New Zealand Considers 2030 With $14B Defense Capability Plan

By: Nick Lee-Frampton, November 22, 2016

WELLINGTON, New Zealand — Following the delayed defense white paper released last June, New Zealand’s minister of defense, Gerry Brownlee, on Nov. 16 released the Defence Capability Plan (DCP) 2016, detailing the $14.3 billion investment in capability needed out to 2030.

Five areas have been selected for capability investment, according to the DCP, including cyber protection and support, intelligence support, littoral operations, operations in the Antarctic Ocean and southern bodies of water, and air surveillance.

Barely was the ink dry on the entire DCP, however, when a 7.8 earthquake resulted in the closure of the New Zealand Defence Force headquarters in Wellington as well as the evacuation of the government’s national cyber defense center, which is under the purview of the Communications Security Bureau.

Intelligence support has long been encouraged; there was concern expressed by Air Force personnel to Defense News more than eight years ago that intelligence, surveillance and reconnaissance (ISR) capabilities — particularly of the Royal New Zealand Air Force’s P-3K2 Orion air surveillance capability — were in excess of the capacity to process, analyze and distribute such information.

With Boeing upgrading the Orion’s underwater ISR « to better detect and deter underwater threats, » the potential flow of data merely increases even as consideration is given to replacing the Orions when the six-aircraft fleet retires in the 2020s, having entered service in the 1960s.

Replacement platforms may not be like for like, as ‘investment in remotely piloted aerial systems is also under consideration,’ the DCP noted.

By 2030, there will be either a surface combatant capability in service or under procurement to replace the Navy’s two Anzac-class frigates, the DCP said.

Meanwhile, there are plans to add a third ice-strengthened offshore patrol vessel (OPV) to the Navy’s OPV fleet, with upgraded communications and sensors by 2027 to extend the fleet’s life into the 2030s. New torpedoes are due by 2028.

Source: defensenews.com

Publicités

Romania to Award Armored Vehicles Deal to Germany’s Rheinmetall

By: Jaroslaw Adamowski, November 18, 2016

WARSAW, Poland — Romanian Prime Minister Dacian Ciolos has announced that the country’s Defence Ministry is planning to award a contract for the delivery of armored personnel carriers (APC) to Germany’s Rheinmetall Defence. The company is to team up with a state-run Romanian manufacturer and launch a plant in Romania that will produce the APCs.

« There will be a partnership, a Romanian-German joint venture, which will allow Rheinmetall to obtain the contract from the Ministry of Defence and build an armored personnel carrier that will be first supplied to the Romanian military, » Ciolos told local broadcaster Europa FM in an Nov. 17 interview.

Under the plan, the new APCs will replace Romania’s TAB vehicles, which are a locally built variant of the Soviet-designed BTR-70. The amount of the planned acquisition was not disclosed, but the Romanian Armed Forces is planning to replace about 1,500 such vehicles in the coming years.

« A portion of the funds will stay in Romania and allow to create new jobs here, » Ciolos said.

According to the prime minister, the country’s Defense Ministry is seeking to conclude similar deals with foreign manufacturers for other military procurements. This includes the planned acquisition of new corvettes for the Romanian Navy, according to Ciolos.

The prime minister said that for 2017, the Romanian government is aiming to allocate a maximum of 2 percent of the country’s gross domestic product to defense expenditure.

Source: defensenews.com

Embraer Responds to New Zealand RFI for Airlift, Surveillance Aircraft

By: Nigel Pittaway, November 17, 2016

 

MELBOURNE, Australia — Embraer has responded to a recent New Zealand request for information (RFI) for a Future Air Mobility Capability (FAMC), with an offer for five KC-390 multimission transport aircraft.

The KC-390 is under development against a contract for 28 aircraft to replace the Brazilian Air Force’s fleet of Lockheed C-130H Hercules, with first deliveries beginning in 2018. The Brazilian aircraft manufacturer said it also holds letters of intent, for a further 32 aircraft, from five different countries and is actively marketing the aircraft to potential customers in Europe, the Middle East and Latin America.

The New Zealand proposal marks the company’s first opportunity for the KC-390 in the Asia-Pacific region, and the bid is supported by Boeing defense products division under the terms of a teaming agreement announced at the Farnborough International Airshow in July.

The Royal New Zealand Air Force’s FAMC program seeks to acquire a fixed-wing transport capability to replace the country’s five C-130Hs and two Boeing 757s, either with two new aircraft or a single type able to meet essential requirements in both strategic and tactical airlift roles.

Delivery of the first aircraft is required by February 2020 and for initial operational capability (IOC) to follow in February 2021. Final operational capability (FOC) is required no later than February 2024. The first replacement aircraft for the 757 fleet is required to arrive in New Zealand before Feb. 1, 2025, and IOC declared by Feb. 1, 2026.

“We are very positive that we can provide the best solution for New Zealand for the mission requirements that they have presented to us (and) I think they are very interested in the KC-390. But we understand and respect that this is a competition and we will fulfill all the required steps of the process,” Embraer Defense & Security President and CEO Jackson Schneider said at the company’s corporate headquarters in São Paulo, Brazil, last week.

The KC-390, shown here, is under development against a contract for 28 aircraft to replace the Brazilian Air Force’s fleet of Lockheed C-130H Hercules, with first deliveries beginning in 2018. Photo Credit: Nigel Pittaway/Staff
“We are in advanced talks with New Zealand (but) we are not negotiating contracts at the present time. The process is advanced, but it is a competition and we’re not the only bidder,” he said.

Schneider said that the only other manufacturer with a product in the same class as the KC-390 currently in production is US giant Lockheed Martin, with the C-130J Super Hercules.

He also revealed that Embraer is negotiating with what he considers a global civil customer for the KC-390, which will be certified to US Federal Aviation Administration and European Aviation Safety Agency airworthiness requirements, but declined to provide specific details.

“There is one specific discussion with a global company for a fully civil application. It will not require too much customization for the specific mission that they are talking to us about,” he said.

Another senior Embraer executive also revealed that the manufacturer is considering the development of a maritime patrol version of its new E190-E2 commercial airliner at the invitation of the New Zealand government to meet a forthcoming RFI for a Future Air Surveillance Capability.

The RFI will canvas proposals to replace the Royal New Zealand Air Force’s recently updated Lockheed P-3K2 Orion maritime patrol aircraft in the mid-2020s, for an FOC planned sometime between 2023 and 2025.

Embraer Defense & Security’s commercial senior vice president, Fernando Ribeiro de Queiroz, said the company will develop a maritime patrol version of the 190-E2, the latest version of its successful commercial « E » jet family, if required by the customer, but he also suggested that a KC-390 configured for the maritime patrol role might provide greater synergy with the FAMC response if New Zealand’s requirements are not inflexible.

“We are responding to the maritime patrol requirement with the -E2, because the requirements that New Zealand has asked for fits better with that platform. But our proposal for the tender is that, if they are able to adjust some of the requirements a little bit, we are able to support it with the KC-390,” he said.

“For example New Zealand wants the airplane to achieve M0.82, but if this speed is not a strong requirement we can support them with the KC-390, which is capable of M0.80,” he added.

Embraer is proposing to modify the KC-390 with a 360-degree surface search radar installed in the nose, similar to the configuration offered to Canada in that country’s long-range search-and-rescue competition, together with a palletized maritime patrol mission system.

“A palletized mission system and radar equipment in the nose and other equipment would fulfill the requirements for maritime patrol, but it does not compromise the other missions that the aircraft is already capable of performing,” de Queiroz explained.

“You can take out the mission system and fly with cargo, passengers, medevac, etc., so it would be a single fleet with perhaps two aircraft capable of being configured for maritime patrol and five dedicated to air mobility. It is how we can show synergy between both projects, but at the same time we have a solution that is 100 percent dedicated to maritime patrol with the E190-E2.”

Source: defensenews.com

DURBAN NAVAL STATION TRANSFORMATION

By: Sylvia Caravotas, November 13, 2016

South Africa’s maritime is receiving much-needed attention to ensure it can manage the escalating security challenges in the region. On the agenda, is the South African Navy’s historic Naval Station on Salisbury Island in Durban, which is undergoing a massive revamp to transform it into a functioning Naval Base.

sanavy_durban-salisbury-island

Spokesperson for the SA Navy, Cdr P.G. van den Berg, stated that the footprint of the SA Navy in Durban will continue to grow. Durban is not only the busiest commercial port in SA, but a strategic location for the SA Navy allowing ease of access to the east coast of South Africa, Africa, and the Indian Ocean enabling the navy to readily assist with maritime operations.
According to SA Minister of Defence and Military Veterans, Nosiviwe Mapisa-Nqakula, the upgrade will also contribute towards the ocean economy under Operation Phakisa: “This initiative is significant, considering 50% of our trade is through the blue economy. The SANDF and South Africa will be making contributions to the ocean economy in this regard and further increasing capacity as an integral part and leader in Indian Ocean navies.”

The SA Navy was deeply affected by budget cuts in 2002 when the Durban Naval Base on Salisbury Island was downgraded to a Naval Station. However, the Navy began rethinking the station when a surge in piracy made patrolling the Mozambique Channel from Naval Base Simon’s Town on the Cape Peninsula ineffective. At the groundbreaking ceremony in December 2015, Nosiviwe Mapisa-Nqakula stated that: “It is a process to reverse what happened in the past, when there was a decision to downscale and eventually close what was then a budding navy facility and move all the facilities to Simon’s Town. We are now wiser.”

sanavy_durban-salisbury-island-2

Vessels to be acquired under Project Biro. The plan is to increase the base’s workshop and dockyard capacity to perform all required docking and essential defects (DEDs) and planned maintenance for the patrol vessels. Rear Admiral Bubele Mhlana, Flag Officer Fleet, stated that they would like to avoid ships that are home-ported in Durban coming down to Simon’s Town for maintenance. Project Biro is currently on hold, according to Armscor Chief Executive Kevin Wakeford, due to a review of the budget before a decision on the continuation of the contracting process is made. The situation is similar for the replacement of SAS Protea, the SA Navy’s hydrographic vessel (Project Hotel).

The upgrade has not been without its challenges and the Navy is struggling to regain access to buildings it lost fifteen years ago. Vice Admiral Mosiwa Hlongwane, Chief of the SA Navy, stated that around R200 million is needed to upgrade the facilities and redeploy personnel back to Durban. Although a large undertaking, the newly upgraded Durban Naval Base together with Naval Base Simon’s Town will better position the SA Navy to cover both the west and east coast of South Africa, the region, and will contribute to Operation Phakisa by protecting SA’s territorial waters and maritime resources.

Source : OIDA Strategic Intelligence

Germany’s Budget Committee Approves Five New Corvettes

By: Lars Hoffmann, November 12, 2016

The Budget Committee of the German Parliament rubber-stamped on Friday the procurement of five new corvettes for the German Navy, worth about €1.5 billion, sources familiar with the deal confirmed.

The decision is a sure sign that German MoD prefers a direct procurement of a second batch of K130 corvettes instead of a long lasting tender process and a new design.

The plan to acquire the additional corvettes was announced only a few weeks ago to a surprised public after it became clear that the selection of the winner for the new €4 billion frigate tender MKS 180 was delayed for six months till the end of 2017, after next general elections.

The Ministry justifies the procurement of the corvettes with new requirements of NATO, which were enacted in July. According to a Navy spokesman, NATO expects Germany to provide two additional corvettes at the highest readiness level for use in littoral operations from 2018 on. Due to shipyard time and training tasks, only two ships of the existing squadron of five are assigned to NATO missions.  Two extra corvettes for NATO therefore translate into a new squadron.

While the Navy hopes that the first corvettes will enter service by the end of this decade, well informed sources rule out a commissioning before 2021. The Navy wants a second batch of K130 with the least modifications possible to the existing ones to achieve synergies in training, logistics and maintenance.

If the Navy prevails, the two German shipyards Lürssen and TKMS that built the first batch of K130 and own the property rights for the design will likely profit from the new order.

With last night`s approval, funds were earmarked. However, before the final release of the money the formal procurement process has to be passed and an agreement with the contractor negotiated. As Rainer Arnold, defense policy spokesman of the Socialdemocrats in Parliament, said on Wednesday in Berlin, he does not expect a final approval within the current election period.

Source : DefenseNews

Singapour redonne le sourire à Airbus en s’offrant des Caracal

Par Michel Cabirol  |  08/11/2016

L’armée de l’air singapourienne passe commande de 16 Caracal à Airbus Helicopters.

Singapour vient d’apporter un cinglant camouflet à la Pologne en achetant 16 hélicoptères tactiques Caracal à Airbus Helicopters à l’issue d’un « processus d’évaluation rigoureux », selon un communiqué du ministère de la Défense singapourien publié lundi. Cela va être encore plus difficile à Varsovie de justifier l’abandon brutal des négociations pour l’achat de 50 Caracal avec le constructeur européen alors que l’Ile-Etat est l’un des clients les plus exigeants au monde en matière de fourniture de programmes de défense. Singapour a en outre passé commande auprès de Boeing pour des CH-47F Chinook.

Les Super Puma en service depuis 1983

Le ministère n’a pas précisé le montant de ces deux contrats ni la quantité d’hélicoptères commandés. Les Caracal remplaceront la flotte de Super Puma en service dans l’armée de l’air singapourienne (RSAF) mais en nombre moindre. « Les H225M et CH-47F disposent de meilleures capacités d’emport et de portée, et permettront aux RSAF de répondre aux besoins de transport des forces armées de Singapour plus efficacement avec moins d’hélicoptères et moins d’hommes », a précisé le ministère de la Défense. Le montant total du contrat Caracal atteindrait un peu moins d’un milliard de dollars, selon les agences de presse AFP et Reuters. Il serait en fait de l’ordre de 500 millions d’euros.

« Les nouveaux H225M et CH-47F vont remplacer les Super Puma et Chinooks les plus anciens de l’armée de l’air de la république de Singapour (RSAF), qui sont en service respectivement depuis 1983 et 1994 et deviennent obsolètes », a indiqué le ministère de la Défense de Singapour.

La décision avait été repoussée après le crash d’un hélicoptère Super Puma d’Airbus Helicopters en Norvège en avril dernier. Les hélicoptères seront destinés notamment aux opérations de sauvetage, d’évacuation médicale et d’assistance humanitaire, a détaillé le ministère. Singapour devient le huitième pays à s’équiper avec le H225M après la France, le Brésil, le Mexique, la Malaisie, l’Indonésie, la Thaïlande et le Koweït.

« Nous sommes très honorés que Singapour ait choisi le H225M pour la prochaine génération d’hélicoptère de la classe médium », a déclaré le PDG d’Airbus Helicopters, Guillaume Faury. « Le Super Puma a bien servi Singapour pendant les 30 dernières années. L’arrivée du H225M au sein de la flotte de la RSAF apportera un changement radical dans ses capacités opérationnelles grâce à une plate-forme éprouvée, polyvalente et moderne, qui est capable de réaliser les missions les plus difficiles », a-t -il précisé.

Source : La Tribune

L’inde, premier contrat export de l’année 2016 pour le Rafale de Dassault

Selon la presse indienne, un accord de gouvernement à gouvernement, type gré à gré, aurait été finalisé le 31 décembre 2015 entre la France et l’Inde. Le contrat de plus de 5 milliards d’euros pour 36 Rafale sera officialisé le 26 janvier lors de la visite en Inde du Président français François Hollande. C’est la fin d’un long processus de négociation alors que le suédois SAAB revenait fin décembre 2015 à la charge pour court-circuiter la maison Dassault.

Rafale 3

Retour du Rafale devant un public conquis lors du LAVEX 2007

Les détails du contrat ne sont pas connus. Néanmoins, la télévision «  ETNOW » du quotidien économique indien « Economic Times » laisse entendre qu’un rabais de 25% aurait été accordé sur une base de 105 millions d’euros par appareil. Ceci semble confirmer les annonces faites en mai 2015 d’un tel rabais, pour enfin boucler le dossier.

En effet, la vente effective du Rafale en Inde aura finalement pris plus de 4 ans après avoir gagné en 2011 face à l’Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) dans le contrat du siècle MMRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft) pour 126 appareils avec des options pour des appareils supplémentaires. L’armée de l’air indienne a su imposer sa voix face aux tergiversations politiques. Il faut dire que ses capacités se réduisent comme peau de chagrin face au Pakistan et la Chine. Les livraisons des Rafale devront commencer au plus tard trois ans après la signature officielle du contrat et devront tous être livrés dans les 7 ans suivant la signature de celui-ci soit avant 2023.

Cette fois-ci, contrairement au contrat MMRCA (18+108) il n’est plus question de produire les appareils en Inde. Si les appareils seront produits en France, il n’en demeure pas moins que des compensations industrielles (offset) ont été fixées. La presse indienne rapport que Dassault et ses deux principaux partenaires Safran et Thalès devront réaliser un transfert de technologies vers la DGA locale, le DRDO (Defence Research and Development Organisation) ainsi que vers certains autres acteurs de la BITD indienne comme Hindustan Aeronautics Ltd (HAL). Les français devront accorder 50% du montant du contrat en compensations industrielles.

La maintenance des Rafale devrait être faite sur place. Après avoir livrés en mars 2015 les deux premiers Mirage 2000 modernisés, Dassault a confié à HAL sur son site indien de Bangalore, la modernisation des 49 Mirage 2000H restants. Il en sera probablement de même avec le Rafale. Si Dassault va devoir collaborer avec HAL, il se peut que le français s’appuie également sur l’indien Reliance Industries (RIL). Ce dernier avait fait l’objet en décembre 2013, d’un accord des autorités indiennes avec Dassault pour la création d’un centre de production d’ailes du Rafale à Bangalore (investissement de 120 M€).

Ajoutons que Dassault Aviation avait ouvert une nouvelle filiale fin 2012 à New Dehli, afin de constituer le 6ème centre de maintenance aéronautique (civil) du groupe dans le monde. Il s’agit pour le groupe d’accompagner la croissance du marché de l’aviation d’affaires en Asie dans le cadre de sa gamme Falcon mais pourrait également servir dans le cadre des compensations industrielles.

Après des années d’échecs sur le marché export, les prochaines années semblent pour le moins radieuses pour le Rafale de Dassault Aviation mais risque de contrarier son principal client l’Armée de l’Air française. En juin 2015, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air, faisait état auprès du journal « La Tribune » de son inquiétude pour les capacités opérationnelles de l’armée de l’air en cas de nouveau succès à l’export. Déjà, sur les 24 appareils égyptiens, 11 seront prélevés sur ceux que l’armée de l’air devait percevoir. C’est pourquoi certaines chaînes d’assemblage à l’étranger seront sérieusement à envisager dans les années futures.

Dès le mois de juillet 2015, le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier, annonçait à la presse, que les cadences de production allaient être rapidement augmentées pour être triplées à partir de 2018 si le contrat indien se réalisait. C’est chose faite.

Screen Shot 01-09-16 at 11.06 AM

Contrats déjà remportés par Dassault Aviation :

  • France : 180 exemplaires ont été commandés à ce jour et une 5e tranche portant à 225 le nombre d’appareils sera négocié après 2017 ;
  • Egypte : 24 appareils dont 3 déjà livrés ;
  • Inde : 36 appareils à livrer avant 2023 ;
  • Qatar : 24 appareils à livrer à partir de 2018.

Futures opportunités pour le Rafale :

  • la Belgique : Bruxelles envisagerait d’acquérir de 35 à 55 avions de combat pour remplacer ses F-16. Le F-35 (Lockheed Martin) fait figure de favori en raison notamment de la décision des Pays Bas et de la Norvège de maintenir leur choix pour l’appareil américain ;
  • le Brésil : si le JAS 39E Gripen a été récemment choisi par l’armée de l’air, Brasilia souhaite acquérir un nouveau porte-avions. La version navale du Rafale aurait alors pour seul concurrent le F/A-18E/F Super Hornet de Boeing ;
  • le Canada : 65 appareils même si le choix du F-35 reste toujours au 1er rang pour remplacer ses CF-18 Hornet à l’horizon 2017-2020 ;
  • la Colombie : Bogotá cherche à remplacer ses Kfirs, le pays s’orienterait vers des appareils neufs ou d’occasion tels le F-16 (Lockheed Martin), le Sukhoi russe Su-30, le Gripen suédois (Saab) et les Rafale et Mirage2000 de Dassault Aviation ;
  • l’Egypte : 12 appareils supplémentaires en option ;
  • les Emirats-Arabes-Unis : 60 appareils en remplacement des Mirage 2000-9 ;
  • la Finlande : 62 F/A-18 Hornet à remplacer entre 2025-2030 pour son programme HX. Le Rafale est en concurrence face aux F-35 JSF (Lockheed Martin), le JAS 39E Gripen (Saab), l’Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) et le F/A-18/E/F Block II Super Hornet (Boeing) ;
  • l’Inde : le contrat initial du marché MMRCA portait sur 126 appareils avec 64 autres en option. L’armée de l’air indienne indique que 80 appareils minimum sont nécessaires pour équiper 5 escadrons. De plus la force aéronavale indienne pourrait être encline à s’équiper de l’appareil.
  • la Malaisie : 18 appareils pour remplacer ses MiG-29 ;
  • le Qatar : 12 appareils supplémentaires en option ;
  • la Suisse : 18 appareils suite au rejet par référendum du Gripen NG pour remplacer ses vieux F-5 Tiger voire à plus long terme même un remplacement de ses F-18.

Autres opportunités délaissées :

  • L’Arabie Saoudite : malgré les bonnes relations entre Paris et Ryad, le royaume a fait le choix de s’équiper ces dernières années d’appareils américains (F-15 de Boeing) et britanniques (Eurofighter Typhoon et Panavia Tornado). Cependant, des rumeurs persistent quant à la vente de l’appareil multirôle de Dassault ;
  • L’Argentine : en raison des appels continus vis-à-vis des iles Malouines, la France ne souhaite pas répondre favorablement dans le contexte actuel à la demande de remplacement des Mirage III et autres Super Etendard. Après les Etats-Unis (F-16), Israël (Kfir), l’Espagne (Mirage F1) et le Brésil (veto du Royaume-Uni pour des Gripen), le pays s’orienterait vers la Chine ou la Russie malgré des finances exsangues ;
  • La Bulgarie : depuis 2004 Sofia a l’intention de renouveler ses appareils d’origine soviétique mais ses moyens limités ne lui permettent pas, des Gripen voire des Eurofighter Typhoon d’occasion sont considérés ;
  • La Croatie : 12 appareils pour remplacer ses MiG 21, le pays se tournerait plutôt vers le Gripen à l’horizon 2019-2024 ;
  • le Danemark : 30 appareils (48 appareils initialement) pour remplacer ses vieux F-16 à l’horizon 2020-2024. Malgré son coût le F-35 (Lockheed Martin) a largement ses chances face aux Boeing F/A-18/E/F Block II Super Hornet, Eurofighter Typhoon (BAE Systems, Airbus, Finmeccanica) et le Saab JAS 39 Gripen NG. Copenhague est déjà un fournisseur de 3e rang pour le programme JSF et a engagé déjà plus de 200 millions $ dans celui-ci. ;
  • La Grèce : Athènes s’est longtemps intéressé au Rafale mais ses finances publics ne le lui permettent pas ;
  • La Libye : la situation actuelle du pays ne le permet plus alors qu’à l’occasion de sa visite officielle en France en décembre 2007, l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi négociait 14 appareils ;
  • Le Koweit : la signature en septembre 2015 d’une lettre d’intention avec Finmeccanica pour 28 Eurofighter Typhoon semble exclure dorénavant le Rafale ;
  • Mexique : même si cela n’est pas à l’ordre du jour, le pays ne cesse de repousser le remplacement de ses F-5 ;
  • La Slovaquie : Bratislava a annoncé récemment son choix pour 8 appareils JAS-39 Gripen en leasing comme son voisin tchèque ;
  • Le Venezuela : des rumeurs persistent quant à la possibilité du pays à acquérir des Rafale malgré ses acquisitions russes.

 

 

 

 

 

France, India, Agree To Details on Rafale Offsets

By Vivek Raghuvanshi, November 8, 2015

NEW DELHI — Under an offsets deal reached by India and France regarding the acquisition of 36 Rafale fighter jets, France has agreed that it will fulfill its obligations only within the aerospace arena and not partly through research and development projects, an Indian Defence Ministry source said.

Rafale à vendre sur le parking de l'aéroport de Mitiga

Rafale à vendre sur le parking de l’aéroport de Mitiga

With a final agreement reached on offsets, India and France are likely to sign a protocol by the end of this month to buy 36 Rafales and thereafter the price negotiations will follow, leading to a final deal in the next four to six months, the MoD the source added.

Ever since Indian Prime Minister Narendra Modi announced in his April visit to Paris that India intended to buy 36 Rafales on a government-to-government (G2G) basis, talks between India and French were stuck on the issue of offsets, with the French initially not agreeing to discharge offsets at all.

India wants 50 percent of the total amount of the deal, estimated to be around $10 billion for 36 Rafales, including weaponry, to be matched by offsets involving purchases from the Indian aerospace sector, including tie-ups and cooperation with domestic defense companies to boost India’s defense production base.

The French wanted 20 percent of the offsets to be discharged through R&D tie ups with India’s Defence Research and Development Organization (DRDO), but the MoD rejected their request, the source added. The list of R&D projects in which the French had evinced interest to participate is not known.

But Dassault Chairman Eric Trappier said, « We are working with the Indian authorities on the offsets. Nothing has been decided. We are following the Make in India program. It’s going in the right direction. Talks are still continuing. »

The French Defense Ministry declined comment.

« The offset policy of 2012 allows offset obligations to be discharged through collaboration with DRDO, subject to some conditions. However, offsets are best undertaken through collaboration with industry, for direct impact on defense manufacturing. This may be the reason for the MoD’s position, » said Vivek Rae, MoD’s former director general of procurement.

« It is not a good idea to discharge all offsets through DRDO. »

« A G2G contract is a customized contract. So the two countries can agree to a unique set of terms of conditions, but these have to be mutually acceptable. While doing so, neither party can completely overlook the laws, regulations, procedures and precedents, » said Amit Cowshish, MoD’s former financial adviser.

India typically allows companies to discharge offset obligations through participation in R&D projects along with the direct purchase of equipment and systems in designated areas from industry, and training.

The G2G deal on Rafale was a separate deal to the 2007 request for proposal, which has since been canceled. Under the 2007 RFP, India was to procure 126 Rafales with 108 being license-produced in India.

MoD’s top acquisition body, the Defence Acquisition Council, on Sept. 1 gave the go-ahead to the negotiation committee on purchasing Rafale jets for the Indian Air Force.

Source : DefenseNews

Aéronautique : les Emirats Arabes Unis en guerre, la fièvre des commandes tombe

Par Michel Cabirol, à Dubai  |  09/11/2015

Les Emirats Arabes Unis sont en guerre au Yémen. Un conflit qui coûte très cher et qui repousse à plus tard les dossiers d’acquisitions de nouveaux équipements militaires. Les compagnies aériennes du Golfe digèrent quant à elles leurs précédentes commandes faramineuses.

Qu’on se le dise en France, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont en guerre. Au Yémen précisément, les troupes émiraties, qui déplorent quelques pertes humaines (68 morts), combattent aux côtés des Saoudiens principalement. C’est le message qu’a d’ailleurs fait passer le prince héritier d’Abu Dhabi, Sheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, qui a inauguré dimanche le Dubai Air Show, à ses interlocuteurs français en leur précisant que cette guerre sera très certainement longue. « Nous n’avions pas du tout la perception de cette situation ici en France », reconnait un industriel surpris par ce discours.

Les Emirats focalisés sur le conflit au Yémen

leclerc-eau-20150803Comme c’est le premier conflit à l’étranger auquel des troupes au sol émiraties participent, les autorités sont donc très focalisées sur cette guerre. Du coup, les discussions sur les projets d’acquisitions, dont le Rafale, sont ralenties en attendant des jours meilleurs. « Il faut attendre une meilleure conjoncture », estime-t-on à La Tribune. Car la guerre au Yémen coûte très chère aux Emirats, qui pâtit en outre d’un prix du baril trop faible. Il a perdu la moitié de sa valeur depuis juin 2014, le cours du « light sweet crude » pour livraison en décembre s’élevait vendredi à 44,29 dollars.

Sheikh Mohammed n’a donc pas abordé les dossiers armement lors de la première journée du salon de Dubai, à l’exception de quelques programmes d’urgence opérationnelle liés au conflit comme par exemple des besoins en optronique. D’autant que les Emirats, qui sont déjà très bien équipés, utilisent la plupart de leurs systèmes d’armes achetés ces dernières années dans les combats au Yémen, y compris les chars Leclerc, qui donnent entière satisfaction, selon une source française.

« Nous pensons que les prix du pétrole vont se maintenir à leur niveau actuel pendant des années et, par conséquent, les pays du CCG (Conseil de coopération du Golfe : Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) devraient procéder à des ajustements budgétaires », a déclaré dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Le civil également en berne

Avant de rallier Dubai pour le salon aéronautique, qui a ouvert ses portes dimanche, les constructeurs ne s’attendaient pas à de nombreuses commandes. Ce sera le cas pour le millier d’exposants d’une soixantaine de pays qui participent jusqu’à jeudi au Dubai Air Show. Contrairement à la dernière édition qui avait établi un record en générant 200 milliards de dollars de commandes. Les compagnies du Golfe, principalement Emirates, Etihad et Qatar Airways ont déjà commandé de très nombreux appareils. « Il faut qu’elles digèrent ces commandes », expliquent plusieurs industriels.

Le PDG d’Etihad, James Hogan, a notamment précisé que les commandes de sa compagnie suffisaient à couvrir ses prévisions de développement jusqu’à 2040. Emirates a finalisé en 2014 une commande de 150 Boeing 777, pour une valeur de 56 milliards de dollars. « Emirates a signé il y a deux ans de nombreux contrats », a déclaré dimanche à l’AFP le président de la compagnie, Sheikh Saïd Al-Maktoum, laissant entendre qu’il n’y aurait pas de commandes cette année. Il avait indiqué peu auparavant aux journalistes ne pas s’attendre à de « nouvelles » commandes, étant donné le grand nombre de commandes des « compagnies du Golfe lors de la dernière édition du salon ».

Un marché toujours en croissance

En dépit d’une édition pauvre en annonces, la croissance de la zone du Moyen-Orient (6,2%) reste secteur à celle du reste du monde, qui est d’environ 5%. Selon Boeing, la demande de nouveaux avions au Moyen-Orient sera de 3.180 appareils au cours des 20 prochaines années, pour une valeur de 730 milliards de dollars. « Environ 80% de la population mondiale vit à huit heures de vol du Golfe », a expliqué le vice-président de Boeing Commercial Aircraft Randy Tinseth. Grâce à cette position géographique stratégique, les compagnies du Golfe offrent des liaisons à une seule escale entre de nombreuses villes.

Le constructeur brésilien Embrarer, spécialisé dans les avions de taille moyenne a indiqué pour sa part s’attendre à une demande au Moyen-Orient de 220 avions de 70 à 130 sièges d’ici 2034 d’une valeur totale de 10 milliards de dollars au prix du catalogue.

Source : La Tribune

La frégate Normandie vendue à l’Égypte : joli contrat ou cadeau empoisonné ?

Publié le 15/02/2015

La vente à l’Égypte d’une frégate multi-mission FREMM déjà payée par la Défense est une nouveauté. Les armées percevront-elles le produit de ce contrat ?

Le client est roi ! Et pour répondre rapidement aux exigences du maréchal-président al-Sissi, le nouvel ami de la gauche française qui voulait bien commander une frégate multi-mission FREMM, il fallait que celle-ci fût livrée avant le mois d’août 2015. Impossible de faire aussi vite, sauf à lui vendre un bâtiment terminé, sur le point d’entrer en service dans la marine nationale. C’est donc la solution qui a été choisie. Cette procédure inhabituelle n’est pas choquante par principe, et la marine nationale n’a pas contesté la nécessité du sacrifice sur l’autel de la réussite d’un beau contrat export.

Le navire, facturé 650 millions d’euros, sera vendu environ un milliard à l’Égypte, le supplément de 350 millions (plus de la moitié du prix du navire) étant constitué par un ensemble de munitions et de services. Ces derniers étant notamment destinés à former l’équipage, ce qui ne s’improvise vraiment pas sur un navire aussi technique, à la pointe mondiale de la modernité, et doté d’un équipage réduit au strict minimum. C’est aujourd’hui le fleuron de son constructeur DCNS, qui conclut ainsi son deuxième contrat export, après la vente d’une première FREMM au Maroc. L’Égypte devient l’un de ses meilleurs clients, après avoir déjà acheté en 2015 quatre petites corvettes Gowind, pour un total d’un milliard d’euros.

La marine veut ses six FREMM

L’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine nationale, a confirmé lors d’une récente rencontre avec l’Association des journalistes de défense qu’il ne voyait pas d’inconvénient à la cession d’un navire français à l’Égypte. Il a cependant ajouté une précision sibylline à propos de ces FREMM : « Du moment que DCNS me garantit d’en avoir quatre d’ici à fin 2016, et six d’ici à fin 2018, alors, ça va ! »

De fait, la loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM) prévoit bien que la marine disposera de 6 FREMM, non pas fin 2018, mais fin 2019. Ce petit détail mis à part, il y a quand même un problème. Car pour que la frégate Normandie soit remplacée dans l’arsenal français d’ici fin 2019, il faudrait que DCNS accélère sa production en ajoutant une FREMM à son programme industriel. Après l’avoir réduite ces dernières années, non sans négocier de substantielles compensations financières avec l’État ! Cette option ne paraît donc pas réaliste, d’autant plus que DCNS a désormais adapté son plan de charge pour le rendre conforme au rythme ralenti de la LPM.

650 millions d’euros pour la Défense ?

Le dossier n’est pas rendu plus simple par plusieurs autres considérations : tout d’abord, la frégate Normandie est pratiquement intégralement payée. Second point : il ne s’agit pas d’un programme franco-français mais européen (franco-italien en l’espèce), géré par un organisme européen, l’OCCAR (Organisme conjoint de coopération en matière d’armement).

De quelque point de vue que l’on examine cette question, les 650 millions d’euros déjà payés par la Défense vont être remboursés. Mais à qui ? Au restaurant du ministère de la Défense (« les cent mille mâchoires »), chaudron où bouillonnent les rumeurs, on entendait tout récemment que le ministère des Finances considère que cet argent ne revient pas à la Défense mais à l’État. Qui pourrait alors reverser ces sommes au titre des ressources exceptionnelles (REX), qui font défaut à hauteur de 2 milliards environ pour boucler le budget 2015. Les fameuses sociétés de projet qui visent précisément à pallier ces difficultés du budget 2015 – dans un premier temps – ont certes été votées dans le cadre de la loi Macron. Il n’empêche que – allez savoir pourquoi ! – certains craignent un coup fourré. Des mises au point seraient sans doute utiles.

Source : Par Jean GuisnelLe Point