super Mushshak can be utilized for:

  • Instrument flying
  • Aerobatics, stalls, and deliberate spins
  • Night flying
  • Navigation flying
  • Formation flying

The Super Mushshak can also be deployed for a wide range of army co-operation missions such as:

  • Forward air control
  • Forward area support with droppable supply containers
  • Reconnaissance
  • Artillery fire observation
  • Camouflage inspection
  • Border patrol
  • Liaison
  • Target flying and target towing for training of ground units

In addition to the Super Mushshak acquisition, Nigeria is set to receive the following aircraft:

  • 4 Mi-35N attack helicopters (Russia)
  • 3 Ex-Brazilian Air Force Super Tucanos (light attack and surveillance operations)
  • 3 JF-17 Thunder fighter jets (Pakistan)

Despite political sensitivities between Nigeria and the U.S., in May 2016 the U.S. was seeking to approve the sale of up to 12 Super Tucanos to Nigeria for operations against Boko Haram. The U.S. has provided millions of dollars towards regional efforts in combatting Boko Haram, and will more than likely continue to do so as long as Nigeria shows progress in ending human rights violations and corruption in its armed forces.

oida_nigeria-af

Working with what they already have in their inventory, Nigeria is resurrecting grounded aircraft into service and recently refurbished:

  • 3 Mi-24V and Mi-35P attack helicopters
  • 2 EC-135s
  • 2 AugustaWestland A109s
  • 1 Super Puma
  • 1 Beechcraft light aircraft
  • 1 Falcon jet
  • 1 Diamond DA-42
  • 2 Dornier DO-228 (surveillance and patrol)

The revival of the Nigerian Air Force can only have a positive effect on pilots and will undoubtedly boost morale and professionalism. Air Marshal Abubakar stated that: “By the end of the first quarter of 2017, the NAF would have 21 additional new platforms in its inventory. We are highly excited of this development because the last time the NAF was given such number of platforms at a time was in the early 80s.” The Air Marshal added that the main objective of the air force’s strategy is to enable land and surface forces to operate with little or no limitations: “You cannot eliminate all threats to surface forces, what you can do is to soften the ground sufficiently so that the Army or Navy can move in to conduct their operations.”

Written by Sylvia Caravotas (Satovarac Consulting) for OIDA

Source : OIDA Strategic Intelligence

L’inde, premier contrat export de l’année 2016 pour le Rafale de Dassault

Selon la presse indienne, un accord de gouvernement à gouvernement, type gré à gré, aurait été finalisé le 31 décembre 2015 entre la France et l’Inde. Le contrat de plus de 5 milliards d’euros pour 36 Rafale sera officialisé le 26 janvier lors de la visite en Inde du Président français François Hollande. C’est la fin d’un long processus de négociation alors que le suédois SAAB revenait fin décembre 2015 à la charge pour court-circuiter la maison Dassault.

Rafale 3

Retour du Rafale devant un public conquis lors du LAVEX 2007

Les détails du contrat ne sont pas connus. Néanmoins, la télévision «  ETNOW » du quotidien économique indien « Economic Times » laisse entendre qu’un rabais de 25% aurait été accordé sur une base de 105 millions d’euros par appareil. Ceci semble confirmer les annonces faites en mai 2015 d’un tel rabais, pour enfin boucler le dossier.

En effet, la vente effective du Rafale en Inde aura finalement pris plus de 4 ans après avoir gagné en 2011 face à l’Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) dans le contrat du siècle MMRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft) pour 126 appareils avec des options pour des appareils supplémentaires. L’armée de l’air indienne a su imposer sa voix face aux tergiversations politiques. Il faut dire que ses capacités se réduisent comme peau de chagrin face au Pakistan et la Chine. Les livraisons des Rafale devront commencer au plus tard trois ans après la signature officielle du contrat et devront tous être livrés dans les 7 ans suivant la signature de celui-ci soit avant 2023.

Cette fois-ci, contrairement au contrat MMRCA (18+108) il n’est plus question de produire les appareils en Inde. Si les appareils seront produits en France, il n’en demeure pas moins que des compensations industrielles (offset) ont été fixées. La presse indienne rapport que Dassault et ses deux principaux partenaires Safran et Thalès devront réaliser un transfert de technologies vers la DGA locale, le DRDO (Defence Research and Development Organisation) ainsi que vers certains autres acteurs de la BITD indienne comme Hindustan Aeronautics Ltd (HAL). Les français devront accorder 50% du montant du contrat en compensations industrielles.

La maintenance des Rafale devrait être faite sur place. Après avoir livrés en mars 2015 les deux premiers Mirage 2000 modernisés, Dassault a confié à HAL sur son site indien de Bangalore, la modernisation des 49 Mirage 2000H restants. Il en sera probablement de même avec le Rafale. Si Dassault va devoir collaborer avec HAL, il se peut que le français s’appuie également sur l’indien Reliance Industries (RIL). Ce dernier avait fait l’objet en décembre 2013, d’un accord des autorités indiennes avec Dassault pour la création d’un centre de production d’ailes du Rafale à Bangalore (investissement de 120 M€).

Ajoutons que Dassault Aviation avait ouvert une nouvelle filiale fin 2012 à New Dehli, afin de constituer le 6ème centre de maintenance aéronautique (civil) du groupe dans le monde. Il s’agit pour le groupe d’accompagner la croissance du marché de l’aviation d’affaires en Asie dans le cadre de sa gamme Falcon mais pourrait également servir dans le cadre des compensations industrielles.

Après des années d’échecs sur le marché export, les prochaines années semblent pour le moins radieuses pour le Rafale de Dassault Aviation mais risque de contrarier son principal client l’Armée de l’Air française. En juin 2015, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, faisait état auprès du journal « La Tribune » de son inquiétude pour les capacités opérationnelles de l’armée de l’air en cas de nouveau succès à l’export. Déjà, sur les 24 appareils égyptiens, 11 seront prélevés sur ceux que l’armée de l’air devait percevoir. C’est pourquoi certaines chaînes d’assemblage à l’étranger seront sérieusement à envisager dans les années futures.

Dès le mois de juillet 2015, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, annonçait à la presse, que les cadences de production allaient être rapidement augmentées pour être triplées à partir de 2018 si le contrat indien se réalisait. C’est chose faite.

Screen Shot 01-09-16 at 11.06 AM

Contrats déjà remportés par Dassault Aviation :

  • France : 180 exemplaires ont été commandés à ce jour et une 5e tranche portant à 225 le nombre d’appareils sera négocié après 2017 ;
  • Egypte : 24 appareils dont 3 déjà livrés ;
  • Inde : 36 appareils à livrer avant 2023 ;
  • Qatar : 24 appareils à livrer à partir de 2018.

Futures opportunités pour le Rafale :

  • la Belgique : Bruxelles envisagerait d’acquérir de 35 à 55 avions de combat pour remplacer ses F-16. Le F-35 (Lockheed Martin) fait figure de favori en raison notamment de la décision des Pays Bas et de la Norvège de maintenir leur choix pour l’appareil américain ;
  • le Brésil : si le JAS 39E Gripen a été récemment choisi par l’armée de l’air, Brasilia souhaite acquérir un nouveau porte-avions. La version navale du Rafale aurait alors pour seul concurrent le F/A-18E/F Super Hornet de Boeing ;
  • le Canada : 65 appareils même si le choix du F-35 reste toujours au 1er rang pour remplacer ses CF-18 Hornet à l’horizon 2017-2020 ;
  • la Colombie : Bogotá cherche à remplacer ses Kfirs, le pays s’orienterait vers des appareils neufs ou d’occasion tels le F-16 (Lockheed Martin), le Sukhoi russe Su-30, le Gripen suédois (Saab) et les Rafale et Mirage2000 de Dassault Aviation ;
  • l’Egypte : 12 appareils supplémentaires en option ;
  • les Emirats-Arabes-Unis : 60 appareils en remplacement des Mirage 2000-9 ;
  • la Finlande : 62 F/A-18 Hornet à remplacer entre 2025-2030 pour son programme HX. Le Rafale est en concurrence face aux F-35 JSF (Lockheed Martin), le JAS 39E Gripen (Saab), l’Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) et le F/A-18/E/F Block II Super Hornet (Boeing) ;
  • l’Inde : le contrat initial du marché MMRCA portait sur 126 appareils avec 64 autres en option. L’armée de l’air indienne indique que 80 appareils minimum sont nécessaires pour équiper 5 escadrons. De plus la force aéronavale indienne pourrait être encline à s’équiper de l’appareil.
  • la Malaisie : 18 appareils pour remplacer ses MiG-29 ;
  • le Qatar : 12 appareils supplémentaires en option ;
  • la Suisse : 18 appareils suite au rejet par référendum du Gripen NG pour remplacer ses vieux F-5 Tiger voire à plus long terme même un remplacement de ses F-18.

Autres opportunités délaissées :

  • L’Arabie Saoudite : malgré les bonnes relations entre Paris et Ryad, le royaume a fait le choix de s’équiper ces dernières années d’appareils américains (F-15 de Boeing) et britanniques (Eurofighter Typhoon et Panavia Tornado). Cependant, des rumeurs persistent quant à la vente de l’appareil multirôle de Dassault ;
  • L’Argentine : en raison des appels continus vis-à-vis des iles Malouines, la France ne souhaite pas répondre favorablement dans le contexte actuel à la demande de remplacement des Mirage III et autres Super Etendard. Après les Etats-Unis (F-16), Israël (Kfir), l’Espagne (Mirage F1) et le Brésil (veto du Royaume-Uni pour des Gripen), le pays s’orienterait vers la Chine ou la Russie malgré des finances exsangues ;
  • La Bulgarie : depuis 2004 Sofia a l’intention de renouveler ses appareils d’origine soviétique mais ses moyens limités ne lui permettent pas, des Gripen voire des Eurofighter Typhoon d’occasion sont considérés ;
  • La Croatie : 12 appareils pour remplacer ses MiG 21, le pays se tournerait plutôt vers le Gripen à l’horizon 2019-2024 ;
  • le Danemark : 30 appareils (48 appareils initialement) pour remplacer ses vieux F-16 à l’horizon 2020-2024. Malgré son coût le F-35 (Lockheed Martin) a largement ses chances face aux Boeing F/A-18/E/F Block II Super Hornet, Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) et le Saab JAS 39 Gripen NG. Copenhague est déjà un fournisseur de 3e rang pour le programme JSF et a engagé déjà plus de 200 millions $ dans celui-ci. ;
  • La Grèce : Athènes s’est longtemps intéressé au Rafale mais ses finances publics ne le lui permettent pas ;
  • La Libye : la situation actuelle du pays ne le permet plus alors qu’à l’occasion de sa visite officielle en France en décembre 2007, l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi négociait 14 appareils ;
  • Le Koweit : la signature en septembre 2015 d’une lettre d’intention avec Finmeccanica pour 28 Eurofighter Typhoon semble exclure dorénavant le Rafale ;
  • Mexique : même si cela n’est pas à l’ordre du jour, le pays ne cesse de repousser le remplacement de ses F-5 ;
  • La Slovaquie : Bratislava a annoncé récemment son choix pour 8 appareils JAS-39 Gripen en leasing comme son voisin tchèque ;
  • Le Venezuela : des rumeurs persistent quant à la possibilité du pays à acquérir des Rafale malgré ses acquisitions russes.

 

 

 

 

 

Inde : A big step in India’s Rafale jet deal with France

Image

New Delhi The Indian government and French aerospace major Dassault have sealed a work share agreement in what is being described as a big step forward, almost two years after negotiations began in the deal for 126 Rafale fighter jets to be bought by India.

The government’s Hindustan Aeronautics Limited or HAL will do 70 per cent of the work on the 108 planes that will be manufactured in India. Dassault would do the rest of the work, sources said.
 
The first 18 of the fighters will be fully manufactured in France and will be brought to India in « fly-away » condition.

India has apparently rejected Dassault’s reservations about having HAL as the major player.

The final contract, though, is still far from being signed. For one, India’s Ministry of Defence has no money in the current financial year that ends this month, for initial payment.

Also, general elections are due by May and the final contract will only be signed by the next government, if it chooses to go ahead on the same terms and conditions.

Dassault Aviation had won the contract to supply 126 Medium, multi-role combat aircraft or MMRCA in 2012. The massive contract is pegged at anywhere between 12 to 15 billion dollars.
 
Sources said the deal is complex and requires both sides to be in sync on commercial factors, logistics and HAL’s ability to assemble the Rafale.

For instance, the radar on the Rafale jet is to be manufactured by Bharat-Electronics Ltd (BEL) in Bangalore. The Radome (the protruding snub nose on the aircraft) would, however, be manufactured by HAL at its Hyderabad facility. Dassault wanted clarity on how the two units would coordinate their activities.
 
Now, HAL has apparently agreed to set up a new facility close to the one that BEL has in Bangalore.
 
The French and Indian governments are also working on an agreement for a sovereign guarantee that Dassault will supply, service and maintain the Rafales over the next 40 years.

This is an important provision in the Indian defence procurement procedure, designed to ensure that manufacturers don’t renege on their commitment.

 

Source : NDTV

Saab serre les coûts malgré les succès du Gripen à l’international

La victoire dans l’appel d’offres brésilien assure le futur de l’avion de combat suédois.
Touché par les baisses des budgets occidentaux, l’industriel supprime des postes.

Parfois regardé de haut par les « grands » avionneurs militaires, Saab a obtenu son bâton de maréchal en imposant la future version de son Gripen au Brésil face au Rafale de Dassault et au F18 de Boeing. Le groupe de défense suédois avait frappé un grand coup en Suisse quelques mois plus tôt en coiffant au poteau le même Rafale et l’Eurofighter du trio BAE- EADS- Finmeccanica. Mais la conclusion du contrat est dépendante du résultat d’une votation l’année prochaine. Avec le Brésil, la négociation, rendue complexe par les transferts de technologie imposés, devrait prendre de un à deux ans.

Beaucoup de choses peuvent se passer d’ici là. N’empêche : Saab, qui emploie 14.000 personnes pour 24 milliards de couronnes de chiffre d’affaires (2,7 milliards d’euros), est bien parti pour signer le plus gros contrat de son histoire. Evalué à 4,5 milliards de dollars pour 36 exemplaires, il s’agit même du plus gros contrat à l’exportation de la Suède, soulignait le quotidien « Dagens Industri ».

« Cela veut dire beaucoup, à la fois pour Saab et pour la Suède. Pour notre défense, cela signifie qu’il y a un partenaire de plus impliqué qui va développer et employer ce système d’avions de combat. Cela veut dire des synergies », s’est félicitée la ministre de la Défense, Karin Enström, citée par l’AFP. Le futur contrat brésilien garantit même la « survie » de Saab, est allé jusqu’à affirmer Björn Enarson, un analyste de la Danske Bank.

Pendant longtemps, Stockholm a été très réticent à financer seul la nouvelle génération du Gripen, mettant ainsi en doute la pérennité de l’appareil conçu dans les années 1980. En enrôlant le Brésil et la Suisse si le résultat du référendum est positif, la Suède peut espérer réduire les risques financiers liés à un développement forcément coûteux : il s’agit d’augmenter le rayon d’action, le nombre de missiles, les capacités du radar ou encore de moderniser l’avionique. Evidemment, c’est un signal positif envoyé à tous les prospects dans le monde intéressés par ce type d’avion de moyenne puissance.

L’avenir est-il donc dégagé pour Saab ? Pas complètement. Comme tous les groupes dépendant des contrats militaires, l’industriel suédois souffre des coupes dans les budgets militaires occidentaux. La potion est la même pour tous : restructurations et cap sur le grand export. EADS va par exemple supprimer 5.800 postes, en très grande partie dans sa future division défense et espace. Thales passe par un contrat de gestion anticipée de l’emploi, mais les symptômes sont identiques (« Les Echos » du 20 décembre).

Améliorer l’efficacité

Malgré le succès éclatant du Gripen, Saab ne va pas relâcher ses efforts. Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, Håkan Buskhe, son PDG, n’a pas caché que l’heure était aux économies. Ainsi, dans le cadre d’un plan annoncé en juillet, la division électronique de défense va perdre entre 150 et 175 emplois. Dans une autre division, baptisée « Dynamics » (armement terrestre, missiles, torpilles…), ce sont 70 postes qui sont supprimés. Partout, des mesures sont prises pour améliorer l’efficacité de l’entreprise. Les contrats de 150 consultants extérieurs ont été arrêtés. Le chiffre d’affaires 2013 est attendu stable sur un an.

Prudent, Stockholm s’était gardé la possibilité d’annuler la très grosse commande passée en début d’année pour moderniser sa flotte de Gripen si Saab ne parvenait pas à sécuriser un contrat export pour la nouvelle génération de l’avion. Le Brésil est arrivé à point nommé !

Source : Les Echos

Canada Cancels $2.1B Armored Vehicle Purchase

23/12/2013

The Canadian military announced Friday the cancellation of plans to purchase $2.1 billion (Canadian dollars) worth of combat vehicles, citing budget constraints.

« We recommended that the government of Canada not proceed with the procurement process for the Close Combat Vehicle, » said a statement.

Defense Minister Rob Nicholson agreed.

The program to purchase 108 of the vehicles was conceived at the height of Canada’s decade-long military involvement in Afghanistan.

They were to be larger and more heavily-armored than the LAV III vehicles in use at the time, and which provided too little protection against insurgents’ roadside bomb attacks.

Four years later, Canada’s combat mission in Afghanistan is over and the government is reviewing its defense needs.

Canada’s longest-running combat mission officially ended in July 2011 — after joining NATO’s coalition in Afghanistan to overthrow the Taliban a decade earlier — with the handover of security duties in Kandahar province to US and Afghan troops.

Canadian forces have since been training Afghan army and police in and near Kabul. The last military trainers are scheduled to pull out of Afghanistan in March.

Defense contractors Nexter, BAE Systems and General Dynamics Land Systems bid on the armored vehicle project, but a decision on a supplier had yet to be announced.

General Tom Lawson, the chief of the defense staff, told a press conference that upgrades to its fleet of LAV III have « addressed the protection concerns » of the military.

« The capabilities of the Upgraded Light Armored Vehicle III are far superior to what was originally envisioned » in 2009, he explained.

Additionally, increased surveillance and reconnaissance capabilities, advances in countering improvised explosive devices (IEDs), and improvements in the army’s tactics « have all resulted in significant mitigation of tactical risk to our soldiers in deployed combat operations, » he said.

The fate of other planned major purchases of fighter jets, frigates, Arctic patrol ships and an assortment of armored vehicles, meanwhile, remains in doubt as the government continues cutting spending in order to return to a balanced budget by 2015.

Source : Defense News

Turkey Increases Defense Spending in 2014 Budget

24/12/2013

Turkey’s parliament has approved a 6.71 percent increase in the country’s defense budget, according to budget figures released after a debate.

The budget, drafted in October and debated in parliament since then, took effect Dec. 20 after a parliamentary vote in favor of it.

According to the 2014 budget figures, Turkey’s defense ministry got an annual budget worth $10.908 billion, up 7.15 percent from $10.18 billion in 2013.

Part of Turkey’s defense spending are budget appropriations for the Gendarmerie and the Coast Guard, both of which operate under the interior ministry but are considered a de facto part of the Turkish military.

The Gendarmerie in 2014 will get $3.08 billion, up 5.35 percent from $2.922 billion in 2013. The 2014 budget appropriation for the Coast Guard is $226 million, compared to $216 million.

The three departments that make Turkey’s defense budget will get $14.212 billion in 2014, up 6.71 percent from $13.317 billion in 2013.

The 2014 defense budget accounts for 3.7 percent of the overall state budget.

About half of Turkey’s defense budget goes to personnel spending (salaries, benefits and pensions), with the rest mostly going to finance new equipment and maintenance.

Apart from that budget, the Turkish government runs an annual Defense Industry Support Fund to finance modernization programs. That fund, mostly financed by levies on gambling, tobacco and alcohol, is worth around $600 million annually.

Source : Defense News

François Hollande en Arabie Saoudite pour discuter de très gros contrats de défense

26/12/2013

Le président français sera en Arabie Saoudite les 29 et 30 décembre. François Hollande évoquera dans ses discussions avec le roi Abdallah notamment deux contrats : Mark 3 (4 milliards d’euros) et Sawari 3 (entre 15 et 20 milliards d’euros).

C’est une visite d’Etat à très, très gros enjeux pour l’industrie de défense française. Tout le secteur aura les yeux tournés vers l’Arabie Saoudite où François Hollande se rendra les 29 et 30 décembre pour une visite officielle de 24 heures dominée par la situation régionale et les enjeux économiques. Une visite expresse du Chef de l’Etat, qui doit rencontrer le roi Abdallah et qui pourrait réjouir lors des fêtes de fin d’année une industrie touchée par la baisse des budgets de défense, dont celui de la France. 

Au menu des discussions entre Paris et Ryad, deux méga-contrats, qui font tourner toutes les têtes de l’industrie de défense : l’un portant sur le renouvellement de la défense aérienne (Air defence) de courte portée du royaume (Mark 3) pour un montant de 4 milliards d’euros, dont une première tranche de 2,5 milliards, l’autre sur la modernisation de la flotte de surface et la création d’une flotte sous-marine, une commande estimée entre 15 et 20 milliards d’euros, selon des sources concordantes. Le premier fait l’objet depuis des mois et des mois d’une guerre en coulisse où tous les coups sont permis entre Thales d’un côté et MBDA/EADS de l’autre. Le second génère en revanche un consensus général dans toute l’industrie. Normal, tous les groupes ou presque y trouvent leur intérêt. « C’est pour cela qu’il n’y a pas de snipers dans ces négociations », explique un des industriels concernés.

Mark 3 défendu par l’Elysée

François Hollande repartira-t-il avec un pactole ou cette visite sera-t-elle un énième coup d’épée dans l’eau ? Depuis 1995, la France a fait un flop en Arabie Saoudite dans le domaine de la défense. Depuis, Paris, dont les intérêts géostratégiques se sont rapprochés de ceux défendus par Ryad, remonte en flèche dans l’estime des Saoudiens, qui ont septembre débloqué le contrat LEX portant sur la modernisation d’une partie de la flotte de la marine saoudienne (1 milliard d’euros). La France profite également des relations tendues entre Washington et le Royaume.

Pour cette visite, l’Elysée a une nouvelle fois tranché en faveur de Thales. François Hollande, qui sera accompagné par le PDG du groupe d’électronique Jean-Bernard Lévy, défendra la proposition de l’électronicien pour renouveler le parc de systèmes de défense aérienne avec des Crotales NG, selon des sources concordantes. « La priorité, c’est ce dossier », explique-t-on à La Tribune. Au grand dam de MBDA et EADS, qui souhaitaient inclure dans l’offre française des VL-Mica et le système SAMP/T.

Avec l’aval de l’Arabie Saoudite, François Hollande abordera le contrat de Sawari 3, qui portent sur la vente de six frégates multimissions Fremm de DCNS et la création d’une force sous-marine. Soit entre 15 et 20 milliards d’euros. « Il existe une forte volonté de Ryad d’avancer rapidement sur ce dossier, assure-t-on à La Tribune. C’est en plus un projet fédérateur pour la France et les groupes DCNS, Thales, EADS et MBDA« .

Syrie, Liban, Iran au centre des discussions

Le président français, qui s’était déjà rendu dans le royaume un an plus tôt, le 4 novembre 2012, s’entretiendra de nouveau avec le roi Abdallah avec lequel il devrait évoquer ces questions régionales (Iran, Liban, Syrie….). « L’Arabie saoudite est un partenaire de confiance et de référence pour la France au Moyen-Orient et il s’agit de conforter cette relation excellente », souligne-t-on à l’Elysée.

Au cours de cette visite, plusieurs accords commerciaux devraient être signés et des perspectives d’investissements saoudiens en France évoquées. La France a également développé une coopération institutionnelle avec le Royaume en matière judiciaire, universitaire, de santé ou culturelle.

Source : La Tribune

OIDA revient bientôt avec des photos prises lors d’Euronaval

L’Observatoire de l’Industrie de Défense et de l’armement a perdu certains de ses membres (pour raisons professionnelles) et en a gagné d’autres. Une nouvelle équipe se met en place.

Des photos prises durant Euronaval seront bientôt disponibles et d’autres analyses suivront de nouveaux.

A très vite sur votre blog préféré de l’industrie de défense et de l’armement.

David Campese

 

 

Type 26: Next generation warship unveiled by MoD

Contributor:  Andrew Elwell
Posted:  08/28/2012

The Ministry of Defence has released designs for its next generation warship, the Type 26 Global Combat Ship (T26 GCS).

BAE Systems has been working on the plans since 2010 and the MoD confirmed last week that the baseline design of the GCS has now been agreed. The next stage of the process is to agree on “the detailed specifications of the vessel.”

The Type 26 is expected to come into service after 2020 and will be used by the Royal Navy in combat and counter-piracy operations, and to support humanitarian and disaster relief work around the world.

“The Type 26 Global Combat Ship will be the backbone of the Royal Navy for decades to come. It is designed to be adaptable and easily upgraded, reacting to threats as they change,” Peter Luff, the Minister for Defence Equipment, Support and Technology, said. “I am delighted the programme has been endorsed by the investment approvals committee. The build of these vessels will secure thousands of skilled jobs across the UK, helping to sustain an industrial surface warship capability.”

At 148 metres long the Type 26 GCS will displace 5,400 tonnes and carry a medium calibre gun. It will have a hangar to accommodate a Merlin or Wildcat helicopter, and a flexible mission space for unmanned air, surface and underwater vehicles, or additional boats.

“The T26 GCS will be a multi-mission warship designed for joint and multinational operations across the full spectrum of warfare, including complex combat operations, maritime security operations such as counter-piracy, as well as humanitarian and disaster relief work around the world,” said First Sea Lord, Admiral Sir Mark Stanhope. “It will be capable of operating independently for significant periods or as part of a task group and will play a major role in the defence of this country for many years.”

Source: Defence iQ