La chute du Faucon noir : Washington soupçonne Islamabad de trahison

15:32 16/08/2011
Par Konstantin Bogdanov, RIA Novosti

L’épave de l’hélicoptère de reconnaissance américain qui s’est écrasé en mai au Pakistan pourrait se retrouver entre les mains des Chinois, bien que les représentants militaires pakistanais réfutent catégoriquement une telle possibilité, en déclarant que les débris du MH-60 Black Hawk endommagé ont été remis aux Américains. Néanmoins, les experts sont enclins à croire les déclarations des médias sur la « coopération » sino-pakistanaise, et estiment qu’ainsi Islamabad insinue que les Etats-Unis ne sont pas le centre de l’Univers.

Deux principaux journaux occidentaux ont annoncé en même temps que les services de renseignement pakistanais auraient laissé un groupe d’ingénieurs chinois examiner et photographier l’épave de l’hélicoptère MH-60 Black Hawk des forces spéciales, qui s’est crashé en mai pendant l’opération d’élimination du chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden à Abbottabad. Les sources du Financial Times et du New York Times du gouvernement américain, proches du renseignement américain, affirment qu’il est certain que les Chinois ont été autorisés à examiner non seulement les éléments de la partie arrière de l’épave, mais également de prélever des échantillons du revêtement radio-absorbant secret.

Les forces spéciales américaines ont perdu l’appareil en mai pendant l’opération destinée à éliminer le chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden à Abbottabad. L’appareil appartenait au 190e escadron d’hélicoptères d’opérations spéciales et un nombre extrêmement limité de versions modifiées d’appareils de ce type étaient capables d’accomplir des missions spéciales.

Les hélicoptères MH-60 Black Hawk, en dotation des Night Stalkers (rôdeurs de nuit, c’est ainsi qu’on appelle le 160e escadron), utilisent les technologies de furtivité radar Stealth, sont dotés d’équipements permettant de réduire le bruit des moteurs et d’une panoplie d’appareils de reconnaissance pour les missions de nuit.

Selon la version officielle, pendant le débarquement, des commandos de marine, l’hélicoptère est entré dans un courant d’air chaud ascendant, l’équipage a mal évalué l’altitude de sécurité et a accroché un des murs avec le rotor principal. L’appareil a percuté le sol en endommageant le rotor mais l’équipage n’a pas été blessé et a participé à l’opération. Avant de quitter les lieux, les commandos de marine ont fait exploser l’hélicoptère endommagé. Néanmoins, plusieurs éléments de sa structure, dont un a pu être examiné par les Chinois, n’ont pas été détruits.

Les signaux et les deux jambes

« Il s’agit d’un signal sérieux », estime Evgueni Satanovsky, président de l’Institut du Proche-Orient, et de souligner que si, en dépit des objections très fermes des Américains, Islamabad a réellement autorisé les Chinois à accéder à l’épave de l’hélicoptère, le Pakistan l’a certainement fait en misant sur le partenariat stratégique avec la Chine dans le contexte de la menace émanant de l’Inde.

« En faisant la somme des investissements de la Chine dans la construction du port de Gwadar et l’élargissement de la route du Karakorum, ainsi que dans d’autres projets d’infrastructure au Pakistan, y compris les pipelines et les usines métallurgiques, il devient évident que Pékin est le principal allié d’Islamabad dans les secteurs économiques et militaires », a expliqué à RIA Novosti Evgueni Satanovsky.

La réaction officielle d’Islamabad à l’opération visant à éliminer Oussama Ben Laden a été particulièrement négative, et les insinuations selon lesquelles Ben Laden était caché par les militaires pakistanais ont provoqué une sévère réprimande du premier ministre Gilani. Mais le Pakistan ne souhaite pas détériorer ses relations avec les Américains.

« La Chine demeure pour Islamabad l’un des plus proches alliés, mais le Pakistan balancera entre Pékin et Washington pour ne froisser personne », fait remarquer Sergueï Kamenev, responsable du département Pakistan de l’Institut d’études orientales de l’Académie des sciences de Russie. Selon l’expert, certains progrès dans ce schéma des relations sont possibles, cependant on n’assiste actuellement à aucun changement important d’équilibre des forces et rien n’indique que les Etats-Unis ou la Chine ont considérablement changé leur attitude envers le Pakistan.

Evgueni Satanovsky voit dans les relations américano-pakistanaises actuelles plus d’éléments négatifs, mais il fait remarquer que cela ne signifie pas que le gouvernement pakistanais est prêt à rompre ses relations avec Washington pour se réorienter sur Pékin.

« Dans les conditions du refroidissement avec les Etats-Unis, les Pakistanais utiliseront la Chine en tant que fenêtre sur le monde, a déclaré M. Satanovsky à RIA Novosti. Islamabad n’a pas l’intention de rompre ses relations avec les Etats-Unis, cependant il montre qu’il possède une alternative. Comme nous le savons, il est toujours préférable de prendre appui sur deux jambes que sur une seule ».

Les conflits d’intérêts des militaires

La coopération militaro-technique est l’un des éléments clés dans l’interaction entre Islamabad et Pékin. Ainsi, par exemple, le port de Gwadar, mentionné ci-dessus, sera plutôt à double usage et deviendra de facto une base navale chinoise. Actuellement, le Pakistan lance la production sous licence du chasseur léger JF-17 Thunder, qui était élaboré dans le cadre d’un programme sino-pakistanais conjoint. De plus, la Chine et le Pakistan ont signé des contrats portant sur les avions de détection radar longue portée, et les fournitures gratuites de nouveaux chasseurs chinois J-10 sont prévues. Tout cela permet d’affirmer que la proportion de matériel chinois dans l’armée de l’air pakistanaise ne fera que croître.

Par ailleurs, le Pakistan est également un important acheteur d’armements américains et bénéficie de l’aide militaire américaine. Le lien étroit entre les sphères militaires et de renseignement d’Islamabad et leurs collègues de Washington dure depuis longtemps, et les épisodes tels que la lutte contre la présence soviétique en Afghanistan, l’extrémisme islamique et le terrorisme faisaient naître des coalitions originales.

« Il existe divers groupes parmi les militaires pakistanais et la direction du renseignement inter-services, affirme Sergueï Kamenev. Il n’y a pas d’accord unanime ». Tout un groupe de militaires pakistanais est pro-américain, et il était au courant des plans d’élimination de Ben Laden et a même contribué à leur mise en œuvre, malgré le rejet catégorique de l’implication dans cette affaire des autorités pakistanaises. D’autres collaborateurs du département militaire et du renseignement sont prochinois. Ils accordent beaucoup d’importance aux fournitures d’armes chinoises et à la localisation des technologies de défense chinoises au Pakistan.

Publicités

Pakistan to return remains of U.S. stealth helicopter

Pakistan is to return to the United States on Tuesday the remains of a stealth helicopter used in a special forces raid to kill al Qaida leader Osama bin Laden, Pakistani television said, quoting army sources.

Pakistan agreed to return the tail of the helicopter following a late night meeting on Monday between U.S. Senator John Kerry and Pakistani officials in Islamabad.

« Tomorrow the tail of the helicopter will be returned to America, » Kerry told journalists.

The UH-60 Blackhawk helicopter crashed in bin Laden’s compound in the town of Abbottabad during the raid on May 1.

U.S. Special Forces blew up the wreckage, but left behind a tail rotor boom, which is believed to have been heavily modified to have a reduced radar signature.

The tail boom was taken to a Pakistani military base.

Media sources had speculated that Pakistan might hand the wreckage over to China, its closest regional ally, so that it could benefit from U.S. stealth technology.

NEW DELHI, May 17 (RIA Novosti)

Un Black Hawk furtif pour la capture de Ben Laden

6 mai 2011

Un hélicoptère Black Hawk écrasé le 2 mai dernier, lors de la mission pour la capture de Ben Laden à Abbottabad au Pakistan, soulève les interrogations les plus folles de la part de la blogosphère et de la presse mondiale.

L’appareil s’est écrasé sur le mur d’enceinte de la résidence de Ben Laden. Le commando a bien essayé de le détruire en repartant mais a oublié la queue de l’hélicoptère de l’autre coté du mur d’enceinte.

Rotor de queue retrouvé au Pakistan (Black Hawk Stealth Project)

Si d’aucun pense en France avoir des doutes sur la mort de Ben Laden, on peut dire que les américains y ont mis les moyens. Ces hélicoptères s’avèrent extrêmement silencieux, plusieurs témoignages indiquent que personne n’a vu ou surtout entendu arriver les hélicoptères américains près de la résidence.

Quel est cet hélicoptère inconnu  dans l’inventaire américain ? Il serait plutôt d’un genre furtif. Les américains auraient-ils utilisé un RAH-66 Comanche, programme abandonné depuis 2004? Non, car l’hélicoptère devait transporter environ 25 commandos Navy Seals même avec une élingue.

RAH-66 Comanche

Alors qu’est-ce? Les diverses recherches des industriels Lockeed Martin, Boeing et Sikorsky ont eu des répercussions en ce qui concerne la conception d’hélicoptères furtifs. Depuis les années 80, ces recherches ont apporté quelques solutions en matière de discrétion radar et pas seulement sur les peintures absorbantes.

Ce qui pose la question du genre de l’appareil et du nombre de ceux-ci lors de cette opération (pour évacuer un commando avec un appareil en moins). L’analyse des photos amène à penser qu’il s’agit d’un hélicoptère Black Hawk modifié afin d’atténuer au maximum le bruit du rotor principal et de queue ainsi que la signature radar et infrarouge. A l’heure actuelle, des spéculations tournent autour des pales qui seraient éventuellement rétractables au niveau du rotor principal. Seules deux pales ont été retrouvées sur place mais Boeing a travaillé avec la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) du département de la Défense des États-Unis pour le développement de pales rétractables. La technique de pâles élargies aux extrémités et incurvées (pour le bruit) pourrait être une autre solution.

Illustration d'un UH-60 Black Hawk

Illustration du Black Hawk Stealth Project

Sur diverses photos et vidéo ici et là sur internet,on peut voir les pales et autres restes de l’appareil transportés sur des véhicules pick-up, camions, tracteurs par les services de renseignements pakistanais et les militaires.  Les Etats-Unis récupèreront certainement quelques morceaux de l’appareil mais la Russie et surtout la Chine auront eu leur part. Le Pentagone se refuse pour l’heure à faire le moindre commentaire sur cet appareil.

David Campese

CH-53K Helicopter Assembly Line Opens at Sikorsky Florida Facility

WEST PALM BEACH, Fla. Sikorsky Aircraft Corp. officially opened a new facility at its Florida Assembly and Flight Operations (FAFO) campus, establishing experimental assembly line operations for the new CH-53K heavy lift helicopter. Sikorsky Aircraft is a subsidiary of United Technologies Corp.

Since 1959, United Technologies Corporation has been in operation in Palm Beach County with Pratt & Whitney military engine programs and Sikorsky development and certification programs that have included research aircraft such as the XH-59, fly-by-wire aircraft and the UH-60M Black Hawk helicopter.

« The production of the next generation of heavy lift helicopter prototype is underway, » said Dennis Jarvi, vice president, Navy and Marine Corps Programs for Sikorsky. « As we commence assembly line operations at FAFO, we are witnessing the dawn of a new age in rotorcraft development and construction. The CH-53K helicopter is being digitally designed and manufactured. We have created ‘virtual tools’ that will improve the learning process and identify and solve issues before they become costly delays in manufacturing. The CH-53K helicopter stands to become a model of innovative technology and capability when it takes its role in the fleet. »

The CH-53K helicopter Florida Assembly and Flight Operations facility consists of approximately 60,000 square feet of space. The building, originally the home of Pratt & Whitney-Rocketdyne, has been completely updated to create a modern assembly area. Overhead power and air dropdowns, new aircraft work stands, and overhead cranes have been installed to support aircraft final assembly and rotor head/quality control assembly operations.

The state-of-the-art facility also provides wireless data connections to all operator plasma data screens. The new FAFO operation will introduce the use of digital operation sheets to aid in assembly and operate a four-position flight line to produce the new aircraft.

« The CH-53K helicopter team has combined the new advances in technology with the learning of more than 70 years of manufacturing into a robust process that is expected to gain significant efficiencies during the build of the aircraft, » said John Johnson, CH-53K helicopter program manager.

Five System Development and Demonstration (SDD) prototype aircraft will be built at the FAFO facility, with two additional airframe test articles produced at Sikorsky’s main manufacturing plant in Stratford, Conn. Once assembled, the aircraft will be delivered to the Sikorsky Development Flight Center (DFC) in West Palm Beach, Fla., to undergo flight testing.

Mick Maurer, president of Sikorsky Military Systems, said: « The Development Flight Center has been the starting point of many storied aircraft programs for Sikorsky. From building the S-76 series aircraft to testing the complex CH148 helicopter and flying the revolutionary X2 Technology demonstrator, the DFC has a history that will soon have a new success story to add to its resume: the impressive, powerful CH-53K helicopter. »

Sikorsky Aircraft received a $3 billion System Development and Demonstration (SDD) contract on April 5, 2006 to develop a replacement for the U.S. Marine Corps CH-53E heavy lift helicopter. The new aircraft program is planned to include production of more than 200 aircraft. Currently, the CH-53K helicopter is in the SDD phase with all of the major subcontracts awarded and valued at over $1.1B.

The CH-53K helicopter will maintain virtually the same footprint as its predecessor, the three-engine CH-53E Super Stallion helicopter, but will nearly triple the payload to 27,000 pounds over 110 nautical miles under « high hot » ambient conditions. The CH-53E helicopter is currently the largest, most powerful marinized helicopter in the world. It is deployed from Marine Corps amphibious assault ships to transport personnel and equipment and to carry external (sling) cargo loads.

The CH-53K helicopter’s maximum gross weight (MGW) with internal loads is 74,000 pounds compared to 69,750 pounds for the CH-53E aircraft. The CH-53K’s MGW with external loads is 88,000 pounds as compared to 73,500 for the CH-53E helicopter.

Features of the CH-53K helicopter include: a modern glass cockpit; fly-by-wire flight controls; fourth generation rotor blades with anhedral tips; a low-maintenance elastomeric rotor head; upgraded engines; a locking cargo rail system; external cargo handling improvements; survivability enhancements; and improved reliability, maintainability and supportability. The program is expected to achieve the Initial Operational Capability milestone in FY18.

Sikorsky Aircraft Corp., based in Stratford, Conn., is a world leader in helicopter design, manufacture, and service. United Technologies Corp., based in Hartford, Conn., provides a broad range of high technology products and support services to the aerospace and building systems industries.

Sikorsky Aerospace Services Delivers Second UH-60 A-A to L Recapitalization Aircraft for Customs & Border Protection Agency

BEEVILLE, Texas — Sikorsky Aerospace Services (SAS) today delivered the second UH-60 aircraft that has undergone « A-A » to « L » recapitalization for use by the U.S. Customs & Border Protection Agency (CBP). Distinguished as the fifth helicopter off the original Black Hawk helicopter production line, this fully upgraded UH-60L model will execute national security missions mandated by the CBP. Nicknamed « 718 » from the last three digits of its identification number, the rebirth of this more than 30-year-old aircraft marks the second U.S. Army recapitalization upgrade performed at SAS’s Military Maintenance, Repair and Overhaul (MRO) facility. SAS is the aftermarket business of Sikorsky Aircraft Corp., a subsidiary of United Technologies Corp.

A major aviation facility, SAS MRO has become a pivotal location for aircraft overhaul, repair and upgrades for the United States Department of Defense, other U.S. government agencies, and allied foreign militaries throughout the world. Based largely on the success of the H-60 recapitalization and upgrade program started more than eight years ago at the Corpus Christi Army Depot (CCAD) in Texas, it has proven to be one of the most effective and productive fleet maintenance programs ever accomplished by the U.S. Army.

« After 32 years of service to various U.S. government entities as a model ‘A,’ aircraft 718 has rolled out of SAS MRO essentially a new helicopter. Now a UH-60L model, the aircraft is equipped for enhanced performance alongside all other U.S. Department of Defense service aircraft, » said David Adler, President of Sikorsky Aerospace Services. « We look forward to continuing our upgrade work and providing cost effective solutions to extend the life of the BLACK HAWK helicopter fleet available through the Army’s Excess Defense Article (EDA) program. »

LTC Heyward Wright, Product Manager UH-60A/L/M, participated in the rollout ceremony and stated: « We in the Utility Helicopters Project Office recognize the hard work of the Sikorsky team here at Chase Field. Your efforts on behalf of the Customs and Border Protection Agency will directly support our nation’s security. You have provided America with the latest in vertical flight technology in a sustainable and versatile package. I thank this workforce for your dedication, for your persistence and for the delivery of this aircraft. The crews that fly this helicopter will never know your names – but your fingerprints are forever imprinted on the aircraft behind me. I want to thank those of you who made this possible for your herculean efforts, and I wish the crews who will man this aircraft God Speed. »

Aircraft 718 has undergone major structural modifications to extend the service life of the airframe: upgrade conversions that include engines, dynamic components and flight controls; and several modification work orders advancing the aircraft to the latest US. Army « L » model configuration – including additional requirements specified by the CBP. These features enhance both mission capability and readiness, and bring significantly improved power, durability and reliability to the U.S. Customs and Border Protection fleet.

Sikorsky Aircraft Corp., based in Stratford, Conn., is a world leader in helicopter design, manufacture and service. Its Sikorsky Aerospace Services business designs and applies advanced logistics and supply chain solutions for commercial rotary, military rotary and fixed wing operators. United Technologies Corp., based in Hartford, Conn., provides a broad range of high technology products and support services to the aerospace and building systems industries worldwide.