MBDA signe un contrat de 600 millions d’euros avec le Royaume-Uni

Le 30 janvier 2012 par Rémy Maucourt

Le missilier européen va construire un système de défense anti-missile pour la Royal Navy. Le contrat est annoncé lundi.

« Ce nouveau système d’armes va équiper nos frégates pour répondre aux menaces venant des missiles sophistiqués qui vont se développer dans les prochaines décennies », explique le chef d’Etat-major de la marine anglaise, l’amiral Mark Stanhope.

MBDA va donc développer sur cinq ans le système « Sea Ceptor ». L’objectif : permettre aux navires de la Royal Navy d’intercepter des missiles lancés à des vitesses supersoniques.

Ce contrat, d’un montant de 483 millions de livres (574 millions d’euros), doit permettre d’assurer 500 emplois chez MBDA et parmi ses sous-traitants en Grande-Bretagne.

MBDA est l’un des principaux fabricants internationaux d’armes de précision guidées. L’entreprise est codétenue par le britannique BAE Systems, l’européen EADS et l’italien Finmeccanica.

Source: l’Usine Nouvelle

MBDA armera les Mirage 2000 indiens

Le 05 janvier 2012 par Hassan Meddah

L’entreprise française, filiale d’EADS, va fournir des missiles air-air à l’armée indienne pour une valeur de 950 millions d’euros. L’annonce a été officialisée ce jeudi 5 janvier.

Quand on est fabricant d’armes, il faut savoir s’armer de patience. Ainsi après de longues années de négociations avec le gouvernement indien, MBDA vient donc de remporter une commande pour plus de 450 missiles MICA, des missiles d’interception de combat et d’auto-défense de moyenne portée.

Le missilier européen, filiale commune d’EADS, BAE Systems et Finmeccanica, équipera les 51 Mirages 2000 de l’armée de l’air indienne. Le montant du contrat est évalué à environ 950 millions d’euros. L’accord passé comprend également des prestations d’outillage pour l’installation des missiles sous l’avion et des bancs de test.

C’est l’un des plus importants contrats signé par MBDA sur ces trois dernières années. Et une bonne nouvelle pour les usines du fabricant impliquées par ce programme. Sont concernées notamment celle de Selles-Saint-Denis, en Loir-et-Cher, en charge de l’assemblage final des missiles et celle de Bourges qui fabrique différents éléments.

Au total, MBDA a vendu environ 3000 de ces missiles. Un tiers pour l’armée française et le solde pour six pays étrangers, dont la Grèce, les Emirats Arabes Unis et Taiwan.

Source: L’usine nouvelle

Decks cleared for 5k cr IAF deal for missiles, trainer jets

New Delhi: All decks have been cleared for two crucial defence deals, together worth over Rs 5,000 crore, to acquire 75 Swiss turbo-prop aircraft to train rookie pilots as well as around 450 advanced French missiles to arm upgraded Mirage-2000 multi-role fighters.

Defence ministry sources say the two deals have now been “sent” to the Cabinet Committee on Security for the “final nod” after “clarifying all objections” of finance ministry. “The contracts will be inked after the CCS clears within a week or so,” said a source.

This comes at a time when MOD and IAF are busy calculating the “lowest bidder” between French Rafale and Eurofighter Typhoon for the mega medium multi-role combat aircraft project to acquire 126 fighters at a cost likely to touch $20 billion. But while these fighter deliveries will begin from 2015 , IAF wants to induct trainers earlier to train new pilots. The hurry to acquire 75 Swiss Pilatus PC-7 basic trainers is critical since IAF’S 114 piston-engined HPT-32 jets have been grounded since August 2009 due to repeated engine failures.

“We want to begin our first course on the Pilatus trainers from July 2013,” said a senior officer. IAF, of course, is already inducting 123 British Hawk AJTS (advanced jet trainers), at a cost of around Rs 16,000 crore, but they are meant for “advanced’’ combat training. The contract for the around 450 fire-and-forget, allweather MICA (interception and aerial combat missiles) systems with French company MBDA, too, has been in the pipeline for quite some time.

It flows from the Rs 10,947 crore programme finalized in July for an upgrade of 51 Mirage-2000s with the help of French companies Dassault Aviation (aircraft manufacturer) and Thales (weapons systems integrator).

While the first two fighters are being sent to France next month for the upgrade, the remaining 49 will later be “souped up” with new avionics, radars, mission computers, glass cockpits, helmetmounted displays, electronic warfare suites, weapon delivery and precision-targeting systems by Hindustan Aeronautics Ltd in India. The overall upgrade project cost will go beyond Rs 15,000 crore over the decade it will take to be completed. Down to just 33-34 fighter squadrons (each has 16 to 18 jets) from a ‘sanctioned strength’ of 39.5

The 63 Mig-29s are to be upgraded under a $964 million deal inked with Russia in March 2008. Then, apart from the 126 MMRCA, IAF is also inducting 272 Sukhoi-30mkis contracted from Russia for around $12 billion. Moreover, the first lot of the around 120 indigenous Tejas Light Combat Aircraft will join IAF from end-2013 onwards. On top of this all, India plans to induct 250-300 stealth fifth-generation fighter aircraft co-developed with Russia from 2020 onwards, in what will be its biggest-ever defence project at around $35 billion.

Source: Times of India

« UN SAPIN DE NOËL »

5 août 2011

Selon plusieurs sources concordantes, les négociations entre Paris et Abu Dhabi sur l’acquisition par les forces armées émiriennes d’une soixantaine de Rafale ont récemment repris.

« C’est un classique des Émirats de négocier pendant le ramadan », sourit un bon connaisseur de ces dossiers. Cela avait été le cas pour les Mirage 2000-9 achetés en 1998 à Dassault Aviation. C’est dans cette perspective que les Émirats arabes unis (EAU) ont en quelque sorte « convoqué » il y a quelques jours l’équipe de négociations de Team Rafale et du missilier MBDA pour poursuivre les discussions, entamées officiellement en juin 2008.

L’agence officielle des EAU avait alors indiqué que des « discussions préliminaires » avec la France avaient débuté en vue d’acheter jusqu’à 63 Rafale pour une somme comprise entre 6 et 8 milliards d’euros. Avec cette nouvelle phase de négociations, qui sont passées par des hauts et des bas depuis trois ans, les Émirats ont semble-t-il changé d’attitude avec Paris.

« Ce qui est nouveau, c’est qu’Abu Dhabi veut maintenant le Rafale », explique-t-on à « La Tribune ». Jusqu’alors, ce n’était pas vraiment le cas, Paris s’étant montré très insistant (voire trop) pour que le dernier né des avions de combat de Dassault Aviation décroche enfin un premier contrat à l’exportation. Du coup, les Émirats ont joué la montre tout en demandant à l’équipe française des développements technologiques sur le Rafale extrêmement coûteux qui avaient été estimés entre 4 et 5milliards d’euros en juin 2010 par un des négociateurs français.

« Le Rafale des EAU, c’est un véritable sapin de Noël », expliquait-il alors à « La Tribune ».

Source: La Tribune

MBDA and ISL Extend Their Cooperation

On 24th June 2011 at the Le Bourget Air Show, MBDA and ISL (Franco-German research Institute of St. Louis) signed an international partnering agreement thereby extending the scope of the already existing cooperation between the two organizations. The aim of this agreement is to set up a common research framework between ISL, MBDA France and MBDA Germany.

This agreement sees the signing of two national contracts, a new contract between MBDA France and the ISL and the renewal of a previous contract signed in 2006 between MBDA Germany and the ISL.

These national contracts relate to the preparation of future technologies applicable to missiles and weapons systems in the areas of aerodynamics, optronics, navigation systems, future weapons systems and warheads. They define the structure of the cooperation with regard to information exchange, cooperative research, the development of prototypes for joint projects and the use of test facilities and the loan of equipment.

Welcoming the signing of this agreement, Antoine Bouvier, CEO of MBDA, declared: “ISL possesses a wide range of skills which will be very useful in the conception of our future missile systems. Equally, the agreement which we have signed today shows that Franco-German cooperation remains a major strategic objective for MBDA. This agreement will in due course allow us to present our customers with a missile system proposition that puts into operation not only the most efficient technologies but also prepares the way for future cooperative programmes, notably between France and Germany.

According to ISL Directors Christian de Villemagne and Wolfgang Förster: “For several decades ISL’s expertise was primarily aimed at meeting the requirements of conventional ground combat weaponry. As a result of this agreement, our know-how will now go towards the missile sector. This rapprochement between ISL and MBDA France and Germany will result naturally in the stimulation of French and German strengths and of our respective organisations. It also contributes to the emergence of new areas of European cooperation”.

With industrial facilities in four European countries and within the USA, in 2010 MBDA achieved a turnover of 2.8 billion euros with an order book of 10.8 billion euros. With more than 90 armed forces customers in the world, MBDA is a world leader in missiles and missile systems. MBDA is jointly held by BAE Systems (37.5%), EADS (37.5%) and Finmeccanica (25%).

ISL (Franco-German research Institute of Saint-Louis) is a joint initiative of the French and German Ministries of Defence, benefiting from over 50 years of experience in serving the armed forces and global security. ISL meets the needs of its customers through consistent R&T in the field of energy processing and transfer to:

– develop innovative ways of projecting energy by conventional means (energetic materials: explosives, powders, including nano-structures, projectile flight technologies) or alternative means (lasers, high-power microwave, electromagnetic acceleration .. .),
– develop technology for the advance detection of energy projection (explosive detection, locating sighting devices, weapon launches etc.).
– develop technologies to protect personnel, assets and infrastructures against the effects of energy projections

ISL is at the heart of numerous European partnerships and holds the Carnot Label of Excellence.

Le temps des essais : le sysème britannique Sea Viper sort ses crocs

Publié le 30 mai 2011,

Le plus récent système de missiles anti-aérien de la Royal Navy est désormais prêt au service. Richard Scott étudie l’intégration et les essais qui ont mené à sa qualification opérationnelle.

Le 17 juin 2010, la barge Longbow était mouillé à quelques nautiques au large d’ l’île du Levant, le centre d’essais de missiles de la Délégation Générale pour l’Armement. Le personnel du centre et des ingénieurs de MBDA, le concepteur du missile Aster et maître d’œuvre du système Sea Viper, se préparaient pour un essai important du système de missiles anti-aérien Sea Viper destiné à la Royal Navy.

Après des essais réussis en juin 2008 et en février 2009, le programme Sea Viper avait connu des problèmes en mai 2009 lorsque le 3è essai de qualification, qui comprenait un tir en salve sur une cible manœuvrant à basse altitude, avait raté l’interception. En novembre de la même année, un nouvel essai avait conduit au même échec.

Des investigations avaient conduit à la découverte d’un problème de production au niveau du missile Aster 30.

Dans les semaines qui ont précédé le nouvel essai du Sea Viper, la réussite des essais depuis des bâtiments français et italiens, avec des missiles réparés, ont semblé confirmer que le problème était résolu. Mais cet essai du Sea Viper, avec un environnement complexe, était destiné à tester les limites du système.

A 12 heures 55, une cible Mirach 100/5 est lancée depuis l’île du Levant. Sur la barge Longbow, l’antenne du radar multi-fonctions du Sea Viper, le Sampson, tourne à 30 tours par minute au sommet d’un mât de 34 m de haut. Le radar peut effectuer simultanément une recherche sur tout l’horizon et une recherche en volume.

12 minutes plus tard, la cible est détectée par le radar Sampson. La trace est transmise au système Sea Viper pour évaluation de la menace.

Le système informatique, utilisant des ordinateurs à haute vitesse de traitement, a immédiatement pris la piste en compte et place le radar en mode poursuite. La trace a été identifiée comme une menace.

Deux missiles Aster 30 — stockés dans un module de lancement vertical SYLVER A50, sur le pont de la barge Longbow — reçoivent des messages d’initialisation — position et trajectoire prédite de la cible à intercepter. La nature de la cible nécessitait un tir en salve pour augmenter la probabilité de destruction.

« 3, 2, 1 , 0, » annonce le responsable des essais depuis la barge Longbow, puis « Autorisation de lancement. »

Un panneau s’ouvre sur le module de lancement et, 2 secondes plus tard, une flamme orange et brillante précède un nuage de fumées blanches alors que le 1er missile Aster 30 décolle et se dirige vers sa cible.

Puis, 5 secondes plus tard, nouveau lancement pour le 2è missile. Après avoir largué leur propulseur d’accélération, les 2 missiles se dirigent à plus de Mach 4 (4 fois la vitesse du son) vers la cible Mirach. Dans le même temps, le radar Sampson continue de pister la cible et transmet à mi-course des messages de correction, modulés sur le faisceau radar.

Cette mise à jour continue de la position de la cible et du missile a permis au 1er de s’approcher de la cible. Dans la phase finale, il est passé en mode de recherche active, allumant son propre radar. La cible Mirach a alors effectué une manœuvre d’évitement à fort taux de « g », pour tenter d’échapper à l’interception. Le missile Aster a donné une poussée latérale pour s’approcher de la cible, effectué un coup direct et détruire la cible. Quelques secondes plus tard, le 2è missiles Aster 30 traversait les débris de la cible.

Le système Sea Viper

Le système Sea Viper est le système de missiles anti-aérien retenu par la Royal Navy pour équiper ses nouveaux destroyers Type 45.

La nécessité d’un tel système est apparue immédiatement après la Guerre des Malouines en 1982. Les pertes survenues pendant le conflit ont mis en lumière les limites des systèmes existants de lutte anti-aérienne, que ce soit en haute-mer ou en environnement littoral. Les systèmes de l’époque étaient trop lents à réagir, très limités en canaux de contrôle de tir et incapable d’intercepter les cibles les plus difficiles.

Les nouveaux types de missiles anti-navires nécessitaient le développement de nouveaux systèmes, dit de défense de la zone locale, qui pourraient fournir un « parapluie » au-dessus et autour d’un bâtiment ou d’un groupe de bâtiments.

Destiné à fournir une capacité d’auto-défense, à courte et moyenne portée, contre un large éventail de menaces aériennes, le système Sea Viper est une des 2 versions du système tri-national PAAMS (Principal Anti-Air Missile System) développé par MBDA pour répondre aux besoins de défense anti-aérienne de la France, de l’Italie et du Royamune-Uni.

La version retenue par la France et l’Italie, le PAAMS(E) qualifié en 2007, pour leurs frégates Horizon/Orizzonte, partage avec le Sea Viper un certain nombre de sous-systèmes, en particulier les missiles Aster 15 Aster 30, et le système de lancement vertical SYLVER A50.

En revanche, le PAAMS(E) utilisé par la France et l’Italie utilise le radar multi-fonction EMPAR (bande G) de Selex Sistemi Integrati et un système de contrôle commande différent.

De son côté, le Sea Viper (aussi baptisé PAAMS[S]) utilise le radar Sampson (bande E/F) de BAE Systems et un système de contrôle commande développé en Grande-Bretagne. Il permet de répondre à une spécification de performances plus restrictives. En effet, la Grande-Bretagne a exigé que son système puisse traiter des cibles plus difficiles : cibles supersoniques plongeant depuis une haute altitude, missiles subsoniques très manœuvrants et supersoniques à vol rasant effectuant des manœuvres terminales.

Cette spécification britannique plus exigeante prévoit de protéger toutes les unités situées dans un rayon de 6,5 km contre 8 missiles supersoniques à vol rasant.

Difficultés techniques

Comme tous les systèmes nouveaux, le système Sea Viper a connu quelques problèmes de jeunesse, qui sont maintenant résolus.

Au début 2005, il est apparu que les modules émission réception (utilisant de l’arséniure de gallium) se répondaient pas aux attentes. Les modules ont été modifiés et depuis, le radar Sampson se comporte conformément aux attentes.

MBDA n’a pas dévoilé la nature précise des problèmes rencontrés dans la production du missile Aster. Mais des sources bien placées ont indiqué à Jane’s que des forces aérodynamiques très fortes pouvaient exciter le revêtement, pouvant conduire à sa séparation du corps du missile. Le flux d’air très chaud pouvait alors endommager le câblage, empêchant la transmission des ordres de vol. Les éléments du revêtement et leur fixation ont été modifiés pour améliorer leur tenue. Plusieurs « dizaines de missiles » Aster seraient concernés, tous seront réparés.

Les essais conduits depuis, sur l’Andrea Doria italien et la barge Longbow ont permis de confirmer la solution retenue.

L’avenir : la défense contre les missiles balistiques

Bien qu’officiellement, la Royal Navy n’en ait pas exprimé officiellement le besoin, MBDA et BAE Systems ont étudié un calendrier d’évolution qui permettrait de donner à l’ensemble actuel Destroyer Type 45 / Sea Viper une capacité de défense contre les missiles balistiques, sans dégrader les performances anti-aériennes.

Dans un premier temps, cette évolution pourrait s’appuyer sur les versions Aster Block 1 et Aster Block 1NT dont le développement est déjà en cours. Ces 2 versions permettront d’améliorer les performances contre les menaces conventionnelles tout en ajoutant une capacité à portée plus courte contre des missiles balistiques . Selon MBDA et BAE Systems, une capacité anti-missiles balistiques limitée pourrait ajoutée sans impact majeur sur l’architecture actuelle du système de combat du Type 45. Seules des améliorations logicielles seraient nécessaires.

Le missile Aster Block 1NT est considéré comme un point de départ pour la défense anti-missiles balistiques. Mais une version plus évoluée, l’Aster Block 2, permettant une interception extra-atmosphérique, est prévue pour après 2020.

Source: Portail des Sous-marins et Jane’s

MBDA’s PARS 3 LR Successfully Tested on German Tiger

Three firings, three hits! This is the impressive score of the test firing exercise conducted with the PARS 3 LR guided antitank missile system. For the first time, the test firings with warheads were carried out using a Tiger support helicopter of the German Army. All guided missiles hit their targets at the optimum point of impact.

The first two test firings from the Tiger were carried out within one minute of each other. Flying just 10 m above the treetops, the helicopter first fired at a stationary target around 7,000 m away. The second missile was fired just a few moments later at a target travelling at approximately 40 km/h. To make this shot, the Tiger turned 180o and assumed a firing position at an altitude of approx. 100 m. The moving target was approx 700 m distant. Both PARS 3 LR missiles hit the targets precisely at their centres.

The third missile was fired the next day while the Tiger was flying forward at high speed. The Tiger fired on a stationary target around 7,000 m away while travelling at a speed of 180 km/. This guided missile also hit its target at the optimum point of impact.

« With this successful firing campaign, we have impressively demonstrated the exceptional capabilities and high accuracy of the PARS 3 LR, » declared Werner Kaltenegger, Managing Director of MBDA Deutschland. « We also demonstrated our dependable performance. In times of tight budgets, this is a particularly important signal to our customers. »

MBDA Deutschland conducted the campaign on the test range in Vidsel, Sweden. The three PARS 3 LR firings were part of a MBDA Deutschland export campaign. The guided missile system is on the short list for a procurement project of the Indian Army.

The PARS 3 LR is currently the most capable fire-and-forget guided missile system for combating mobile, armoured targets. The guided missile is manufactured by PARSYS, a joint venture of LFK GmbH (MBDA Deutschland) and Diehl BGT Defence. The German Army has already authorized series production of 680 PARS 3 LR guided missiles. This guided missile system is the future main armament of the Tiger support helicopter.

Source : MBDA

UK: Royal Navy’s Flagship Type 45 Destroyer Fires Sea Viper for First Time

The Royal Navy’s flagship Type 45 destroyer, HMS Daring, has successfully fired her groundbreaking new air defence missile system for the first time.

HMS Daring, the first of the formidable next generation of warships to be built, fired her world-leading air defence missile system, Sea Viper, during a rigorous training exercise at the MOD’s target range in the Hebrides.

Minister for Defence Equipment, Support and Technology, Peter Luff, said:

“This is another important achievement for the Type 45 project. Sea Viper is one of the most advanced weapons systems in the world and this capability, combined with the might and speed of the Type 45 destroyer, will provide the Royal Navy with a fearsome fighting force with unparalleled protection from air attacks.”

Sea Viper is one of the most sophisticated weapon systems to date and is capable of defending the new battleships, and other vessels sailing with them, against missiles approaching from any direction and at supersonic speeds, representing a huge leap in capability for the Royal Navy.

Captain Guy Robinson, Commanding Officer of HMS Daring, said:

“This Sea Viper firing is a significant milestone for us and the final piece in the jigsaw as we prepare for our first deployment. I am very pleased with the test and how my team conducted themselves during this very complex procedure.”

The successful firing comes as the MOD announces that support for the Sea Viper weapon system has been secured for the next six years.

The £165m contract has been awarded to MBDA UK, who are based in Bristol and Stevenage, to provide technical assistance for the Sea Viper missile systems on the six destroyers that will be based at Portsmouth Naval Base.

Bernard Gray, Chief of Defence Materiel for MOD Defence Equipment and Support, said:

Securing support to the Sea Viper missile system is an essential element in ensuring that the Royal Navy’s new destroyers are always ready to undertake their role in defending Britain’s interests wherever that may be.”

In further progress to the Type 45 programme, HMS Diamond was formally commissioned into the Royal Navy on 6 May 2011, Dragon is undertaking her second set of sea trials and HMS Dauntless has completed her basic operational sea training.

Source: NavalToday.com

MBDA DEMONTRE UNE NOUVELLE FOIS LES CAPACITES DU SYSTEME VL MICA

Dans un scénario de protection de zone sensible face à des armements tirés à distance de sécurité, le VL MICA démontre une nouvelle fois le haut niveau de ses capacités opérationnelles.

Le 13 avril, au Centre d’essais de la DGA-Essais Missiles, à Biscarosse, un missile VL MICA, tiré depuis un lanceur vertical terrestre et sous le contrôle du Tactical Operations Centre (TOC) développé par MBDA, a intercepté à une distance supérieure à 15 km une cible évoluant à moyenne altitude.

Le but de ce tir était de démontrer les capacités du système d’armes face aux armements de précision tirés à distance de sécurité. Il était organisé par MBDA avec le support des différentes équipes de la DGA (Direction Générale de l’Armement) et constitue la suite naturelle des évaluations qui viennent d’être conclues positivement par l’Armée de l’Air au titre du programme de démonstrateur SALVE (Sol-Air à Lancement VErtical).

Le missile VL MICA était équipé d’un autodirecteur électromagnétique actif produit par la société Thales. Comme les précédents, ce tir a été effectué à partir d’un Conteneur Lanceur Autonome conforme à la définition de série.

Ce dix-septième tir VL MICA démontre la fiabilité, l’excellente précision et, surtout, le haut niveau de performances opérationnelles offerts par ce système.

Les quatre délégations étrangères présentes à cette occasion ont été unanimes à souligner l’excellente impression produite par le système VL MICA qui bénéficie déjà de plusieurs commandes tant dans la configuration navale que dans la version terrestre.

Notes aux rédacteurs

Fort de ses implantations industrielles dans quatre pays d’Europe et aux Etats-Unis, MBDA a réalisé un chiffre d’affaires en 2010 de 2,8 milliards d’euros et dispose d’un carnet de commandes de 10,8 milliards d’euros. Avec plus de 90 forces armées clientes dans le monde, MBDA est un des leaders mondiaux des missiles et systèmes de missiles.

MBDA est le seul groupe capable de concevoir et de produire des missiles et systèmes de missiles pour répondre à toute la gamme des besoins opérationnels présents et futurs des trois armées (terre, marine et air). Au total, le groupe propose une gamme de 45 programmes de systèmes de missiles et de contre-mesures en service opérationnel et plus de 15 autres en développement.

La société MBDA est codétenue par BAE SYSTEMS (37,5 %), EADS (37,5%) et FINMECCANICA (25 %).

India Set to Sign $2.4bn Mirage Deal with France

NEW DELHI

Faced with a dual threat from China and Pakistan, which have even come together to manufacture fighter jets, India is really cranking up military aviation contracts. Even as the $4.1 billion deal for 10 American C-17 Globemaster-III strategic airlift aircraft awaits the final nod from the Cabinet Committee on Security (CCS), another major contract is now headed that way.

Defence ministry sources on Wednesday said the long-awaited deal with France for the upgrade of 52 Mirage-2000 multi-role fighters in IAF’s combat fleet is « finally ready » at a cost of almost Rs 11,000 crore ($2.4 billion).

« This is also now going to CCS for approval. Another big contract, which was being progressed simultaneously, for around 450 MICA (interception and aerial combat missiles) systems to arm the upgraded Mirages is also in the final stages now, » said a source.

This comes after long-drawn negotiations with French companies Dassault Aviation (aircraft manufacturer), Thales (weapons systems integrator) and MBDA (missile supplier), which were « initially asking for much more », said sources.

Under the contract, the first four to six Mirages will be upgraded in France, while the rest will be retrofitted in India by Hindustan Aeronautics Ltd (HAL) with transfer of technology from the French companies.

This means the overall Mirage upgrade package, including the fire-and-forget MICA missiles and the infrastructure build-up at HAL, will eventually cross the Rs 15,000-crore mark.

It obviously raises questions whether it would be more prudent to simply buy new fighters rather than upgrade older ones at such a huge cost. IAF, however, argues the « retrofitted » Mirages — with new avionics, radars, mission computers, glass cockpits, helmet-mounted displays, electronic warfare suites, weapon delivery and precision-targeting systems — would remain « top-notch fighters » for almost two decades more.

With a depleting number of fighter squadrons (each has 16 to 18 jets), down to just 32 from a `sanctioned strength’ of 39.5, IAF is going for a mix of upgrades and new inductions to stem its fast-eroding combat edge over even Pakistan.

There is, for instance, the ongoing upgrade of 63 MiG-29s under a $964 million deal inked with Russia in March 2008. Then, India is also progressively inducting the 272 Sukhoi-30MKIs contracted from Russia for around $12 billion. Moreover, the first lot of the around 120 indigenous Tejas Light Combat Aircraft will begin joining the force from end-2013 onwards.

India also wants to ink by December this year the $10.4 billion project for 126 medium multi-role combat aircraft (MMRCA), in which only the French Rafale and Eurofighter Typhoons are now left in contention after ejection of the American, Russian and Swedish jets.

On top of this all, India hopes to begin inducting 250-300 advanced stealth fifth-generation fighter aircraft (FGFA), being co-developed with Russia, from 2020 onwards, in what will be its biggest-ever defence project at around $35 billion.

Source: The Times of India