Singapour redonne le sourire à Airbus en s’offrant des Caracal

Par Michel Cabirol  |  08/11/2016

L’armée de l’air singapourienne passe commande de 16 Caracal à Airbus Helicopters.

Singapour vient d’apporter un cinglant camouflet à la Pologne en achetant 16 hélicoptères tactiques Caracal à Airbus Helicopters à l’issue d’un « processus d’évaluation rigoureux », selon un communiqué du ministère de la Défense singapourien publié lundi. Cela va être encore plus difficile à Varsovie de justifier l’abandon brutal des négociations pour l’achat de 50 Caracal avec le constructeur européen alors que l’Ile-Etat est l’un des clients les plus exigeants au monde en matière de fourniture de programmes de défense. Singapour a en outre passé commande auprès de Boeing pour des CH-47F Chinook.

Les Super Puma en service depuis 1983

Le ministère n’a pas précisé le montant de ces deux contrats ni la quantité d’hélicoptères commandés. Les Caracal remplaceront la flotte de Super Puma en service dans l’armée de l’air singapourienne (RSAF) mais en nombre moindre. « Les H225M et CH-47F disposent de meilleures capacités d’emport et de portée, et permettront aux RSAF de répondre aux besoins de transport des forces armées de Singapour plus efficacement avec moins d’hélicoptères et moins d’hommes », a précisé le ministère de la Défense. Le montant total du contrat Caracal atteindrait un peu moins d’un milliard de dollars, selon les agences de presse AFP et Reuters. Il serait en fait de l’ordre de 500 millions d’euros.

« Les nouveaux H225M et CH-47F vont remplacer les Super Puma et Chinooks les plus anciens de l’armée de l’air de la république de Singapour (RSAF), qui sont en service respectivement depuis 1983 et 1994 et deviennent obsolètes », a indiqué le ministère de la Défense de Singapour.

La décision avait été repoussée après le crash d’un hélicoptère Super Puma d’Airbus Helicopters en Norvège en avril dernier. Les hélicoptères seront destinés notamment aux opérations de sauvetage, d’évacuation médicale et d’assistance humanitaire, a détaillé le ministère. Singapour devient le huitième pays à s’équiper avec le H225M après la France, le Brésil, le Mexique, la Malaisie, l’Indonésie, la Thaïlande et le Koweït.

« Nous sommes très honorés que Singapour ait choisi le H225M pour la prochaine génération d’hélicoptère de la classe médium », a déclaré le PDG d’Airbus Helicopters, Guillaume Faury. « Le Super Puma a bien servi Singapour pendant les 30 dernières années. L’arrivée du H225M au sein de la flotte de la RSAF apportera un changement radical dans ses capacités opérationnelles grâce à une plate-forme éprouvée, polyvalente et moderne, qui est capable de réaliser les missions les plus difficiles », a-t -il précisé.

Source : La Tribune

Publicités

Eurocopter: La Thaïlande lui achète quatre hélicoptères

Mis à jour le 29.08.12 à 09h06

Le gouvernement thaïlandais a approuvé l’achat au groupe Eurocopter de quatre hélicoptères pour une valeur totale de près de 4 milliards de bahts (environ 100 millions d’euros), a-t-on appris mercredi de sources officielles. Le premier fabricant mondial d’hélicoptères civils, filiale du géant européen de l’aéronautique et de défense EADS, doit permettre au royaume de renouveler une flotte trop ancienne, a précisé le vice-Premier ministre mercredi Yutthasak Sasiprapa.

Des hélicoptères de transport de troupes

Les appareils seront utilisés pour la recherche et les opérations de secours. «Nous avons besoin de remplacer de vieux hélicoptères qui sont des Huey (du constructeur américain Bell) de 40 ans», a-t-il déclaré aux journalistes. Un haut responsable de l’armée thaïlandaise a indiqué de son côté qu’il s’agissait de Cougar EC 725, des hélicoptères de transport de troupes. Le contrat représente «3,8 milliards de bahts y compris la maintenance, le service et la formation», a-t-il expliqué à l’AFP.

En juillet 2011, la Thaïlande avait cloué au sol une partie de sa flotte après trois accidents d’hélicoptères et 17 morts en huit jours, tous dans le cadre de missions de secours dans la jungle du parc naturel de Kaeng Krachan, près de la frontière avec la Birmanie.

Avec AFP

Eurocopter in MoU for Tianjin AS350 completion centre

2012-08-31

Eurocopter has inked a memorandum of understanding with China’s Tianjin Free Trade Zone to explore the creation of a completion and customization centre for the firm’s AS350 Ecureuil light helicopter.

The agreement was signed on the sidelines of a visit by German Chancellor Angela Merkel to China’s Airbus A320 factory in Tianjin, where the proposed completion centre will be located, Eurocopter said in a statement.

Airbus and Eurocopter are sister companies within the EADS Group.

The centre would complete and customise Ecureuil helicopters for the Chinese market, but the helicopters would be designed to allow future addition of other types.

« The new Chinese industrial centre will mark an important step for Eurocopter’s global strategy of being in close proximity to customers within key markets, while also offering tailored, flexible solutions adapted to local market requirements, » Eurocopter’s chief executive Lutz Bertling said in a statement.

Source: Flight International

Le Canada cherche à remplacer sa flotte d’hélicoptères pour ses garde-côtes

25/08/2012

David Campese

Sur son site internet d’achats public, le Canada a lancé un appel d’offres pour le renouvellement de 24 aéronefs (16 hélicoptères légers et 8 moyens).

L’acquisition se fera en cinq ans et concernera également la fourniture d’un simulateur de vol.

Eurocopter a des chances pour se positionner sur ce marché grâce à son expérience acquise avec les garde-côtes états-uniens mais également en raison de la forte implantation au Canada d’industriels français comme le groupe SAFRAN.

Source: MERX Marchés publics canadiens

Philippines to acquire 10 new attack helicopters

Jul. 18, 2012

MANILA — The Philippines will acquire 10 attack helicopters starting next year in a bid to boost the capabilities of the poorly equipped military, an air force spokesman said July 18.

Italy, Britain, France, Russia and South Africa are all being eyed to supply the helicopters, Lt. Col. Miguel Okol said, although he declined to specify which models were being considered.

The brand new machines will upgrade the fleet of U.S.-made MG-520 light attack helicopters that the air force has been using since the 1990s.

“What we are going to get are armed attack helicopters … that can carry more payload than the MG-520,” Okol told AFP.

He declined to specify the cost of the acquisition but said the government had already allocated the required funds.

The new aircraft will be used for “internal security operations, border security and support operations,” he said.

The Philippines is battling communist insurgents in rural areas throughout the archipelago, as well as Muslim extremists in the troubled southern regions.

In recent months, tensions have also risen with China over conflicting territorial claims in the South China Sea, but Okol said the acquisition of the attack helicopters was unrelated.

The tensions with China have highlighted the weakness of the Philippine military, which is one of the most poorly equipped in the region, relying largely on surplus U.S. equipment.

The Philippines has been refurbishing its aging MG-520 helicopters, other military sources said.

The country has recently been stepping up its modernization efforts and plans to acquire new fighter-trainer jets and attack and transport planes by 2014, the defense secretary said earlier.

Source: Agence France Presse

Denel Dynamics Missiles earnings up for 2012

Written by defenceWeb

Thursday, 02 August 2012

Denel Dynamics Missiles has posted improved earnings for the 2012 financial year, with earnings before interest and taxes of R11 million, up from R5 million the previous year.

Denel’s Annual Report 2012 revealed that the unit recorded a turnover of R619 million for 2012 (down from R729 million the previous year) and export turnover of R194 million (up slightly from R192 million the previous year). Denel noted that, historically, Denel Dynamics Missiles has posted financial losses due to onerous contracts, amongst other factors. Although it has recorded marginal profits for the second successive year, its order cover and the closure of key contracts remain challenges.

The company’s confirmed order book is down by R117 million, at R598 million for the 2012 financial year ending March. Denel said one of the unit’s highlights was the posting of a nominal profit, with a continued year-on-year improvement in overall business performance in accordance with the “Voyage to Excellence” programme launched in 2007.

Some of the unit’s highlights include the conclusion of Umkhonto missile deliveries to a European country, which were completed in 2011/2012.

Denel Dynamics Missiles said the development of the A-Darter missile is on track for production to commence in 2014. Final missile qualification and performance validation is under way to achieve critical technical milestones in 2012/13 and 2013/14. As part of this evaluation the first two successful guided missile firings from a Gripen aircraft were successfully completed during February 2012. A-Darter is being developed jointly by South Africa and Brazil. “The success of this joint development is likely to lead to further alliances with other developing nations. There are discussions about follow-on collaborative projects and marketing strategies,” Denel said.

Denel Dynamics CEO, Jan Wessels earlier this year said that, “I believe the DoD will contribute to the funding of a follow-up development missile programme, but its exact nature and funding model are still under discussion.”

In May 2011, Denel Dynamics Missiles concluded a contract for the sale of the Umbani precision guided bomb kit to an export customer. “This contract is a prime example of how the substantial investment in intellectual property over a number of years has been afforded an opportunity to yield a return for SA,” Denel said.

Other notable achievements included the integration and flight-testing of the Ingwe missile on the Eurocopter EC635 helicopter and the first flight test with an alternative multipurpose warhead. In addition, Denel Dynamics Missiles introduced the fire-and-forget configuration of its Raptor stand-off weapon. The full autonomous flight was a first for the Raptor weapon system.

Denel Dynamics Missiles employs 732 people. Its current range of products and systems includes the A-Darter, the Umkhonto-IR air defence missile, the Ingwe and Mokopa anti-armour missiles, precision-guided munitions and the Raptor II stand-off weapon.

Source: defenceweb.co.za

La France commande 34 hélicoptères NH90

Le 31 janvier 2012 par Rémy Maucourt

Eurocopter annonce lundi une nouvelle commande du ministère de la Défense : 34 hélicoptères de transport militaire NH90.

Le ministre Gérard Longuet a profité de la livraison du premier NH90 en configuration opérationnelle pour annoncer une nouvelle commande. 34 hélicoptères supplémentaires sont donc commandés, en plus des 34 initialement prévus.

Les NH90 sont destinés à remplacer les hélicoptères Puma de l’armée de terre. La version finale permet notamment des missions de nuit.

Lutz Bertling, président d’Eurocopter, s’est félicité de cette mise en service. « Cette livraison du premier NH90 TTH en configuration opérationnelle finale marque l’aboutissement du plus important programme européen d’hélicoptère jamais lancé en Europe. »

Le NH90 a déjà été commandé à plus de 500 exemplaires, par quatorze pays. Plus de quatre-vingt NH90, dans une version intermédiaire, ont été livrés à l’Allemagne, à l’Australie, à la Suède, à la Finlande, à l’Italie, aux Pays-Bas, à la France, à Oman et la Grèce.

Source: L’Usine  Nouvelle

Livraison du 1er hélicoptère NH90 à l’armée de terre

Mise à jour : 25/01/2012 15:14

Monsieur Gérard Longuet, ministre de la Défense et des Anciens combattants se rendra à Marignane (Bouches-du-Rhône), le lundi 30 janvier 2012, pour visiter le site industriel d’EUROCOPTER à l’occasion de la livraison du premier hélicoptère NH90 TTH « Caïman » à l’armée de terre.

Il se rendra également  sur la base aérienne 125 d’Istres pour se faire présenter le Groupement de ravitaillement en vol (GRV Bretagne) qui met en œuvre les avions ravitailleurs de l’armée de l’air au profit des Forces aériennes stratégiques (FAS), et effectuer une mission de ravitaillement en vol à bord d’un C135.

Baptisé  « Caïman », le NH90 est un hélicoptère de la classe des 11 tonnes destiné au renouvellement des flottes d’hélicoptères de transport tactique (version TTH) et de combat naval (version NFH) de l’armée française.

61 NH90 ont été commandés dont 27 en version navale (NFH) et 34 en version terrestre (TTH), une commande supplémentaire de 34 appareils (TTH) est prévue en 2012.

Premier hélicoptère doté en série de commandes de vol électriques, il possède une grande manœuvrabilité et une agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour comme de nuit, même dans de très mauvaises conditions.

La version terrestre TTH  peut emporter jusqu’à 20 combattants, 2500 kg de matériel ou un véhicule léger. Les pilotes seront équipés d’un visuel de casque intégrant un dispositif de vision nocturne de dernière génération

Source: Ministère de la Défense

Eurocopter dévoile son hélicoptère du futur

8 Novembre 2011 – Bruno Trevidic

Lutz Bertling, le PDG de la filiale d’EADS, dévoile les ambitions du nouveau programme d’hélicoptère qu’il vient de présenter à ses principaux partenaires. Le X4 sera un hélicoptère de rupture technologique, affirme-t-il.

Un nouveau programme peut en cacher un autre chez Eurocopter. Après avoir fait sensation avec le X3 au dernier Salon du Bourget, la filiale d’EADS lève à présent le voile sur un autre de ses projets : le X4. Présenté fin octobre à quelque 250 entreprises partenaires, il remplacera à partir de 2016 l’actuel Dauphin, un appareil de 4 tonnes, pouvant transporter jusqu’à 12 passagers, et l’un des grands succès d’Eurocopter. Le marché est d’au moins 500 appareils, selon le PDG, Lutz Bertling, qui espère en livrer plus d’un millier sur la durée de vie du programme. Surtout, le X4 devrait être le catalyseur de tous les efforts d’innovation d’Eurocopter dans les prochaines années. Avec pour ambition affichée d’aboutir en 2020 à un hélicoptère de « rupture technologique », qui serait au secteur ce que l’Airbus A320 fut au transport aérien des années 1980. « Le X4 sera même plus innovant que l’A320 en son temps, assure Lutz Bertling. Nous allons utiliser des technologies encore au stade du développement, qui vont changer la façon de piloter un hélicoptère. » Comme l’A320 à son époque, le X4 devrait notamment être le premier hélicoptère civil doté de commandes électriques . Une technologie déjà développée par Sagem pour l’hélicoptère militaire NH90, qui entraînera dans son sillage un recours accru à l’ordinateur pour contrôler et éventuellement corriger les erreurs humaines. A terme, le poste de pilotage pourrait même se réduire à un simple écran tactile. De quoi faciliter le travail des pilotes et surtout « améliorer la sécurité », souligne le PDG d’Eurocopter. Autre innovation majeure et visible : de nouvelles pales, aux extrémités en forme de boomerang, susceptibles de réduire les émissions sonores « de 30 % à 50 % », selon Lutz Bertling. Le tout mû par un nouveau moteur, développé par le français Turbomeca, offrant à terme « jusqu’à 30 % de gains de coût », à la fois sur la consommation de carburant et la maintenance. « Nous nous sommes fixé des objectifs très ambitieux, de manière à faire la différence avec la concurrence, souligne Lutz Bertling. A l’horizon de 2020, nous devrions compter pas moins de six concurrents majeurs : trois américains (Bell, Sikorsky, Boeing), un européen (Augusta-Westland), mais aussi les russes, qui sont en train de s’organiser pour revenir en force et très certainement, les chinois, qui ont de grandes ambitions. » Toutes ces innovations ne seront toutefois pas déployées d’un seul coup. « La première version du X4, qui devrait être certifiée en 2016 pour une entrée en service en 2017, sera relativement conservatrice, même si elle offrira un gain de coût d’environ 20 %, explique Lutz Bertling. Les innovations les plus importantes, comme les commandes électriques, seront plutôt pour la seconde version, prévue pour 2020. Cependant, dans le cas des commandes électriques, cela ira peut-être plus vite si Sagem est prêt plus tôt. » Autant d’innovations financées pour partie grâce au grand emprunt, avec une enveloppe de 550 millions d’euros allouée à l’hélicoptère du futur. « Il faut distinguer le financement de la recherche, pour laquelle nous versons 1 euro pour chaque euro perçu et celui du développement du programme X4, qui reste essentiellement l’affaire d’Eurocopter, souligne son PDG. Nous allons y consacrer 1 milliard d’euros, auxquels s’ajouteront 200 millions sous forme d’avances remboursables du gouvernement français. L’Allemagne devrait aussi y contribuer sous forme d’avances remboursables pour 6 % à 8 % ». Une répartition qui se retrouvera dans celle de la charge de travail. Au final, 80 % du X4 devrait être fabriqué en France, souligne Lutz Bertling, contre de 6 % à 8 % pour l’Allemagne et de 10 à 14 % pour les sous-traitants d’Eurocopter à travers le monde.

Source: Les Echos

EADS signe le deuxième plus grand achat de son histoire

02/08

En achetant pour 673 millions d’euros au fonds Apax Partners la société de communications par satellite Vizada, le groupe d’aéronautique et de défense signe sa plus grosse acquisition de l’année. Vizada complétera l’offre d’Astrium dans ce secteur.

Troisième acquisition en moins d’une semaine pour EADS ! Fort d’une trésorerie de 11 milliards d’euros, le groupe européen d’aéronautique et de défense a annoncé hier l’achat de l’entreprise de communications mondiales par satellite Vizada auprès du fonds de capital-investissement Apax Partners. Une transaction de 673 millions d’euros. Le groupe avait déjà conclu mardi dernier la reprise, pour un montant non communiqué, de la PME américaine Metron Aviation afin de doper l’activité de sa division Airbus dans le contrôle aérien. Le lendemain, il avait lancé une offre publique d’achat de 348 millions d’euros sur le danois Satair pour renforcer le poids du même Airbus dans la fourniture de pièces détachées aéronautiques.

Opération record

A présent, c’est au tour de la division spatiale Astrium de bénéficier des largesses du groupe. Si l’on exclut les 2,75 milliards d’euros déboursés en 2006 pour reprendre les 20 % d’Airbus alors détenus par British Aerospace, cette opération -soumise au feu vert des autorités de la concurrence -est la plus importante jamais réalisée par EADS depuis sa création en 2000. Le précédent record datait de mars dernier avec l’acquisition pour 455 millions d’euros du canadien Vector Aerospace, spécialisé dans la maintenance d’hélicoptères, dans le but de conforter la présence dans ce secteur d’Eurocopter, la division hélicoptères d’EADS.

S’inscrivant dans le cadre du plan stratégique Vision 2020 visant à diversifier le groupe EADS en le rendant moins tributaire des ventes d’Airbus, l’acquisition de Vizada va permettre au groupe de renforcer sensiblement sa division Astrium Services, spécialisée dans les communications par satellites, notamment les communications sécurisées pour les clients militaires et gouvernementaux.

Se définissant comme l’un des premiers fournisseurs indépendants sur le marché des services de communications mobiles mondiales par satellite et opérant sur des marchés très complémentaires de ceux d’Astrium Services, Vizada sert plus de 200.000 utilisateurs finaux, notamment dans les services maritimes (commerce, pêche, militaire), où il revendique le premier rang mondial, ou encore dans l’aviation civile et militaire.

Présent sur les cinq continents avec plus de 700 personnes, Vizada prévoit de réaliser cette année un chiffre d’affaires d’environ 460 millions d’euros et un excédent brut d’exploitation de 66 millions d’euros, souligne EADS. Ce qui revient à dire que l’acheteur a dû, pour emporter l’affaire, accepter de payer Vizada environ 10 fois son excédent brut attendu pour 2011.

Du côté d’Apax Partners, cette cession marque la fin d’un investissement parfaitement maîtrisé. En 2006, le fonds avait acquis pour 60 millions d’euros auprès de France Télécom sa filiale FTMSC, spécialisée dans la fourniture de communications mobiles par satellite. L’année suivante, Apax avait repris une entreprise similaire auprès de l’opérateur de télécoms norvégien Telenor. Puis il avait marié les deux sociétés sous le nom Vizada, avant d’assurer le développement du nouvel ensemble.

Source: Claude Barjonet, Les Echos