Armement : encore un succès de la France (Thales) en Australie

Par Michel Cabirol  |  24/11/2016, 10:00  |  572  mots

Le contrat de modernisation obtenu par Thales vise à doter les systèmes sonars des sous-marins australiens de la classe Collins des meilleures performances mondiales en matière de détection sous-marine (Crédits : ministère de la Défense australien) Thales a signé un contrat de conception et de pré-production avec le ministère de la Défense australien pour moderniser les six sous-marins de la classe Collins de la Marine royale. Un premier contrat de 70 millions d’euros.

Et encore un succès de la France en Australie dans le domaine de l’armement. Thales a signé un contrat de conception et de pré-production avec le ministère de la Défense australien pour moderniser les six sous-marins de la classe Collins de la Marine royale. Le montant de ce contrat s’élève à 100 millions de dollars australiens (soit 70 millions d’euros) mais il pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d’euros si l’électronicien obtient les prochaines tranches concernant la production et l’installation des sonars.

Le gouvernement australien devrait donner en 2018 son feu vert définitif au programme de modernisation et les contrats devraient ensuite se succéder sur une dizaine d’années en fonction des besoins de la marine australienne, a précisé le vice-président des systèmes de lutte sous la mer de Thales, Alexis Morel lors d’une conférence téléphonique. Il estime que cette modernisation doit permettre « à la marine australienne de maintenir sa supériorité sous les mers dans la région ».

Meilleures performances mondiales en matière de détection

Thales aura pour mission de remplacer les antennes des sous-marins entrées en service au milieu des années 90 par des systèmes de sonars plus performants. Dans un contexte d’évolution permanente des menaces, ce contrat vise à doter leurs systèmes sonars des meilleures performances mondiales en matière de détection sous-marine, estime le groupe d’électronique.

Premier fournisseur de technologies sonars à l’Australie, Thales s’appuiera sur une forte expertise locale et internationale pour moderniser les antennes cylindriques, les antennes de flanc et leur traitement à bord. Ainsi, les antennes cylindriques seront remplacées par des antennes cylindriques modulaires (MCA), élaborées par Thales au Royaume-Uni. L’actuelle antenne de flanc sera, elle, remplacée par une antenne de dernière génération développée par les équipes Thales en France.

Dans ce cadre de la modernisation des Collins, Thales Australia engagera des sociétés australiennes comme Sonartech Atlas et L3 Oceania en vue de préparer ce programme, a précisé le ministère australien de la Défense dans un communiqué. « C’est un exemple clair de notre engagement à renforcer le potentiel d’innovation de l’industrie militaire australienne », fait observer le ministre de la Défense, Christopher Pyne. Les travaux d’intégration des systèmes de sonars s’effectueront sur le site de Thales à Rydalmere, à côté de Sydney.

« C’est très bien pour Thales en Australie : cela permet de renouveler des compétences et des emplois et nous maintient dans une position importante dans le pays », estime Alexis Morel.

Une étape importante pour Thales

Avec ce contrat obtenu en Australie, Thales a en ligne de mire un contrat que le groupe pourrait décrocher courant 2017. Un contrat de plus d’un milliard d’euros en vue d’équiper de sonars de nouvelle génération les 12 futurs sous-marins que DCNS et Lockheed Martin (système de combat) doivent construire pour la marine australienne (34 milliards d’euros au total). « Dans le contexte du grand contrat sur les futurs sous-marins, c’est évidemment une étape très importante pour nous », estime Alexis Morel. « On ne vend pas la peau de l’ours mais on aborde les choses avec confiance », affirme-t-il toutefois.

« Aujourd’hui, nous avons l’assurance que la confiance du gouvernement australien dans Thales pour moderniser ses sous-marins actuels est renouvelée », assure-t-il, en précisant que le processus de sélection pour ce contrat n’est pas encore défini.

Source: La Tribune.fr

Publicités

France, India, Agree To Details on Rafale Offsets

By Vivek Raghuvanshi, November 8, 2015

NEW DELHI — Under an offsets deal reached by India and France regarding the acquisition of 36 Rafale fighter jets, France has agreed that it will fulfill its obligations only within the aerospace arena and not partly through research and development projects, an Indian Defence Ministry source said.

Rafale à vendre sur le parking de l'aéroport de Mitiga

Rafale à vendre sur le parking de l’aéroport de Mitiga

With a final agreement reached on offsets, India and France are likely to sign a protocol by the end of this month to buy 36 Rafales and thereafter the price negotiations will follow, leading to a final deal in the next four to six months, the MoD the source added.

Ever since Indian Prime Minister Narendra Modi announced in his April visit to Paris that India intended to buy 36 Rafales on a government-to-government (G2G) basis, talks between India and French were stuck on the issue of offsets, with the French initially not agreeing to discharge offsets at all.

India wants 50 percent of the total amount of the deal, estimated to be around $10 billion for 36 Rafales, including weaponry, to be matched by offsets involving purchases from the Indian aerospace sector, including tie-ups and cooperation with domestic defense companies to boost India’s defense production base.

The French wanted 20 percent of the offsets to be discharged through R&D tie ups with India’s Defence Research and Development Organization (DRDO), but the MoD rejected their request, the source added. The list of R&D projects in which the French had evinced interest to participate is not known.

But Dassault Chairman Eric Trappier said, « We are working with the Indian authorities on the offsets. Nothing has been decided. We are following the Make in India program. It’s going in the right direction. Talks are still continuing. »

The French Defense Ministry declined comment.

« The offset policy of 2012 allows offset obligations to be discharged through collaboration with DRDO, subject to some conditions. However, offsets are best undertaken through collaboration with industry, for direct impact on defense manufacturing. This may be the reason for the MoD’s position, » said Vivek Rae, MoD’s former director general of procurement.

« It is not a good idea to discharge all offsets through DRDO. »

« A G2G contract is a customized contract. So the two countries can agree to a unique set of terms of conditions, but these have to be mutually acceptable. While doing so, neither party can completely overlook the laws, regulations, procedures and precedents, » said Amit Cowshish, MoD’s former financial adviser.

India typically allows companies to discharge offset obligations through participation in R&D projects along with the direct purchase of equipment and systems in designated areas from industry, and training.

The G2G deal on Rafale was a separate deal to the 2007 request for proposal, which has since been canceled. Under the 2007 RFP, India was to procure 126 Rafales with 108 being license-produced in India.

MoD’s top acquisition body, the Defence Acquisition Council, on Sept. 1 gave the go-ahead to the negotiation committee on purchasing Rafale jets for the Indian Air Force.

Source : DefenseNews

Inde : A big step in India’s Rafale jet deal with France

Image

New Delhi The Indian government and French aerospace major Dassault have sealed a work share agreement in what is being described as a big step forward, almost two years after negotiations began in the deal for 126 Rafale fighter jets to be bought by India.

The government’s Hindustan Aeronautics Limited or HAL will do 70 per cent of the work on the 108 planes that will be manufactured in India. Dassault would do the rest of the work, sources said.
 
The first 18 of the fighters will be fully manufactured in France and will be brought to India in « fly-away » condition.

India has apparently rejected Dassault’s reservations about having HAL as the major player.

The final contract, though, is still far from being signed. For one, India’s Ministry of Defence has no money in the current financial year that ends this month, for initial payment.

Also, general elections are due by May and the final contract will only be signed by the next government, if it chooses to go ahead on the same terms and conditions.

Dassault Aviation had won the contract to supply 126 Medium, multi-role combat aircraft or MMRCA in 2012. The massive contract is pegged at anywhere between 12 to 15 billion dollars.
 
Sources said the deal is complex and requires both sides to be in sync on commercial factors, logistics and HAL’s ability to assemble the Rafale.

For instance, the radar on the Rafale jet is to be manufactured by Bharat-Electronics Ltd (BEL) in Bangalore. The Radome (the protruding snub nose on the aircraft) would, however, be manufactured by HAL at its Hyderabad facility. Dassault wanted clarity on how the two units would coordinate their activities.
 
Now, HAL has apparently agreed to set up a new facility close to the one that BEL has in Bangalore.
 
The French and Indian governments are also working on an agreement for a sovereign guarantee that Dassault will supply, service and maintain the Rafales over the next 40 years.

This is an important provision in the Indian defence procurement procedure, designed to ensure that manufacturers don’t renege on their commitment.

 

Source : NDTV

French, Russian firms to jointly produce advanced helo

ZHUKOVSKY, Russia, Aug. 29 (UPI) — Sagem, the French defense electronics company, and Kamov of Russia are jointly developing an enhanced attack helicopter.

The helicopter will be an advanced version of the Kamov-52 Alligator attack helicopter, which « will address a requirement expressed by several countries, » the two firms said.

Sagem and Kamov, a Russian Helicopters company, had first started cooperating in 2011 for the integration of Sagem optronic equipment and LINS 100 inertial navigation systems into Kamov aircraft.

Sagem’s Strix optronic sight system, in production for French-German Tiger combat helicopter, provides full day/night capability.

Its LINS-100 laser gyro inertial navigation system is produced in Russia under a joint venture arrangement.

« The companies’ joint offering for helicopters will support Sagem’s strategic objective of establishing long-term industrial partnerships with leading Russian companies. » Sagem said.

Sagem, however, gave no additional details on the advanced helicopter that it and Kamov plan to produce or other features of the cooperative agreement.

Source : UPI

Défense : Pourquoi le mariage Nexter avec Krauss Maffei Wegmann est à haut risque

16/07/2013

Les deux groupes se ressemblent beaucoup. Mêmes usines, mêmes produits, mêmes compétences. Beaucoup de doublons qui augurent d’une casse industrielle et sociale importante. Pour autant, ne pas se rapprocher pourrait condamner à longue échéance Nexter face à l’arrivée de nouveaux acteurs venus des pays émergents.

C’est un véritable serpent de mer… même si cela concerne l’industrie de l’armement terrestre. Quoi donc ? Le dossier de la restructuration européenne que l’ancien patron de Nexter, Luc Vigneron, avait vendu en 2004 à l’opinion publique pour justifier les restructurations sévères en vue de redresser le groupe. Aujourd’hui Nexter va bien même s’il poursuit sa route tout seul. Mais cela fait près de dix ans qu’une opération avec le groupe allemand Krauss Maffei Wegmann (KMW) est envisagée selon les humeurs des uns et des autres.

Aujourd’hui, les deux entreprises reparlent de mariage. Il faut toutefois rester prudent car cela fait quand même deux-trois ans, selon nos informations, que les discussions sont commencées et ont traversé des hauts et des bas. Les négociations avaient d’ailleurs été interrompues avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en France. Elles ont ensuite sérieusement repris depuis le début de l’année. Cela reste toutefois une opération à très haut risque sur le plan industriel et social. Sans compter qu’il faudra passer par une loi de privatisation.

L’Aravis face au Dingo allemand

Pourquoi une telle opération est-elle très risquée ? Parce que, comme le notent tous les observateurs, la fabricant du char de combat Leclerc et celui du Leopard sont en concurrence sur l’ensemble de la gamme des blindés. Ce qui n’est pas le cas dans les munitions, un domaine où n’est pas présent KMW contrairement à Nexter, et dans l’artillerie, à l’exception notable du PzH 2000 allemand, le redoutable rival du Caesar. La grand majorité des produits de Nexter doit néanmoins se battre sur tous les marchés export contre ceux de Krauss Maffei.

C’est notamment vrai pour le véhicule blindé de combat d’infanterie VBCI, sur lequel fonde beaucoup d’espoir Nexter au Canada, au Danemark, au Qatar et aux Emirats Arabes Unis notamment. Mais le Boxer de KMW se dresse très souvent sur sa route. C’est le cas aussi pour le véhicule de transport de troupes tout-terrain à quatre roues motrices hautement protégé, l’Aravis, qui doit convaincre les éventuels pays clients face au Dingo allemand. L’Aravis a d’ailleurs été choisi en 2011 par l’Arabie Saoudite.

Les deux groupes se ressemblent beaucoup (trop ?)

Les deux groupes se ressemblent beaucoup. Trop ? Mêmes usines, mêmes produits et mêmes compétence, rappelle un bon connaisseur des deux groupes. Jusqu’aux chiffres d’affaires qui sont quasi identiques. Si Nexter a bouclé l’année 2011 à 851 millions d’euros (1,07 milliard en 2010), Le groupe public emploie 2.700 salariés sur neuf sites de production. KMW (3.500 personnes, sept sites en Allemagne, dont le siège social à Munich) a quant à lui enregistré un chiffre d’affaire de 1 milliard en 2011, le dernier chiffre connu pour l’entreprise familiale, qui ne publie pas ses comptes (915 millions en 2010).

Seule différence notable, les prises de commandes de KMW surfent sur le succès actuel du char Lepoard à l’exportation en dépit de la claque subie en Arabie saoudite. Une telle opération ne se fera pas sans une casse industrielle et sociale si les deux groupes se rapprochaient. Comme le notent certains observateurs, l’idéal pour créer le troisième acteur européen (derrière General Dynamics et BAE Systems) serait de passer par une étape nationale pour renforcer Nexter. Pas sûr que les Allemands voient d’un bon oeil ce tour de passe-passe pour muscler le groupe public.

Plus question de faire entrer Thales au capital de Nexter

Que peut espérer Nexter en France ? Deux projets, dont l’un est très avancé, restent possibles. L’acquisition du fabricant de poudres et explosifs pour munitions, obus et petits missiles, Eurenco, qui a réalisé 248 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012 (plus de 1.000 salariés), est en très bonne voie. Elle suit son cours dans le cadre des modalités classiques pour une telle opération. Elle devrait se concrétiser avant la fin de l’année. Cette opération va notamment permettre à Nexter d’internaliser la fourniture des composants essentiels pour ses munitions.

Le dossier est en revanche beaucoup plus difficile avec TDA, filiale à 100 % du groupe Thales spécialisée dans les mortiers et les roquettes. Si en 2011, l’Etat avait retenu le schéma de confier TDA et sa filiale FZ à Nexter, et en contrepartie de faire entrer Thales dans le capital de Nexter, cela ne semble plus être le cas. Le nouveau PDG de Thales, Jean-Bernard Lévy, n’a pas l’air très intéressé. « Je n’ai pas en tête qu’il y ait des synergies technologiques et industrielles entre les deux groupes », avait-il expliqué en juin dans une interview accordée à La Tribune.

Et si Nexter reste seul ?

Si Nexter reste seul, pour certains observateurs, il est voué à disparaitre lentement face à la montée en puissance sur les marchés de l’armement terrestre des nouveaux entrants, qui sont très compétitifs. Pour Nexter, ils constituent « la vraie menace », selon le PDG de Nexter, Philippe Burtin. « Ces pays montent progressivement en gamme en capitalisant sur leurs domaines de compétences – camions, engins spéciaux, autobus. Grâce aux transferts de technologies – ils se constituent une industrie puissante fondée sur des besoins nationaux d’équipements – ils produisent de grandes séries – et une structure de coûts que nous ne pouvons pas atteindre », avait-il expliqué en début d’année. C’est notamment le cas de la Turquie, de l’Afrique du sud, de la Corée du sud, de la Chine… Dans le secteur de la défense terrestre, Nexter doit faire face à la concurrence où les produits se comptent par dizaines dans certains créneaux.

Une opération qui  peut délivrer « beaucoup de valeurs »

Nexter doit donc choisir… entre la peste et le choléra. Se rapprocher de KMW ou s’exposer à un lent déclin. Ce qui vaut également pour KMW, qui peut choisir son compatriote et rival Rheinmetall – une opération qui n’a jamais pu se faire… « Les Etats vont avoir de plus en plus de difficultés à justifier une préférence nationale pour acheter des blindés », explique un bon connaisseur du dossier, qui estime que l’opération Nexter/KMW a « potentiellement pas mal de sens ». A condition, précise-t-il, que cela aille au-delà d’un simple rapprochement capitalistique.

Car cette opération peut délivrer « beaucoup de valeurs ». Surtout un rapprochement permettra de « disposer de la capacité financière adéquate et c’est là que la question de la taille se pose, avait expliqué Philippe Burtin. A moyen terme, elle nous permettra de financer le développement de nos produits, en parallèle du retrait de l’Etat, qui déjà demande le cofinancement. (…) A moyen terme c’est la taille qui nous permettra, dans la structure rassemblée et agrandie d’un groupe européen de faire face à ces nouveaux enjeux ».

Nexter majoritaire ?

Derrière General Dynamics et BAE Systems, dont le portefeuille va des systèmes d’armes jusqu’aux services en passant par les équipements et les munitions, Nexter voudrait se frayer un chemin pour devenir le troisième acteur global de la défense terrestre européen « permettant l’autonomie des choix et des actions » de nos clients européens, notamment l’armée française. Car, selon Philippe Burtin, « l’objectif de Nexter est de maintenir l’unité des activités systèmes et des munitions du groupe » et de « préserver sa liberté de systémier ». Enfin, l’ambition de Nexter « vise à la formation d’une entreprise intégrée dans laquelle les intérêts français seraient préservés : majoritaires ou à égalité de droits, tout en pérennisant en France les compétences nécessaires au maintien de l’autonomie d’approvisionnement des forces ».

Source : La Tribune

Drone Reaper : le Congrès américain ne s’oppose pas une vente à la France

15/07/2013

Le Congrès américain ne s’est pas opposé à la vente par le groupe américain General Atomics de drones d’observation MQ-9 Reaper à la France. Ils doivent remplacer les drones français Harfang, qui sont dépassés technologiquement.

Le projet de vente de drones de surveillance Reapers à la France a passé une étape cruciale avec l’absence d’opposition à ce contrat du Congrès américain, a-t-on appris lundi auprès de l’agence du Pentagone chargée des ventes d’armements à l’étranger. La DSCA (Defense Security Cooperation Agency) avait notifié au Congrès le 27 juin ce projet de contrat. Ce dernier disposait alors de 15 jours pour éventuellement s’y opposer, ce qu’il n’a pas fait. « Le Congrès n’a pas émis de résolution conjointe de réprobation. L’affaire peut se poursuivre », a affirmé à l’AFP une porte-parole de la DSCA, Lorna Jons.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé le 11 juin son intention d’acheter 12 Reaper aux Etats-Unis, au groupe General Atomics, une acquisition dont la facture est évaluée par ses services à 670 millions d’euros. Les deux premiers, actuellement en production et initialement destinés à l’US Air Force, devraient être livrés d’ici à la fin de l’année. Ces drones doivent remplacer les drones Harfang dont dispose Paris, mais qui sont dépassés technologiquement.

Une aide à la France

Dans son avis de notification au Congrès, la DSCA présentait le projet de fourniture à la France de « 16 MQ-9 Reaper, d’équipements associés, de pièces de rechange, d’entraînement et de soutien logistique pour un coût estimé de 1,5 milliard de dollars » (environ 1,15 milliard d’euros). Le chiffre de drones avancé par la DSCA, supérieur aux annonces françaises, n’est pas une pratique inhabituelle car elle permet de ne pas avoir à retourner devant le Congrès si le client décide d’acheter plus de matériel qu’envisagé a priori.

La DSCA, favorable à cette vente, justifiait au Congrès l’intérêt pour les Etats-Unis de fournir ces drones à la France, arguant du fait qu' »il est vital pour l’intérêt national des Etats-Unis d’aider la France à développer et maintenir une capacité d’auto-défense forte et immédiate ». « Cette vente potentielle renforcera les capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) de l’armée française » ainsi que l’interopérabilité avec l’armée américaine, plaidait la DSCA. L’accord entre Washington et Paris ne comporte pas de compensation industrielle, selon l’agence.

Source : AFP / La Tribune

Nexter obtient un contrat qui donne un bol d’oxygène à Roanne

19/07/2013

Selon nos informations, la Direction générale de l’armement (DGA) vient de notifier une commande de modernisation de 48 VBCI au groupe public. Un contrat qui va donner de la charge de travail au principal site de Nexter, Roanne, en attendant le lancement du programme VBMR et d’un contart export structurant.

C’est une bonne nouvelle pour Nexter en général, et en particulier pour les salariés de la chaine d’assemblage du véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI). Certes, le montant de la commande reste modeste mais le contrat va surtout donner un bon bol d’oxygène au groupe public en attendant mieux… c’est-à-dire le lancement d’un nouveau programme et/ou un contrat export d’envergure. Selon des sources concordantes, la Direction générale de l’armement (DGA) a récemment notifié une commande de modernisation de 48 VBCI, qui va dans cette opération prendre du poids… afin de mieux protéger les militaires en opération extérieure. Le véhicule blindé va passer de 28 à 32 tonnes.

Une commande qui va donner de la charge de travail aux salariés travaillant sur la chaine d’assemblage des VBCI (démontage et remontage des VBCI). Le retrofit des VBCI commencera seulement à la fin des dernières livraisons des actuels VBCI prévues à la fin de 2014. Soit au début de 2015. Les livraisons des VBCI modernisés devraient s’étaler jusqu’en mars 2016. Une deuxième tranche de 47 VBCI modernisés est également dans le viseur de Nexter.

Un relais en attendant mieux

En clair, l’avenir de Nexter était encore une fois dans les mains de l’Etat, le groupe ayant une visibilité d’un peu moins de 24 mois (exercices 2013 et 2014) grâce à son carnet de commandes. Mais il fallait un contrat pour faire la soudure entre la fin du VBCI et le lancement des programmes blindés VBMR et EBRC afin de donner de la charge de travail aux 800 salariés du site de Roanne. La consultation VBMR que Nexter Systems prépare en coopération avec Renault Trucks Defence (RTD) représenterait le relais pour le maintien du potentiel industriel du groupe. Le ministère de la Défense pourrait se décider avant la fin de 2013, sinon au plus tard début 2014. Nexter compte également sur un contrat export , notamment au Canada (de 108 à 138 exemplaires), au Danemark (autour de 250), au Qatar (plus de 400) et aux Emirats Arabes Unis (700). Un rapprochement à haut risque avec Krauss Maffei Wegman est même envisagé.

Un véhicule « combat proven »

Véritable « base vie » pour le fantassin, le VBCI offre un haut niveau de protection face aux différentes menaces des théâtres. Il a été projeté en Afghanistan et au Liban en 2010 puis au Mali en début d’année 2013 où il a à chaque fois « parfaitement rempli les missions qui lui étaient assignées à la grande satisfaction des troupes engagées », selon la DGA.

Véhicule blindé tout-terrain à 8 roues motrices, successeur de l’AMX 10 P, il existe en version poste de commandement (VPC) et en version de combat d’infanterie (VCI). La version VCI, commandée à 520 exemplaires, est armée d’une tourelle de 25 mm et permet l’emport de onze soldats Félin. La version VPC, commandée à 110 exemplaires, dont le dernier vient d’être livré à l’armée de terre en mai 2013, est équipée du système d’informations régimentaire (SIR). Le VBCI est un véhicule de la classe des 30 tonnes qui atteint une vitesse de pointe de 90 km/h.

Source : La Tribune

France, Germany Agree On Next-Gen Rocket Estimates

August 27, 2012

Amy Svitak Paris

After six months of back-and-forth, and with a key budget meeting fast approaching, France and Germany staked out a modest but crucial piece of common ground last month: In the debate over whether to start work on Europe’s next-generation launch vehicle, the tab for building a successor to the Ariane 5 will run €3.8-5 billion ($5-6.5 billion) over a decade.

The agreement between the French and German space agencies, however, is just the beginning. Detailed in a report delivered to their respective governments in recent weeks, the cost estimate is only a point of departure from which the often polarized partners will move forward this fall, when European Space Agency (ESA) ministers meet in Caserta, Italy, to settle the organization’s multi-year spending program.

At stake is France’s continued support for key ESA programs, including the International Space Station (ISS), Europe’s next-generation polar-orbiting weather satellite and an ambitious proposal to send robotic probes to Mars before the decade’s end—all of which could be compromised if ESA presses ahead with development of the next-generation launch vehicle the French have tentatively dubbed Ariane 6. As the primary financial load-bearer for Europe’s Ariane family of rockets, France is considering a proposal to scrap current Ariane 5 modernization efforts and go straight to development of the next-generation launcher. But as ESA’s largest financial contributor, along with Germany, it is unclear whether France can pay the lion’s share of Ariane 6 development without jeopardizing its contributions to other ESA programs.

“It should not be that we come out of the ministerial with only one program that is called the new launcher,” says Johann-Dietrich Woerner, chairman of the German Aerospace Center DLR. “We have to pay for Earth observation, the barter element for the ISS, and ExoMars, so my opinion is the ESA governments are not ready to pay the majority of their money just for a new launcher.”

Germany, which favors continued work on an upgrade to the current Ariane 5, known as the Ariane 5 Midlife Evolution (Ariane 5ME), argues that tandem development of both vehicles would only cost a bit more than continuing with Ariane 5ME alone. Woerner says synergies between the two rockets’ industrial teams could cover as much as 25% of the cost to develop and produce the Ariane 6.

Woerner says going straight to Ariane 6 raises questions about industrial work share, and that it remains to be seen whether the new launcher will end roughly €120 million in annual ESA support payments to Arianespace, the commercial launch consortium that operates Ariane 5. Despite going almost a decade without a failure—Ariane 5 boasts 50 straight successes and claims approximately 50% of the commercial launch market—Arianespace is unable to break even without continued financial backing from the space agency’s member states.

Even if it does, another decade could pass before the Ariane 6 is operational, leaving ESA to foot the bill for continued price supports to the tune of €1.2 billion during development.

Those support payments, plus the €3.8-5 billion cost estimate for development, means Ariane 6 will cost a minimum of €5 billion over 10 years. Continuing development of Ariane 5ME, in which Europe has already invested around €300 million, would cost €1.4 billion over five years, when an operational vehicle comes on line in 2018, putting the total cost at €2 billion.

Woerner says a recent letter to ESA from Ariane 5 prime contractor Astrium, the space division of EADS, suggests that once Ariane 5ME is operational, Arianespace will no longer need European price supports. Ariane 5ME is designed to offer a 20% boost in carrying capacity over Ariane 5. It is also more palatable in terms of environmental impacts, as its restartable upper stage is designed to be destroyed post-launch as it reenters Earth’s atmosphere. Multiple conditions in the letter suggest industry participation is necessary for this to occur, but so long as the market remains nominal during the anticipated five-year development period, Astrium says it is doable.

But for Ariane 6, it is impossible to guarantee that ESA subsidies can be eliminated, Woerner argues.

Officials at the French space agency CNES declined to comment on the Franco-German launch vehicle report, but Michel Eymard, director of launchers at CNES, says France’s interest in moving quickly ahead with Ariane 6 is driven by the need to end annual support payments to Arianespace while reducing the company’s reliance on commercial business.

“In France, our objective is to keep a reliable system, an available system, but also a system which does not require any support from the public sector during the exploitation phase,” Eymard said at a May conference on space propulsion in Bordeaux. “The requirement for Ariane 6 is to have a balanced exploitation,” even if competition in the launch market escalates.

Woerner, however, says Germany’s position is that Europe should be less concerned with building vehicles that will survive despite an uncertain commercial market and more with sustaining a consistent industrial policy that supports a highly skilled engineering workforce that can keep Europe on the leading edge of space.

“We are not producing launchers for the market, we are producing launchers for European access to space,” Woerner says. “The market is an interesting point but not the overall one governing the debate.”

With France’s new government expected to unveil a new space policy by late summer, French Minister of Research and Higher Education Genevieve Fioraso says maintaining Europe’s independent access to space is a key element of the forthcoming strategy.

“The space policy that we are backing must affirm independence as one of its major strategic objectives,” Fioraso said in June during the Toulouse Space Show, adding that “it is an absolute necessity for Europe to maintain its independent access to space.”

//

L’armée de l’air et la marine s’équipent d’avions chinois plutôt que français pour la formation de leurs pilotes

24/08/2012

Mardi  7 août 2012, le premier Cirrus mis à disposition par la société Cassidian Aviation Training Service (CATS), filiale d’EADS, est arrivé sur la base aérienne 701 de Salon-de-Provence.  Cette filiale d’EADS qui a remporté un marché public pour la fourniture et la maintenance  d’appareils pour la formation des navigateurs officiers système d’armes.

La flotte se composera notamment de 20 Cirrus (13 SR20 et 7 SR22), pour une mise en service opérationnel prévue en octobre 2012. Ceci intervient avec la réforme de la formation des élèves pilotes et des élèves navigants à qui on demande une adéquation avec les brevets civils.

A Salon de Provence on a déjà vu la disparition des Tucanos et on se prépare à l’arrivée de ce nouvel appareil.

Le problème qui se pose est le fait d’acquérir un avion américain qui va faire le bonheur de l’industrie chinoise d’aviation légère alors que la France ne manque pas d’appareils dans ce segment. Cirrus a été racheté l’an dernier par le chinois China Aviation Industry General Aircraft (CAIGA), une filiale d’AVIC.

Nombreux analystes estiment en effet que les chinois vont s’appuyer sur Cirrus pour développer leur propre industrie nationale. Rappelons que l’espace aérien chinois est contrôlé par les militaires et que l’aviation de loisir est en plein développement. Cet achat est quelque peu surprenant alors qu’il existe de nombreux constructeurs français et que certains comme Robin ont souffert ces dernières années. D’autres au contraire se développent comme Issoire Aviation ou LH Aviation.

Cassidian, filiale d’EADS lorgne comme sa maison mère sur le marché US. Peut-on alors en déduire que le choix de cet appareil dans l’appel d’offre du ministère de la défense est un signe d’ouverture du marché français aux industriels américains pour obtenir des contrats. Jusqu’à l’acquisition chinoise de Cirrus, ce constructeur avait de graves difficultés financières. Beaucoup de spécialistes le diront, les Cirrus SR20 sont de bons appareils mais n’ont rien d’exceptionnel.

Alors, y a-t-il une logique industrielle derrière ce contrat ?

David Campese

Ship Trials Clear Unmanned Little Bird For French Demo

August 09, 2012
By Graham Warwick

LAS VEGAS — Boeing’s H-6U Unmanned Little Bird (ULB) has completed autonomous takeoffs and landings from a ship as the unmanned helicopter is readied for a French navy demonstration late this year.

The demonstrator aircraft completed 14 landings and takeoffs from a leased commercial oil-rig tender in 20 hr. of flight tests off Fort Lauderdale, Fla., in July.

Two safety pilots were on board, one watching for air traffic and the other monitoring the landings and takeoffs, but the helicopter operated autonomously under the command of a ground control station operator on the ship’s bridge.

Boeing had previously landed the ULB on a moving platform towed by a truck and on a pitching platform simulating deck motion in conditions up to sea state 4. Conditions for the sea trial were calm, with a maximum of only plus or minus 3 deg. pitch and plus or minus 6 deg. roll.

Trials were conducted at vessel speeds up to 10 kt. and wind over deck up to 10 kt. from different directions.

Landings use a differential GPS system that exchanges the relative positions of the helicopter and ship over a data link, and software that allows the aircraft to anticipate deck motion, and is accurate to within 10 cm, Boeing says.

Boeing has two ULB demonstrators, a 3,100-lb. gross-weight aircraft based on a commercial MD Helicopters MD 530, and a 4,700-lb. gross-weight aircraft based on the MH-6M Mission Enhanced Little Bird.

One of the helicopters has been shipped to France for the automatic deck-landing sea trials on a navy La Fayette-class frigate late this year, led by prime contractor Thales and shipbuilder DCNS.

Source: Aerospace Daily & Defense Report